Écrit par Mahdy Ibn Salah - Catégorie : Jurisprudence - - Affichages : 818


salam alikum, je voudrais savoir si un homme se marie et vit avec sa   femme mais n'arrive pas à la pénétrer( les 2 sexes se touchent mais il n'arrive pas a  lé pénétrer même en forçant) est ce que cela est considérée comme une consommation de mariage ?

Wa 3aleikoum salam, okhty al karima,

Les savants disent qu’il y a rapport quand les deux sexes se touchent en vertu des propos du Prophète : « Quand les deux sexes se frottent, la prise du bain rituel devient obligatoire. » Une autre version rapportée par Ahmed et Moslim dit : « Au contact des deux sexes : la prise du bain rituel devient obligatoire » Si le bain est donc obligatoire, qu’il y ait éjaculation ou pas : c’est qu’il y a rapport sexuel. Or, certains savants entendent « par contact des sexes » : seulement l’introduction du pénis dans le vagin, et ce, jusqu’à la disparition de la verge, et non un simple frottement… C’est pourquoi l’avis le plus conciliateur est l’effectivité de la consommation uniquement lors de la disparition de la verge dans le vagin comme l’affirme al Baghawi, bien que le simple frottement soit suffisant pour que s’opère le bain rituel selon les plus littéralistes.

Et s’il divorce je sais qu'elle doit faire une période de viduité car ils se sont isolés mais est ce que le contrat de mariage est rompu définitivement comme pour le cas de la vierge ou de la femme avec qui il n'y a pas eu consommation?

Ibn Qoudamah apporte un consensus à propos de la rupture du contrat puisqu’il dit dans al-Moughni (7/397): «Tous les ulémas sont d'avis que la femme répudiée avant la consommation du mariage voit son mariage rompu suite à un seul divorce. Le mari ne pourrait pas renouer avec  elle dans la mesure où la reprise de la répudiée se fait au cours de son observance du délai de viduité. Or dans ce cas, il n'y a pas de viduité à observer, compte tenu de la parole du très haut: «Ô vous qui croyez! Quand vous vous mariez avec des croyantes et qu'ensuite vous divorcez d'avec elles avant de les avoir touchées, vous ne pouvez leur imposer un délai d'attente » (C33/49)

Non, il n’y a pas de délai de viduité pour la femme divorcée avant consommation, sauf pour une partie des savants hambalites qui considèrent qu’il y en a une dans le cas où il y a eu isolement et intimité entre les deux éléments du couple.

Quels sont l'avis des savants et comment faire sachant qu'après ce divorce on a repris ensemble comme si de rien était, est ce qu'on était dans le péché et fallait il refaire un contrat de mariage?

Selon la majorité des savants, le contrat est rompu définitivement quand il y a divorce avant consommation, à l’exception des hambalites qui soutiennent que le mari peut reprendre son épouse sans contrat de mariage durant le délai de viduité si le couple a partagé des moments intimes sans consommer ! Aussi, selon l’école hambalite, vous n’étiez pas dans le péché, car le simple rapport sexuel, sans renouveler le contrat, durant le délai de viduité, signifie une reprise selon cette dernière.

Et, si après cela il a divorcé 3 fois est ce que ces divorce comptent ou pas sachant que tout dépend du 1er avant qu'il n'y ait pénétration peut être était on dans le haram sans contrat de mariage et que du coup les autres divorces ne valent pas puisque le divorce avant consommation a eu lieu. Donc est ce que le 1er divorce à eu lieu suite à une consommation de mariage? J’espère que j'ai réussi à me faire comprendre, barakalahoufikoum

Je ne peux pas vous répondre car ne connaissant pas vos états lors de vos différents divorces. Ce que je peux vous dire, c’est qu’il n’est pas sain de divorcer plus de 3 fois, et d’ensuite chercher à annuler des divorces précédents par l’entremise de la divergence des savants au niveau de la jurisprudence.

En effet, beaucoup de gens qui ont divorcé trois fois, de manière espacée, reviennent sur les divorces précédents, après avoir prononcé trois fois le divorce, en leur trouvant une raison susceptible de les faire annuler comme la colère, et ceci, n’est pas permis car au moment de la prononciation : l’individu a agit en fonction de la validation, dans sa conscience, des divorces qu’il a précédemment accomplis !La tentation de jouer avec la loi est grande car cela peut permettre à certains de contourner la loi islamique en trouvant perpétuellement des raisons pour continuer à entretenir une relation avec leur femme devenue pourtant illicite par l’enchainement des divorces ! C’est dans ce sens que le Cheikh al Othéimine va, en invitant justement le juge islamique à statuer au cas par cas, en fonction de la nature de l’époux :
-         est-il sincère quand il prétend s’être mis en colère
-         ou plutôt cherche-t-il seulement à maintenir une liaison impossible

C’est pourquoi, je vous invite à exposer votre affaire à un juge ou un imam expérimenté afin qu’il statue.

Wa bilahi ta3ala taoufiq
Mahdy Ibn Salah
  • Aucun commentaire trouvé