Écrit par Mahdy Ibn Salah - Catégorie : Salafisme - - Affichages : 3825

 


 
Un pseudo-salafi envoie des mails à mes contacts pour les mettre en garde contre moi. J'avoue que son écrit m'a fait un peu rire et pitié à la fois tellement pauvre était son argumentation, et étroite son intelligence! En réalité, le frère se réfute lui-même par son écrit! J'ai même peur, sincèrement, de heurter sa sensibilité en lui répondant et en mettant à nu ses incohérences et son ignorance! J'aime discuter avec des gens de science qui ne pensent pas comme moi quand le débat élève, mais quand nous avons à faire avec des personnes malveillantes qui n'aspirent qu'à descendre alors j'évite de discuter car accorder de l'importance à des ignorants est en soi une erreur puisque cela risque de les enfoncer d'avantage dans l'erreur! Je réponds donc uniquement pour rassurer mes élèves et remettre les pendules à l'heure. Comparez...

 

Ce frère dont le pseudo Fb est « Islam Religion » dit: «Mahdy est dans une secte dangereuse de l'islam » sans préciser le nom de cette secte. Une accusation vide de sens! Je fais partie d'une secte? Et bien, j'aimerais bien savoir laquelle? A défaut de me catégoriser dans un groupe, il faudrait conclure que je n'appartiens à aucun groupe particulier. Notons ici que la caractéristique des pseudo-salafistes est la « catégorisation »! Ils doivent absolument vous trouver une étiquette quand vous êtes différents d'eux, et quand ils n'arrivent pas alors ils accusent sans arguments!

 

Il ajoute que je dis qu': « il ne faut pas écouter trop les savants, mais plutôt utiliser son intelligence! » Quel raccourci! Nous reconnaissons encore la marque des pseudo-salafis qui déforment les propos ou les sortent de leur contexte pour justement en falsifier le sens! Je dis afin de clarifier les choses que l'usage de l'intelligence est obligatoire selon un ordre divin « Il voue au châtiment ceux qui ne raisonnent pas. » (C10/100) A partir de là, Ibn Taymiyya ajoute que l'adoration sans intelligence et clairvoyance est invalide dans le sens où elle n'impliquera pas de récompense dans l'au-delà comme c'est le cas pour l'adoration d'un handicapé mental. Si l'adoration avec intelligence est obligatoire et nécessaire, alors l'acte contraire est interdit! C'est-à-dire l'adoration aveugle. Et il fait partie de l'adoration aveugle que de suivre aveuglement un cheikh et un savant et de lui abandonner son intelligence quand ce suivisme s'opère par un éloignement de la voie prophétique! C'est de cette manière que les juifs se sont pervertis! Et les pseudo-salafis leur ressemblent étrangement! C'est uniquement là, que je dis qu'il ne faut pas suivre les « savants »! Il ne faut pas suivre ces gens de science qui savent mais ne comprennent pas de part leur hypocrisie et leur alliance aux gouverneurs à la solde de l'occident, et nous trompent par leur grade et leur chaire, quand ils ne nous disent pas ce qu'il faut réellement faire. C'est pourquoi l'imam Ahmed nous demande d'aller demander : « aux combattants qui se trouvent au front » car par leur sacrifice pour l'islam, Allah leur accorde une meilleure compréhension de la religion: « Ceux qui luttent dans notre sentier, nous les guiderons vers nos voies » (C29/69) dit Allah dans le coran. Donc, je ne dis pas qu'il ne faut pas écouter les savants, je dis juste qu'il faut revenir vers eux, en cas d'ignorance de notre part, et que tout savant ne l'est pas uniquement par son savoir mais par ses actes de sacrifice. Et la preuve se trouve encore dans le Coran: « Demandez aux gens du rappel, si vous ne savez pas! » (C16/43), « Est-ce que celui qui, aux heures de la nuit, reste en dévotion, prosterné et débout, prenant garde à l'au-delà et espérant la miséricorde de son Seigneur... Dis: « sont-ils égaux ceux qui savent et ceux qui ne savent pas? » Seuls les doués d'intelligence se rappellent. » (C39/9) Ainsi, ce pseudo-salafi me juge sur la base de sa définition de la science et du savant. Et sa définition est de toute évidence fausse quand ils (les pseudo-salafistes) considèrent « savants » ceux qui font uniquement partie de leur groupe ou qui ne s'y opposent pas. M'opposer à leurs « savants », c'est pour eux comme si je m'opposais à tous les savants! Je dis donc: NON! Les savants qu'il faut suivre sont les gens de science qui connaissent le Livre et la Tradition, se sacrifient pour eux, et qui nous rapprochent du prophète par leur élocution, sans rien ajouter, ni rien retrancher à son message!


Le pseudo salafi dit encore à mon sujet : « il dit que l'eau coranisée est une invention d'Ibn Qayyim ce qui est faux astarfiruAllah. » Ce frère n'a pas besoin d'argument!?! La vérité vient de sa bouche?!? Une forme de prétention et de vanité exécrable! Quand j'ai dit cela, je me base sur un écrit d'Ibn Qayyoum lors de son écriture « Zad al ma'ad » dans la route pour la Mecque où il expérimenta la lecture de la sourate Fatiha dans un verre d'eau, et dont il vanta les vertus. Je ne connais pas de personne qui l'ait précédé dans cet agissement d'où mes propos. Si le frère m'apporte un dalil, je voudrais bien le suivre! A défaut, ses propos ne seraient que des preuves de son orgueil, de son ignorance et de sa fatuité! Et le fait qu'Ibn Qayyoum pratique cet acte, n'enlève rien à son mérite car la roqya ne fait pas partie du cultuel mais bien de la médecine! Et à partir de là, nous n'avons pas le droit d'imposer une manière unique de faire. C'est ce qui ressort d'un hadith rapporté par Moslim dans lequel notre prophète permet à une femme de pratique la roqya en lui donnant pour seule recommandation de ne pas pratiquer le chirk. Ainsi, si la roqya est plus de l'ordre médical, la méthode expérimentale devient la base de l'élaboration de la thérapie, tout comme en médecine où certaines dérogations juridiques peuvent être appliquées. Le frère pseudo-salafi confond, par déduction, roqya et adoration!


Il ajoute a mon encontre : « il dit qu'il faut faire des pactes avec les djinns, qu'il faut savoir maîtriser le monde de l'invisible????? » J'avoue commencer à douter de l'entendement de ce frère? Je sais pas où j'ai dis cela? Qu'il trouve donc un passage de mes écrits, une vidéo... Cela s'appelle « une calomnie! » ce que vient de faire ce frère à mon égard. Si vous voulez connaître en pratique ce qu'est un pseudo salafi comparez, par conséquent, sa réfutation et ma réponse ! Merci d'être ce que tu es mon frère, si par ce qui tu es tu permets d'éloigner les musulmans clairvoyants de ton courant!

 

J'ai trouvé dans son écrit un passage qui permettrait d'expliquer ses propos: « Ah oui et la partie où si une personne parle toute seule, ben elle aussi fait des pactes avec les djinns. » Donc, j'ai compris que ce qui  pour moi est un dialogue, est pour lui un pacte! Le frère doit revoir absolument son dictionnaire... Je suis obligé de faire du français avec ce genre d'individus qui confondent les significations des mots et qui veulent vous réfuter quand tout est flou dans leur conscience. Je ne réponds donc pas pour lui car « il ne sert à rien de prouver la véracité d'une connaissance à une personne chez qui l'on doit au préalable prouver la clarté d'une évidence! » Je réponds pour rassurer mes élèves et mes contacts...

 

Ainsi, quand je dis qu'il faut maîtriser le monde invisible, je demande que le croyant doit savoir faire la part des choses entre les idées et les émotions angéliques et maléfiques de son être afin de tendre vers les bonnes et de renier les mauvaises. Quand un idée maléfique hante notre conscience, celle-ci provient d'un diable qui existe réellement. Le succès du diable est consécutif de notre inaptitude à lui donner forme par la croyance car par notre inconscience vis-à-vis de sa présence, il arrive à nous faire croire que ses idées et ses émotions négatives sont les nôtres! C'est à cause de cette identification et de cette inconscience vis-à-vis de la présence des diables que la majorité sont trompés et orientés par Satan! Le monologue est donc, en réalité, un dialogue avec une créature invisible chez qui notre intention vaut acte! C'est pourquoi dire « bismillah » avant de manger permet à un djinn croyant de manger avec nous! Maitriser le monde invisible, c'est croire en l'invisible et agir par rapport à cette croyance. Or, croire en l'invisible est un signe de piété selon le verset 3 de la sourate Baqara. Et notre pseudo salafi démontre par son attitude qu'il ne croit pas comme il devrait croire car il suit Satan de part son comportement. Je demande aux gens de maîtriser l'invisible par la croyance et la science afin de se prémunir contre les pièges de Satan!

 

Ce pseudo-salafi ajoute encore : « il dit aussi que ce n'est pas les verset du Coran qui guérissent quand on fait rokya, bref il fait plein de chirk ,son mur est rempli de choses fausses ,il doit faire partie des soufis. » Cela m'attriste de répondre à ce frère qui ne comprend pas grand chose à la vie. Quand je dis que ce n'est pas le Coran qui guérit, je dis que la lecture du Coran non accompagnée d'intention ne soigne pas car les actions ne valent, et n'ont d'influence positive, que par leurs intentions selon une tradition authentique. Ainsi, lire le Coran même en entier en étant ailleurs, n'aura pas de bénéfice chez le patient! C'est la conviction du raqy qui donne au Coran sa force, de la même manière que c'est notre intention et notre conviction qui donnent à notre invocation un pouvoir! Ces propos sont ils réfutables?

 

Ensuite, le frère dit : « bref il fait plein de chirk ». Le frère ne doit surement pas savoir ce qu'est le Tawhid pour dire que je fais du chirk. Là encore, c'est une accusation grave! Un tel manque de scrupule révèle la vilénie de son âme. Le chirk c'est selon une parole prophétique l'action « de mettre un égal à Allah. » Alors, nous demandons à ce frère où est-ce que j'ai placé un égal à Allah dans mes écrits ou mes vidéos. Si le frère ne trouve pas, et à coup sur il ne trouvera rien, alors cela révèle que pour lui le chirk et le tawhid s'équivalent puisque n'arrivant pas à faire correctement la différence entre ces deux notions diamétralement opposées. C'est ce que j'ai remarqué chez les pseudo salafis, il n'ont du Tawhid que des définitions techniques qu'ils ne comprennent pas car n'arrivant pas à différencier en profondeur la rouboubiyya de la oulouhiyya...

 

J'ai toutefois recherché le pourquoi de la confusion de ce pseudo salafi et j'ai trouvé que par rapport à ma parole: « Le service d’un djinn peut donc s’avérer parfois utile », il répond : « C'est du chirk de faire cela ont dit les savants a l'unanimité. » Le frère insulte les savants par ses propos et commet une grave erreur, assimilable à de la mécréance car l'unanimité est une preuve de la Loi, et donc si une personne invente un Ijma' (unanimité), c'est comme s'il rivalisait avec Allah dans son pouvoir législateur! Qu'Allah nous pardonne...

 

Il ajoute : « Ensuite voici ce qu'il dit dans son sites concernant le fait de demander aux djinns de les aider durant l'exorcisme alors que les savants ont dit que c'est interdit même Ibn Tayyima, pourquoi alors contredit-il les savants alors que c'est du chirk? » Le frère démontre encore une fois qu'il ne maîtrise, ni le Tawhid, ni la langue française car le fait de demander l'assistance « isti'ana » n'est du chrik que lorsque cette demande est orientée vers une personne ou une chose incapable de répondre à celle-ci de part son incapacité de nature comme le fait de demander la pluie à un arbre, car la demande implique le fait d'accorder un pouvoir à une créature dépourvue de puissance par elle-même. Par contre demander l'aide d'un humain pour pousser une voiture en panne n'est pas interdit car l'humain est capable d'accomplir cette tâche de part une capacité intrinsèque. Dire que demander l'assistance à un être capable de répondre par sa nature est du chirk revient à dire que demander à une personne de nous aider à pousser notre voiture est aussi du chirk! Et le frère ment encore en prétendant qu'Ibn Taymiyya interdit la sollicitation d'un djinn pour un service car ce grand savant mentionne dans son Majmouh: « une fois, cherchant partout le calife Omar ibn ul-Khattâb, Abû Mûssâ al-ach’arî finit par demander à une dame de Médine qui avait un serviteur (khâdim) djinn d’envoyer celui-ci vérifier où le calife se trouvait ; la dame l’envoya alors le faire, et obtint de lui l’information que Omar se trouvait à tel endroit, occupé à marquer les chameaux donnés en aumône » Pourtant cet extrait était juste après la citation qu'il a sorti de son contexte pour me calomnier. Ce frère ne cherche donc qu'à me déshonorer en me lisant non pour apprendre mais uniquement pour me descendre car le frère ne m'a pas contacté pour m'inviter à la guidée, il a contacté, plutôt mes contacts fb, principalement des sœurs... L'intention des pseudo-salafis: n'est donc que la recherche des failles, et quand ils n'en trouvent pas, ils les fabriquent!

 

Ensuite, il dit à mon sujet « il doit faire partie des soufis. » et «il prend ces sources nimporte où, lui meme il dit qu'il prend des chose spirituelles chez les soufis et  qu'il n'y a  pas que des soufis égarés alors que c'est faux . » Là, encore, le frère fait preuve d'une ignorance humiliante ! « Est faux» tout ce qui pour lui s'oppose à son référentiel étroit comme ce fut le cas pour les khawaridjs! Un minimum de lecture et de culture générale l'aurait pourtant sauvé! Revenez donc à la fatwa d'Ibn Taymiyya dans son Majmouh dans laquelle, il dit qu'il existe trois types de soufis parmi lesquels se trouvent des gens droits et bien guidés comme Jounayd Al Baghdadi, Zoul Nun al Misri, Sahl Toustari, Ibrahim Ibn Ad'am...

 

Enfin, je vais m'arrêter là, sinon le frère risque de déprimer à la lecture de ma réponse... Les deux critiques qui méritaient une discussion étaient celles concernant ma posture vis-à-vis du contact physique entre un homme et une femme et ma posture vis-à-vis du statut de la musique. Je renvoie les lecteurs de cet article à mes textes en question que le pseudo salafi a voulu réfuter car ils suffisent comme réponse!

 

http://www.mahdyibnsalah.fr/question-reponse/question/309-question-de-la-sur-assia-a-propos-du-chant-et-des-instruments-de-musique-

http://www.mahdyibnsalah.fr/question-reponse/question/119-est-il-permis-de-toucher-une-femme-etrangere

 

Et je souligne, pour finir, que ce n'est pas sur des questions équivoques que l'on peut exclure une personne de la droiture.

 

C'est un honneur pour moi que d'être critiqué par de telles personnes car j'ai remarqué que les pseudo-salafis s'attaquent souvent uniquement aux réformateurs qui s'investissent pour le kheir de la communauté.

 

Qu'Allah nous guide.


Wa bilahi ta'ala taoufiq

Mahdy Ibn Salah

  • Aucun commentaire trouvé