Consultation thérapeutique de groupe (réunion en ligne) -sur rdv Rejoindre la réunion

Arrow up
Arrow down
Écrit par Mahdy Ibn Salah  •  Catégorie : Actualité  •   •  Affichages : 490
Salam 3aleikoum,

La vie est jonchée d’embûches, d'épreuves et d'obstacles ! A bien réfléchir, en vérité, on ne peut pas se défaire absolument de l'adversité sauf si l'on décide de renoncer à la lutte.

Le bonheur est une terre à conquérir, et dans ce sens, il existe autant de jihads qu'il existe d'objectifs à atteindre car tout objectif possède une voie à parcourir, et d'ordinaire la difficulté de la voie est proportionnelle à la noblesse qui va de paire avec la difficulté de la finalité. Ainsi, plus vos ambitions dans la vie seront purs et nobles plus le chemin à parcourir pour réaliser vos missions sera jonché d'adversité et d'animosité. Cette loi n'échappe à personne !

A vrai dire, à chaque fois qu'un élan révolutionnaire voit le jour, apparaît simultanément son opposé, à savoir l'élan parasitaire. Aussi, le parasite est le contraire du réformateur et sa vocation est de corrompre, d'où le fait qu'il sera attiré par la lumière autant qu'une personne sincère, à la différence que sa mission à lui sera de la gaspiller et non de la fructifier.

Parfois, on croit penser se défaire enfin de l'adversité car après tout la paix est l'une des conditions du bonheur mais aussitôt débarrasser d'une adversité, voici qu'une autre situation de conflit apparaît comme pour nous enseigner que le repos n'est pas de ce monde, si l'on chemine bien évidemment dans la voie de la vérité, et ce, tant que cette dernière ne triomphe pas définitivement du faux !

Toutefois la vie est cyclique, une victoire ne dure jamais, si bien que l'un des jihads les plus important est celui de la constance et à ce sujet, Ibn Khaldoun écrivait : « Les temps difficiles créent des hommes forts, les hommes forts créent dès temps prospères, les temps prospères créent des hommes faibles, les hommes faibles créent dès temps difficiles. » Il en va de même des épreuves pour le croyant, qui sont sensées le rendre fort, et ce, jusqu'à lui donner les moyens d'assurer la disparition de ses propres épreuves, puis cette vie sans épreuves engendre le retour de l'insouciance, cette même insouciance qui a causé la descente des épreuves.

Il n'y a que les démissionnaires qui ne combattent pas qui peuvent jouir d'un bonheur illusoire car il y a comme un pacte, effectivement, auquel nous convie Satan, à savoir renoncer à la lutte en échange de l'arrêt de son hostilité ! Or, Satan est un traître, donc de toute évidence la démission ici se traduira toujours par une oppression là-bas car ne point cultiver sa force par l'entretien de la constance dans le combat, c'est entretenir, en quelque sorte, une fragilité et cette dernière sera évidemment exploitée selon un angle particulier, à l'exemple du complexe d’infériorité ou de l'amour du bas monde dont la corollaire est la peur de la mort !

Les luttes sont toutes étroitement liées, qu'elles soient écologiques, économiques, médiatiques, identitaires, idéologiques, psychologiques ou spirituelles et à bien remarquer tout a explosé étrangement le siècle dernier ! Comme pour avertir de l'imminence de la fin que les crises actuelles multiples suffisent pour démontrer et convaincre les plus sceptiques quant à la bonne interprétation du Kitab et de la Sunna qui nous invitent justement à croire à l'évidence de cette imminence.

Si j'écris cet article introductif, c'est pour annoncer un projet dont la vocation sera de proposer un documentaire sur l'histoire de la pensée du Jihad, et ce, en axant sur les personnes et les époques charnières de sorte de bien comprendre son sens profond, son évolution et ses déviations. Ce projet est à, mon sens, d'une importance capitale car à l'heure d'aujourd'hui, on tente moyennant les médias et des hypocrites ou des égarés sur-exposés, de penser à notre place, et pour beaucoup ces tentatives ont aboutit à produire une identité musulmane falsifiée !

L'originalité du projet sera d'établir, à travers une analyse singulière, une jonction entre le petit et le grand jihad de sorte d'apporter un éclairage plus global et d'expliquer en quoi la nature humaine est facilement manipulable et que des facteurs externes à l'individualité peuvent jouer sur la détermination de cette dernière à l'exemple du sentiment de vengeance et des effets d'un système organisationnel sur une identité individuelle. 

J'avais besoin de renouer avec la lutte intellectuelle car je remarque, qu'en notre époque, il n'existe pratiquement plus d'espaces de neutralité... Les banques nous ont déclaré la guerre, les réseaux sociaux, et même les gouvernements, sans oublier bien évidemment les diables parmi les djinns et les humains, et ce, avec des stratégies plus ou moins similaires où l'on vous laisse opérer en s'assurant de vous bloquer ou de vous freiner subtilement, de sorte de générer une illusion par cette liberté d'action, qui n'en est pas une, en réalité, si cette dernière est contrôlée pour que ses effets soient limités ! Certains peuvent penser qu'ils sont libres tant qu'ils agissent mais il n'y a aucune liberté dans une action contrôlée de telle sorte que ses effets soient limitées par ces mêmes personnes qui contrôlent !

Dans ce sens, je pense qu'il est préférable d'être libre même si cette liberté s'opère au détriment de la visibilité et donc d'un développement accéléré plutôt que d'être une ombre à la solde d'un corps dont la forme est modulable par notre ennemi.

Wa bilahi ta3ala taoufiq
Mahdy Ibn Salah





  • Aucun commentaire trouvé