Écrit par Mahdy Ibn Salah - Catégorie : Psychologie - - Affichages : 1021


Salam Aleykoum cher frère Mahdy, je suis une grande fidèle et admiratrice de tes connaissances Mashallah. Que Dieu t'accompagne et te protège toi et les tiens. Je me suis permise de t'adresser cette vidéo. Il s'agit d'une conférence donnée par deux psychologue, musulmanes. Je t'ai trouvé dur dans tes affirmations, toutefois juste sur le rôle des psychiatres et des conséquences des traitements laissant les pauvres malades spectateurs de leur vie. J'ai eu la chance de rencontrer Mme El Amrani pour une thérapie de couples. Une connaissance fine de nous autre maghrébin de France et de nos maux. Elle a su être à l'écoute, ne jugeant en rien. Tu parles souvent de :" ils n'ont de musulmans que le nom". Et pourtant elle s'est mettre en parallèle nos maux avec notre culture. Combien sommes nous a souffrir du poids du culturel au détriment de notre foi qui est tout autre. Cette dimension interculturelle est centrale pour pouvoir ensuite nous venir en aide. Enfin elle aborde Dieu mais encore une fois un lien, une confiance doit s'installer sans compter que certains n'ont de musulmans que le nom. Une rencontre et une admiration pour ces sœurs qui œuvrent à soigner. J'espère que cette vidéo te permettra de revoir ton jugement. Que Dieu nous aide et qu'il œuvre à guérir ces âmes malades. Salam Aleykoum cher frère Mardi. Jihene.

Wa 3aleik salam, Okhty al karima,

J’ai pour principe méthodologique de combattre le faux, les hypocrisies, les partisans de l’image, des apparences, et des formes… Et quand je me venge, je ne le fais jamais au nom de mon égo, mais seulement et toujours : au nom de la religion de vérité, et des croyants authentiques et innocents qui peuvent s’égarer à suivre des charlatans à la forme attrayante mais au contenu répugnant !

Aussi, je ne changerais pas mon jugement à l’endroit de ces pseudo-psychologues qui cultivent leur amour propre par leur diplôme, à l’exemple de ce courant égaré de l’islam de France qui ne vous considère que par rapport à votre statut social et qui vous ignore quand vous n’avez pas une fonction importante au sein de la société !

Sachez, ma sœur fillah, que la psychologie est, en réalité, une discipline indissociable des sciences islamiques dans la mesure où, par exemple, nos postures juridiques doivent impérativement tenir compte des traumatismes qui fabriquent des troublés dans la personnalité !

En effet, à titre illustratif : la réconciliation nationale en Algérie, suite à la décennie noire du terrorisme, où des appartements et du travail ont été offert aux terroristes afin que ces derniers déposent leurs armes, sans qu’aucune charge ne soit retenue contre eux, est une abomination psychologique dans la mesure où cela provoque un traumatisme national particulièrement pour les victimes qui réclament justice, et qui ont besoin de cette même justice pour se reconstruire !

Aussi, la dimension psychologique est fondamentale dans les décisions à apporter à l’endroit des injustices à l’origine de traumatismes et de troubles ! Réparer, fait partie de la thérapie et couvrir l’injustice, ou se refuser à la réparer participe de l’entretien des déséquilibres mentaux, relationnels ou comportementaux !

A partir de là, nous pouvons soutenir que la psychologie fait partie intégrante de la religion dans la mesure où notre prophète est : « venu pour parfaire le bon comportement » (Boukhari) C’est pourquoi, l’étudier indépendamment de la religion c’est-à-dire à travers des lectures et des compréhensions d’hommes qui ne possèdent pas la foi est un danger indéniable ! Et tout le malheur réside dans le fait de posséder le Coran dans une main et de chercher la science par l’autre main…

Aussi, la dureté de mon jugement se justifie par le fait que certains pseudo-psychologues aspirent à résoudre des problèmes relationnels et comportementaux des musulmans, et ce, sans s’appuyer sur les croyances de l’islam comme le Tawhid, le Destin, ou l’alliance et le désaveu, voire adoptent des postures anti-islamiques, en orientant leurs patients vers des psychiatres qui pour la plupart ne savent que droguer, et dépouiller de l’autonomie émotionnelle et physique, moyennant un enfermement à l’intérieur de soi, ou plus gravement: la fabrication d'un autisme susceptible d'épargner les gens du mal de l'un de leurs patients...

Il faut savoir que les cinq principales finalités de la loi islamique sont : la préservation de la religion, de la vie, de la raison, de la filiation, et de la propriété. Or,
-         Consulter un psychiatre non musulman : c’est perdre sa religion,
-         Se droguer pour devenir un spectateur de sa vie : c’est perdre la vie
-         Se déconnecter du monde social par des attitudes anormales: c’est perdre la raison
-         Justifier des relations toxiques jusqu’à l’indignité parentale : c’est perdre la filiation
-         Se déposséder jusqu’à laisser le diable nous contrôler : c’est perdre la propriété

C’est dans ce sens que je combats la psychologie occidentale qui n’a rien à voir avec l’islam dans ses méthodes et ses finalités. D’où, la nécessité de dissocier impérativement le psychologue musulman authentique, de celui qui est psychologue mais qui est seulement d’origine musulmane et qui peut renier des vérités comme la possession jusqu’à protéger le diable par ses convictions et sa fausse modernité intellectuelle !

L’arnaque consiste à croire qu’un psychologue ayant étudié la psychologie occidentale pratique la psychologie musulmane du seul fait qu’il soit musulman alors qu’il n’en est rien !

Aussi, mon jugement ne vise que ceux qui par la psychologie éloignent des finalités de la chari3a. A la base, tous les imams doivent être psychologues et tous les psychologues doivent être des imams car le bon caractère, c’est effectivement le summum de la religion !

En conclusion, mon jugement n’est pas à généraliser car il existe évidemment plein de psychologues attentifs à ces évidences comme celle que vous me citez ! Je tiens au final, à ajouter que si la psychologie est une discipline indissociable de la religion alors l’impact d’une thérapie est proportionnel à la sincérité du thérapeute. Or, œuvrer à soigner des blessures mentales et spirituelles en vue de s’enrichir tend à « américaniser » la thérapie ou l’assistance se vend, alors que venir en aide, qui est une adoration dans l’islam, ne doit s’opérer qu’en vue d’obtenir l’agrément divin !

Et, si cette présente critique de la psychologie occidentale blesse ces pseudo-psychologues occidentaux d’origine musulmane, sans qu'ils n'apportent d'arguments solides quant à son contenu, alors elle révèle, de surcroît, que l’égo de ces derniers est encore trop lié à leur cœur pour pouvoir exercer la thérapie, car la base du trouble de la personnalité : c’est justement cette liaison entre le cœur et l’âme que provoque le traumatisme, et qui empêche le recul rationnel nécessaire à l’agissement juste et sage, au moment de la blessure nafsique ! Et, avant de soigner les autres, il faut s’assurer au préalable de ne pas être malade soi-même…

Wa bilahi ta3ala taoufiq
Mahdy Ibn Salah
  • Aucun commentaire trouvé