Consultation thérapeutique de groupe (réunion en ligne) -sur rdv Rejoindre la réunion

Arrow up
Arrow down
facebook_page_plugin
Écrit par Mahdy Ibn Salah  •  Catégorie : Croyances  •   •  Affichages : 696


Salam 3aleikoum, mes frères et soeurs fillah

Nous traversons une époque étrange où l’illusoire l’emporte sur la réalité dans la mesure où les faux sont mis en avant pendant que les vrais, quant à eux, sont marginalisés. S’il est vrai qu’internet a eu l’avantage de rétrécir les distances entre les gens, il a eu malheureusement l’immense inconvénient d’ouvrir une lucarne sur un monde obscur, de sorte que les ténèbres puissent se propager moyennant ce que j’appelle : « la publicité satanique ».

J’entends par publicité satanique l’action de véhiculer des informations ténébreuses relatives à des laideurs comportementales, surtout quand ces dites laideurs appartiennent à des musulmans.

Il faut savoir que dans l’islam il est interdit de propager le mal des musulmans car cette propagation salit effectivement l’image du croyant dans la poitrine, et brise, consécutivement, la confiance que l’on peut lui vouer !

C’est l’un des objectifs de Satan que de briser la confiance en soi et la confiance réciproque, et ce, par le jugement de valeur à l’endroit de notre potentielle hypocrisie, qu’alimente la propagation du mal en actes car à force de ne plus avoir confiance aux autres, on empêche de surcroît l’unité indispensable à la constitution d’une Oumma, et à la victoire, par déduction, de l’islam !

C’est dans ce sens que notre prophète a dit dans une tradition rapportée par Boukhari : « Que celui qui croit en Allah et au Jour dernier qu’il dise du bien ou qu’il se taise ! »

Outre le fait qu’internet permet à la publicité satanique de se propager, elle dépouille la publicité angélique, en l’occurrence les rappels, de son essence ! En effet, notre prophète a dit dans une tradition authentique, rapportée par Boukhari, comme signe de la fin des temps : « la disparition de la science !»

Or, il y a un paradoxe évident, en raison de la facile accessibilité à des quantités impressionnantes de connaissances, que permet internet et les outils de la technologie moderne ! Aussi, le hadith précité s’explique de la manière suivante : c’est la valeur de la science qui disparaitra au profit d’une connaissance de forme, à l’exemple de ces rappels innombrables que l’on envoie, ou que l’on reçoit sans y prêter l’attention qu’ils méritent ! Ainsi, c’est la disparation de la science vraie dont fait allusion au profit d’une science fausse qui ne fait pas vibrer les cœurs, ni n’engendre des actes sur le terrain…

Et, à ce niveau les réseaux sociaux sont une excellente illustration de notre propos dans la mesure où nous avons ici : une vie virtuelle qui s’opère au détriment de la vie réelle, à l’exemple de la vie d’ici-bas et de celle de l’au-delà !

Les gens ne voient pas quand ils se consacrent au bas monde au détriment de la vie future qu’ils construisent leur propre perte, et donc leur propre souffrance, même si cette dernière peut être différée !

Il en va de même de ceux qui vivent à travers leur smartphone au détriment d’une vie où la chaleur humaine se palpe à travers de la proximité et des actions de terrain !

J’ai traité le sujet de la dépersonnalisation, dans mon précédent article, et je pense qu’il existe, dans le prolongement : une déréalisation qui dépersonnalise, et ce, quand nous sommes absorbés par une vie virtuelle au point de ne pas dormir tôt, jusqu’à gâcher notre matinée à rattraper notre sommeil de la veille…

Combien sont ceux qui ne peuvent plus se passer de faire des selfies pour nous partager leur repas !?! Combien demandent des invocations à la Oumma virtuelle pour des drames personnels qu’ils vivent !?! Combien servent le diable en partageant les péchés des musulmans !?! Combien nous partagent des moments intimes comme un accouchement ou autres !?! Combien pensent adorer Allah à travers des actions virtuelles comme si des likes pouvaient changer le monde ou nous permettre d’obtenir des hasanates…

Mon article n’a pas pour vocation de blâmer absolument l’usage d’internet et des réseaux sociaux mais de mettre en évidence que le web est un monde ! Et comme tout espace il est régit soit par la foi, soit par le Koufr.

Ainsi, les règles relatives à la résidence doivent s’appliquer au web, à savoir qu’il existe une hijra pour internet et les réseaux sociaux comme il existe une hijra pour une terre de Koufr. Or, facebook et les autres réseaux sont dirigés par des ennemis de l’islam.

Par conséquent, les dérogations de son usage concernent seulement ceux qui font réellement de la da3wa ou qui utilisent ces outils comme des moyens et non des fins en soi afin de constituer des liens réels en Allah, en vue de faire triompher sur le terrain la juste cause !

Hélas, une grande majorité noue des liens virtuels au détriment du réel jusqu’à l’addiction, voire tombe dans le piège du web en finissant, tôt ou tard, par bifurquer vers des sites illicites ! Avantages ou inconvénients ? Que chacun mesure ces deux plateaux dans son usage du net…

Mahdy Ibn Salah
  • Aucun commentaire trouvé