Écrit par Mahdy Ibn Salah - Catégorie : Salafisme - - Affichages : 1960

 

As-Salâmu 'aleykum wa rahmatuLlah,


Cher frère,



Tout d'abord, jazakaLlahu kheiran pour tout le bien que vous vous efforcez d'apporter à la communauté, dont les réponses que vous prenez soin de rédiger à l'égard des musulmans en quête de savoir. Pour ma part, je vous contacte car je me sens affaiblie de la désunion que vivent les musulmans aujourd'hui. Il y a tellement de divergences, de mises en garde, de diabolisation de la part de frères sur d'autres frères. Je me sens fatiguée, épuisée et surtout... perdue finalement. Lorsque j'essaie de suivre ce qui me semble être la bonne voie, je suis heureuse, j'avance, je continue, je suis confiante et puis... je suis stoppée. Stoppée par des questions sans réponses. Des arguments contre des arguments, des Minhaj contre des Minhaj (alors qu'il devrait y en avoir qu'un seul en théorie). Enfin je ne vais pas étaler tout ce que j'ai sur le coeur, mais je vais aller droit au but, concernant les questionnements qui me tourmentent. Nous avons assisté depuis le printemps arabe, à plusieurs chutes de gouverneurs tyrans et vu les pays se libérer de différentes formes de dictature. On trouve alors plus de libertés religieuses, notamment en Tunisie et en Égypte. Ce qui a procuré une immense joie dans le coeur des musulmans, un renouveau pour l'Islam, wal hamduliLlah. Mais je n'arrive pas à comprendre pourquoi de grands savants, notamment ceux d'Arabie Saoudite ont condamnés certaines révolutions et les qualifient d'actes de Khariji ? Je ne justifie pas les revendications au nom de libertés mondaines contraires à notre législation. Mais je suis pour que les musulmans revendiquent leurs droits, qu'ils dénoncent les injustices et défendent les lois d'Allah. Ma question est la suivante : Aujourd'hui, au vu de toutes les divergences constatées, quels groupes de savants ou de musulmans peut-on suivre : ceux qui dénoncent les injustices subies par les musulmans et qui appellent à la révolution islamique (dans les règles) dans le but d'élever l'Islam et honorer le musulman sans qu'il opprime qui que ce soit, ou bien ceux qui disent de ne pas se retourner contre les gouverneurs de peur de causer un mal plus grand dont les conséquences qu'il pourrait y avoir, et aussi de patienter sur les tords que nous subissons jusqu'à l'arrivée du Mahdi ?



JazakaLlahu Kheiran de m'éclairer.

Fi amaniLlah

Wa Salâmu 'aleykum

 

Wa ahleikoum salam,

 

Hélas, comme tu le mentionnes nous vivons une époque où la divergence a scindé la communauté en plein de groupes rivaux, si bien qu’il est difficile, de nos jours, de se frayer un chemin vers la vérité. C’est d’ailleurs cette question qui m’a valu l’animosité de la plupart de mes coreligionnaires sectaires, au début des années 2000, quand j’ai abordé la question sensible de la divergence par l’écriture de plusieurs ouvrages dans lesquels, j’ai dénoncé le côté sectaire de tous les groupes actuels qui peuplent le territoire français, parmi lesquels :

 

- Les Pseudo-salafis qui ne cherchent qu’à critiquer et à déconstruire

- Les Néo frères musulmans qui ne jurent que par l’intégration et la réussite sociale

- Les Tabligh qui ne prêchent que pour prêcher

- Les Khawaridjs qui excommunient à tort  

- Les Soufis pour qui toutes les religions s’équivalent

- Les ‘Acharites qui essentialisent des questions doctrinales accessoires

- Les Pseudo-jihadistes qui veulent changer le monde mais ne font pas la prière du Fajr

- Les Chéikhistes qui suivent aveuglement les savants    

 

Sans oublier ceux qui ne font pas partie d’un groupe particulier mais qui appartiennent quand même à des tendances[1] négatives :

 

- Les laïcs qui séparent l’aspect individuel et collectif du Tawhid

- Les virtuels qui vivent leur foi par internet et pour qui ne compte que le buzz

- Les schizophrènes qui obéissent et désobéissent sans scrupule

- Les consommateurs qui ne prennent aucune initiative pour la communauté

- Les traditionnalistes qui mécanisent la pratique de l’Islam

- Les superficiels qui ne se contentent que de l’apparence

- Les moutons qui suivent des modes plutôt que des convictions

- Les indépendantistes qui n’aspirent pas à l’unité de la communauté

- Les nafsistes qui s’énervent toujours quand leur confort est déstabilisé

- Les diables[2] qui s’associent avec leur propre démon dans leur animosité gratuite

 

Ainsi, à l’écriture de mes ouvrages, j’ai voulu participer à la naissance d’un nouvel état d’esprit, celui qui consiste à rejeter le mauvais d’où qu’il puisse provenir et de puiser le bien d’où qu’il puisse provenir, par le désaveu de tous les groupes sectaires ! Le sectarisme consiste justement à vivre sa foi par rapport à un groupe au détriment de l’intérêt de la religion et de la oumma.

 

Sache ma sœur fillah qu’il n’existe qu’un seul but et qu’une seule voie : l’agrément divin et la manière prophétique ! Si tu veux savoir quel groupe est dans la vérité et quel autre est dans l’erreur observe, par déduction :

-          Les objectifs

-          Et la méthode

 par la comparaison d’avec les finalités de la révélation et des sagesses méthodologiques du prophète. En effet, tous les égarements des groupes résultent soit de la non aspiration à la réalisation complète du Tawhid, qui doit culminer, rappelons-le, par la victoire de l’Islam sur la terre, soit par le non conformisme à la Sunna, c’est-à-dire le non respect des priorités et des étapes dans l’action…

 

Nous vivons bel et bien une période de laideur et je conçois ton désarroi, ma sœur, surtout quand on observe des membres de notre communauté remplir nos mosquées et vérifier simultanément tous les défauts des tendances négatives susmentionnées : laïc, virtuel, schizophrène, consommateur, traditionnaliste, superficiel, mouton, nafsiste, sataniste et indépendantiste !     

 

Pour répondre à ta question :

 

Il est évident qu’il faut suivre ceux qui appellent à la révolution sage qui consiste à suivre la posture médiane entre ceux :

-          Qui veulent s’attaquer directement aux gouverneurs

-          Qui veulent éduquer le peuple progressivement

 

En effet, la première voie manque de sagesse et ne permet pas l’adhésion du peuple et la seconde voie altère la compréhension et la spiritualité du peuple car même l’obtention du pouvoir par un musulman, et ce par voie démocratique n’est pas une chute réelle du tyran dans la mesure où perdure un système anti-islamique, qui dépouille indubitablement les résidents de leur identité véritablement musulmane.

 

Ainsi, la vraie révolution doit être une révolution qui associe :

-          l’éducation du peuple

-          et la chute du système

 

Ce qui n’est possible que par le combat armé, comme ce qui se dessine actuellement en Syrie. Alors, ma sœur, n’écoute pas les savants fatalistes, et à la solde des gouverneurs, qui statuent sur des questions accessoires pendant que nos frères meurent en Birmanie ! Ecoute ceux qui n’ont pas peur de dire la vérité, luttent dans le sentier d’Allah, tiennent tête aux gouverneurs comme le pieux prédécesseur Soufiane Thawri qui énonça : « Attention aux Princes, ne devenez pas proches d’eux et ne vous mêlez pas de leurs affaires ; et attention à ne pas être dupés car on vous demandera de faire le médiateur, et vous vous détournerez des opprimés ou rechercherez l’injustice ; c’est en vérité une ruse d’Iblis prise par les adeptes du mal comme un moyen de progresser. »[3]

 

Eloigne-toi, par déduction, des deux extrêmes, du groupe de ceux qui focalisent sur la Shari’a et qui excommunient à la légère et de ceux qui pensent réussir en copiant l’occident dans sa manière de conquérir le pouvoir. Détourne-toi de ces chéikhistes fatalistes qui attendent la venue de l'imam Mahdi  sans lutter comme un malade attend la mort sans se battre... Adhère à la voie du juste milieu, la voie de notre prophète qui a éduqué un groupe, a émigré, a constitué un Etat, puis a combattu l’ennemi jusqu’à la victoire de la Paix ! Ces quatre dernières étapes sont les caractéristiques du groupe sauvé... Recherche-le et intègre-le !

 

Le groupe sauvé n'est pas composé d'un seul groupe

Il contient tous les partisans de la vérité

Qui se réuniront, à la fin des temps, en terre sacrée

Afin de combattre l'Antéchrist et ses troupes

 

 

Mahdy Ibn Salah

 

 

 

   

 

    

 

 



[1] Une tendance est un groupe sans idéologue particulier

[2] Le diablisme est la tendance des « musulmans » qui écoutent plus leur démon que le prophète, et qui détestent, par conséquent, gratuitement d’autres musulmans et souhaitent leur échec

[3] Source : Djami’ Bayan al-‘Ilm wa Fadhlah : 1/179 et voir ‘Alam Nn-Noubala : 12/586

  • Aucun commentaire trouvé