Consultation thérapeutique de groupe (réunion en ligne) -sur rdv Rejoindre la réunion

Arrow up
Arrow down
Écrit par Mahdy Ibn Salah  •  Catégorie : Maladie du coeur  •   •  Affichages : 2847

 

Nous avons traité dans les articles précédents, la laideur des doubles visages selon différents plans par l’entremise de l’échange avec une personne affectée par ce fléau, visiblement irrécupérable. Nous allons dans cet article, enfin traiter des remèdes destinés à ceux qui sont affectés par ce mal et qui veulent sincèrement s’en sortir car vous pouvez trouver effectivement des personnes au double visage conscient et souffrant de ce dédoublement, et désirant y mettre réellement fin !

 

Il est important d’élucider les origines de la maladie afin de partager cette dernière en fonction des différentes voies qu’emprunteront ses victimes car il semblerait que cette maladie soit un châtiment et une punition pour certains et une épreuve pour d’autres.

 

Généralement cette maladie trouve son origine dès l’enfance, voire avant, dans l’accouplement, de sorte que l’enfant soit le fruit d’une conception diabolique ! A titre illustratif, je me souviens que la double facette de Sarcelles m’avait dit que sa mère lui avait dit que sa conception fut le fruit d’une relation extraconjugale, et surtout qu’elle était étrange car la jouissance a atteint rapidement son paroxysme, comme s’il y avait un facteur accélérateur ! Un diable, surement…

 

En effet, une tradition énonce : « L’enfant adultérin n’entrera pas au paradis. »[1] Il faut comprendre ce hadith, bien évidemment, par le fait que l’enfant n’aura pas à répondre du péché de ses parents mais de part la nature de sa conception, il aura plus de difficulté à vaincre les influences démoniaques en raison de l’association d’un diable à sa personne, lié aux parents, et ce, dès la naissance ! Il y a donc une étroite corrélation entre la spiritualité des ascendants et celle des descendants d’une même famille, de sorte que s’explique la nature mauvaise de certaines personnes à l’âge adulte par l’environnement diabolique de leur enfance ! C’est pourquoi, Allah dit pour prouver la pureté de Marie : « Ton père n’était pas un homme de mal et ta mère n’était pas une prostituée »[2]

 

Il existe, par conséquent, deux types de double facette :

-          Une double facette liée à la naissance et à l’enfance

-          Et, une autre qui s’acquiert plutôt par la volonté, dans la durée

 

Ainsi, plus l’environnement autour duquel baigne l’enfant est diabolique plus l’enfant va souffrir de la double facette. A titre illustratif, je vais vous citer un extrait de l’enfance de Malika qui peut expliquer sa double facette actuelle : «Voilà, étant petite, vers l’âge de 5 ans je crois, j’étais en Tunisie, mon pays d’origine avec ma famille. Mes parents ont une maison là-bas. Accolée à la leur, nous avons des voisins. Jusqu’ici tout va bien. Un jour que ma mère passait du temps chez eux, je suis allée la retrouver pour lui demander de l’argent pour m‘acheter une glace ou des confiseries je ne sais plus très bien. N’ayant pas son porte monnaie sur elle, le voisin s’est gentiment proposé de me donner une pièce. Il m’a demandé de le suivre. Ce que j’ai fait sans sourciller, ma mère n’étant pas loin. Bref, il m’amène dans une chambre, sombre, ferme la porte et me porte sur le lit en hauteur je crois. Au préalable, il m’avait baissé ma culotte. J’en ai le cœur qui palpite rien que de l’écrire. Il baisse alors son pantalon puis sort son sexe déjà en érection. Il m’a parut « énorme ».  Je me rappelle encore aujourd’hui de cette vision. Je n’ai pas eu peur, je n’ai rien dit, j’avais les yeux écarquillé par ce que je voyais. Il s’est alors mis sur moi et a commencé à se frotter à moi avec son sexe et m’embrassait dans le coup. Je me rappelle en avoir eu marre et j’ai commencé à me débattre un peu. Il a donc arrêté. Je ne sais pas combien de temps cela  a duré. Aussi, je précise qu’il n’y a pas du tout eu de pénétration. Juste des attouchements. Il m’a dit de ne rien dire puis m’a donné ma pièce. Je suis repartie comme si de rien n’était. Et personne ne s’est soucié de cette absence… Les années ont passé, j’avais oublié cet épisode de ma vie, jusqu’au moment ou je suis moi-même devenue maman.  Je crois que mon mal être a commencé à empiré à partir de là. Mon mari dit de moi que je suis une torturée d’esprit. Aucun membre de ma famille n’est au courant (frères, sœurs, père ou mère). Juste mon mari et quelques amies. Plus grande, j’ai eu de nouveau des attouchements avec mon cousin. Il venait me « tripoter » quand je dormais. Rien de très grave en somme, mais quand même. Puis un jour, mon petit frère a essayé aussi. Je dormais dans ma chambre, chez mes parents, et il est venu me toucher ma poitrine. J’ai fait semblant de dormir puis je me suis mise à bouger pour le faire partir. Il n’a jamais recommencé. J’ai par la suite mis un verrou sur la porte de ma chambre. »

 

Notez que les doubles facettes sont des fitnas pour leur entourage dans la mesure où ils déclenchent les natures profondes et cachées, les plus viles et les plus mauvaises, de leur entourage ! Je me souviens, à titre d’exemple, d’une double facette féminine qui arrivait à faire jaillir des envies lesbiennes chez ses copines, portant pourtant le Jilbab !

 

Ainsi, les doubles facettes sont comme des ennemis externes qui veulent pénétrer la citadelle de notre cœur moyennant les traitres internes que sont nos propres diables !

 

Aussi, plus le choc provoqué en la conscience de l’enfant est grand, plus la double facette sera puissante. C’est donc généralement dans des familles où les péchés capitaux sont les plus horribles tels que l’inceste, la sorcellerie, la violence gratuite et le meurtre que nous trouverons les cas de double facette les plus graves ! A ce sujet, la sœur Malika écrit : «  J'en veux à mes parents à l'éducation qu'ils nous ont inculqué, à la vie que mène mon père aujourd'hui (ne vit plus avec ma mère et a une autre personne, je ne pense pas qu'il soit marié), au manque d'instruction que nous avons face à l'islam, au manque d'affection que j'ai beaucoup ressenti et que je ressens encore... Et pourtant ce sont mes parents et ils ont fait ce qu'ils ont pu avec les moyens qu'ils avaient.  Je lui en veux de nous avoir abandonné comme ca. Je lui en veux de ne pas être présent. Je lui en veux de nous avoir "dressé" à la dure sans échange, sans dialogue, ni explication. J’en veux à ma mère par rapport à son laxisme, je lui en veux de n'avoir pas su le satisfaire, le retenir... Et, aujourd'hui, j'ai l'impression de reproduire la même chose. Je suis souvent souriante, je ris et fais souvent rire mes amies, et quand je me retrouve seule avec mes enfants, le stresse me gagne l'impatience aussi et je m'énerve et cris sur eux... Mon père à l'extérieur de la maison était très apprécié et avait une belle image, mais quand il rentrait, il avait toujours à redire, et criait sur tout le temps. » 

 

Notez que la sœur Malika, possède des sentiments mitigés à l’égard de son père, qu’elle aime sous un angle et déteste, selon un autre ! Et c’est ici, que l’on peut trouver l’origine de la double facette. Me revient à l’esprit le cas de cette sœur victime d’incestes de la part de son père qu’elle aimait pourtant comme un amant jusqu’à en devenir folle, au sens premier du terme !

 

Ainsi, nous pouvons dire que la double facette est une épreuve à la base et qu’elle devient un châtiment quand la personne prend le parti de sa facette démoniaque en lui donnant la prédominance en pensées ou en actes sur sa bonne facette ! Par conséquent, il existe quatre cas de figure concernant la double facette :

-          La perversion par la complicité démoniaque

-          La folie et la perte de la raison

-          La lutte et les épreuves interminables

-          La guérison totale

 

La première catégorie est celle de ceux qui ont penché du côté de la facette diabolique et qui sont tombés passionnément amoureux de celle-ci, c’est la catégorie la plus horrible, et qui n’est pas remédiable[3]! La seconde catégorie est celle de ceux, qui en raison de leur bonté intérieure, n’ont réussi à supporter l’épreuve et ont perdu la raison dans celle-ci ! La troisième catégorie est celle de ceux, qui sont disposés à faillir, et qui se refusent de suivre leur seconde facette en actes, par un redoublement d’efforts, et souffrent de la présence en eux de cette facette démoniaque et de la lutte perpétuelle envers celle-ci ! Et enfin, la dernière catégorie est celle de ceux qui ont guéri totalement car sincères, ils se sont donnés les moyens de guérir en suivant les prescriptions à la lettre d’un thérapeute expérimenté.

 

Nous arrivons donc aux remèdes :

-          La repentance des parents source de la seconde facette

-          La justice à l’égard des causateurs de la seconde facette, non repentis

-          La dénonciation et la coupure radicale d’avec ceux-ci s’il n’y a pas repentance

-          L’extériorisation des chocs de l’enfance auprès d’un thérapeute expérimenté

-          La patience dans la lutte contre la seconde facette en infirmant ses penchants maléfiques

-          La repentance et la réparation des injustices causées par la seconde facette

-          Le Tawhid et l’acceptation de l’unité de la laideur de l’être s’il y a eu confirmation des penchants de la seconde facette

 

J’entends par la repentance des parents source de la seconde facette, ceux qui ont conçu l’enfant en dehors du mariage et qui par leur repentance peuvent enlever le démon associé à la conception de leur enfant. J’entends par justice à l’égard des causateurs de la seconde facette l’exécution de la peine capitale, dans le cas de l’inceste ou d’un viol, si ceux-ci vivent au sein d’un état musulman ; ou la vengeance. Je me souviens d’un père qui tua son frère, à la lecture d’un courrier de la part de sa fille, une vingtaine d’année après, dans lequel elle dénonça le viol de son oncle à son égard durant son enfance, expliquant pourquoi cette dernière est devenue, à l’âge adulte, une star du X, et qu’elle fut délaissé et bannie, en déduction, par sa famille… J’entends par coupure radicale, à défaut de se venger, le fait de s’éloigner, de dénoncer, de ne plus penser, et surtout ne plus manifester d’amour à l’égard de ceux dont nous sommes liés par un lien du sang et qui sont à l’origine de notre double facette. J’entends par extériorisation, le fait de ne pas garder secret ces choses là, car c’est par le secret que la facette démoniaque garantit sa préservation et que la double facette se pérennise en l’être ! J’entends par patience dans la lutte contre la seconde facette le fait de se battre, même au prix de la vie et du déshonneur, contre les penchants de la facette démoniaque ! J’entends par repentance, le fait de vérifier toutes les conditions de la repentance particulièrement celle qui consiste à réparer les injustices et à demander pardon aux victimes de la trahison et de la tromperie. J’entends par acceptation de l’unité de la laideur de l’être le fait de ne pas maintenir la dualité, s’il y a eu confirmation des penchants diaboliques en actes, par l’entretien de l’amour de la bonne facette envers la mauvaise ! En d’autres termes, d’arrêter de jouer un rôle et de s’accepter dans sa laideur afin de pouvoir s’embellir et se réformer par le Tawhid !

 

Demain, dans le prolongement de cet article, je développerai, incha Allah, la raison pour laquelle certaines personnes sont disposées à devenir des doubles facettes, et pas d’autres ! Et, je ferai en conséquence l’éloge de ceux qui, disposés à faillir, n’ont jamais succombé à la tentation par la grâce divine, ou ont réussi à tuer, par un effort noble, leur facette diabolique ! Ils sont certes meilleurs que ceux qui par leur indisposition à la double facette, sont moins éprouvés qu’eux !

 

Mahdy Ibn Salah

 



[1] Ahmed
[2] C19/29
[3] La sœur Jèmile m’a écrit à ce propos : « Salam frère, j'ai connu des double-visage, et je dois dire que c'est des incarnations d'ibliss a3udhubiLlah(+ ou moins temporaires et + ou moins durables); qui n'ont lieu que dans la mesure où la personne croit à son égo ou au faux qui devient pour elle un exemple qu'elle suit, et convoite de se dorer son égo de son vivant... ces doubles face que j'ai connu étaient des égotiques, en psycho, ils les appellent manipulateurs... ils sont connus du monde de la psycho aussi a3udhubiLlah, et ont la caractéristiques d'être narcissiques...dans leur vie, leur "moi" les aveugle à tous autres, et ils ne viennent se frotter aux gens que pour retirer des avantages pour leur égos comme quelqu'un irait faire des courses... Ils sont comparables au fou qui vole de la peinture et des redorements à tous les magasins dès que c'est possible, et quel que soit le mal qu'il engendre, pour simplement redorer son idole dévernie... Qu'ALlah nous en préserve amîn. Mais en fait je me dis : c'est satan qui les utilise par leur faiblesse qui est d'adorer leur je... Ils se donnent aux faux, à la passion, à la vanité, à la lâcheté comme à l'opportunité de vivre par ce que leur propose leur chimie nafsique et ses djinns; Satan les utilise comme des portes vers les gens de sorte que par l'amour et l'affection que les gens leur portent, satan agrandisse son emprise et sa manipulation sur tout un groupe de gens de sorte notamment, à taire et à détourner des véridiques par les faux brillants dont l'intensité émotionnelle attire comme une lampe appelle les moustiques de nuit ! En fait les pieux sont comme celui qui sait que dans quelques heures la lumière du jour va revenir - elle est destinée à revenir... les pieux ne vont pas vers les doubles face ; et ne s'en rapprochent dans un premier tps que pour les aider...jusqu'à comprendre qu'ils ne sont pas aidables pour la raison qu'ils ne cherchent pas à être aidés, mais à briller à travers une amitié "garde manger" ! A3udhubiLlah min cette nature abjecte... J'appelle cela nature abjecte pour la raison que c'est la nature de ceux qui ne cherchent pas l'équité, la Justice et la vérité dans leur vie, mais leur idole, leur égo...leur égo leur égo et seulement leur égo. »
  • Aucun commentaire trouvé