Écrit par Mahdy Ibn Salah - Catégorie : Roqya - - Affichages : 1674


Salamo 3aleykoum akhy Mahdy.
Je profite de ce mail pour te souhaiter le meilleur sur cette terre et dans l'au-dela incha Allah. Cela fait 5 mois que je suis tombé sur ton site et wallah que j y ai trouvé moulte réponses à mes problèmes du moment et surtout des réponses à des questions qui me trottaient dans la tête depuis des années. Tu as répondu par la positif au courrier de cette sœur qui te demandait si les djinns pouvaient lire dans nos pensées. J'aurai souhaité un peu plus de " dalils " ou en tout cas plus d'explications détaillées sur la réponse que tu as donné comme tu le fais si bien. Et je t'avoue que, ne pas avoir plus d'informations sur ce point me bloque à accepter ce fait puisque n'ayant jamais lu, ou entendu, que les djinns pouvaient avoir cette capacité, dans les hadiths. La pensé et l'intention étant du domaine de l'invisible, comment les djinns peuvent ils  avoir ce pouvoir. Domaine qui ressort des compétences d'Allah seul. Qu'Allah t'assiste, te facilite et t'accorde tout ce que tu entreprends pour la communauté ainsi que sa récompense.
wa salam3 3aleykoum

wa 3aleikoum salam, akhi al karim,

Sache mon frère fillah que « l’invisible » ne doit pas être abordé à travers un angle étroit car le destin ou l’avenir, par exemple, font aussi partit de « l’invisible » dans la doctrine musulmane.

Aussi, il existe des choses que nous ne percevons pas avec les yeux de chair mais qui peuvent être visible d’une autre manière à l’exemple du cœur qui peut percevoir par la foi ce que les yeux ne peuvent voir comme Allah, le paradis et l’enfer.

Aussi, il ne faut pas penser qu’il existe une seule vue, ou qu’il faille consécutivement apprécier la vue des djinns à travers la vue humaine, car il est possible qu’ils voient différemment ou que ce qui est invisible pour nous soit visible pour eux !

En effet, comme je l’ai mentionné dans l’article en question, il existe différentes manières de pensée, et les djinns peuvent avoir accès à la pensée inférieure, celle qui résulte de l’imagination et de la mémoire.

Selon l’imam Ghazali, bien que je doute que le « Tabernacle des lumières » lui soit attribué, il est fait mention de plusieurs modalités de la pensée dont : le sensible, l’imaginatif, l’intellectuel, le cognitif et le constructif, l’intuitif prophétique…

Etant donné qu’il est démontré que l'oubli est une œuvre satanique quand par cette dernière nous oublions l’utile comme l’atteste ce verset du Coran : « J'ai oublié le poisson et ce n'est que Satan qui a fait que je ne me le rappelle pas. »(Coran 18.63)

Par la compréhension du sens de l’oubli, qui résulte de la disparition en la conscience d’un élément participatif de la trajectoire de notre mouvement, alors nous pouvons aboutir que les djinns peuvent lire dans nos pensées, car l’oubli n’est possible sans l’accaparement de l’attention par une autre chose, or, ceci n’est possible à son tour que par l’entremise du pont qu’est la pensée.

A partir de là, nous pouvons aboutir à la conclusion que le terrain de l’imagination est le terrain de communication des djinns donc il s’avère normal qu’ils puissent avoir accès à cet aspect de notre nature.

C’est dans ce sens que nous pouvons comprendre ce récit de Boukhari : « Lorsqu'on appelle à la prière, Satan s'enfuit pour qu'il (le fidèle) n'entende pas l'appel. Lorsque l'appel se termine, il revient. Lorsqu'on appelle [une deuxième fois] pour le début de la prière, il s'enfuit encore, puis il revient encore et s'infiltre entre l'individu et son âme et commence à dire : rappelle-toi telle chose ou telle autre, etc., jusqu'à ce que l'individu ne se rappelle plus combien il a prié. »

On rapporte à ce propos une histoire du gouverneur Al hadjadj Ben Youcef pendant le règne Ommeyade. « On rapporta à Al hadjadj qu'un homme était accusé de sorcellerie. Il lui dit: « Es-tu un sorcier? » L'autre dit: « Non. » Al hadjadj prend une poignée de cailloux et les compta puis il lui dit: « Combien j'ai de cailloux dans la main ? » L'autre lui donna le nombre exact. Al hadjadj prend une autre poignée sans la compter et lui dit : « combien y a t-il de cailloux ? » Il répondit : « Je ne sais pas. » Al hadjadj lui demanda : « comment la première fois, as-tu fait pour savoir et sans que la deuxième fois tu n'y parviennes. » Il répondit : « La première fois, c'est ton Qarin qui l'a dit à mon Qarin. Mais la deuxième fois ton Qarin ne le savait pas. » »

Les preuves étaient connues, mon frère fillah, je n'ai fais qu'extraire l'évidence à partir de ces dernirèes, et ce, par l'entremise de la raison, et il t'incombe le devoir d'essayer de ne pas enfermer ton intelligence par des raccourcis, des apprioris ou des traditions...

Au final, si tu comprends bien ce que signifie la pensée et que tu ne rends pas absolue la vue humaine alors tu comprendras aisément que les djinns peuvent lire dans nos pensées, (et pas dans nos intentions) avec toutefois beaucoup de limite et de restriction comme le fait qu’ils ne peuvent pas lire un nombre composé de plus de 3 chiffres…

D’où l’incapacité des magiciens à pouvoir deviner plus d'une chose à la fois, de ce qu’imaginent profondément leurs sujets !

Mahdy Ibn Salah
  • Aucun commentaire trouvé