Consultation thérapeutique de groupe (réunion en ligne) -sur rdv Rejoindre la réunion

Arrow up
Arrow down
Écrit par Mahdy Ibn Salah  •  Catégorie : Psychologie  •   •  Affichages : 490


Je me dois de vous dévoiler le fond de ma pensée en toute sincérité. Je pense que votre thèse est erronée et que vous avez fait une grave erreur en postant cette vidéo. Vous avez donné trop vite une conclusion certaine sur la base d’une chose qui n’était encore qu’hypothétique. En effet, vous n’aviez pas encore une vision globale de mon cas, et ce n’est pas par l’étude d’une poignée de cas qu’on peut parvenir à une conclusion. Vous avez dit vous même que votre méthode se base sur le fait de valider une thèse quand il n’y a pas de contre exemple. Or, si vous n’étudiez pas suffisamment de cas comment pouvez vous vous assurer qu’il n’y a pas de contre exemple ? Comment valider une hypothèse avant d’être sûr qu’elle se vérifie chez plusieurs patients atteint du même symptôme ? 

Salam 3aleikoum, okhty al karima,

Je vais répondre plus proprement incha Allah. Et je profite de l’occasion pour m’excuser auprès des personnes qui me sollicitent et qui ne reçoivent pas en retour des réponses détaillées. En ce moment, je suis très occupé…

Ceci dit, une thèse en psychologie est soit :
  • Fausse
  • Incomplète
  • Vraie
Elle est fausse quand elle contient des contradictions et des incohérences car c’est justement par l’absence de contradictions que se démontre la véracité d’un postulat. A ce sujet, Allah dit : « Ne médite-t-il pas sur le Coran, s’il provenait d’une autre qu’Allah : ils s’y trouveraient certes maintes contradictions. » (4/82)

Une thèse est incomplète, tout en étant vraie, quand elle est globale mais pas assez précise. Elle permet de résoudre de nombreux cas mais pas tous les cas car il existe souvent des cas particuliers qui sont le fruit de certaines combinaisons complexes qui ne permettent pas l’élucidation de toutes les failles par ladite thèse.

C’est dans ce sens qu’il faut comprendre, qu’une thèse peut évoluer vers plus de précision, en partant du global pour aller dans le détail. Aussi, il est important de ne pas amalgamer « erreur » et « précision » car tant qu’une thèse n’est pas contradictoire, elle reste vraie !

Ceci dit, je ne retire rien de ce que j’ai dit à propos de la déréalisation car la déréalisation traduit souvent un sentiment de vide que le démon met en premier plan après avoir pris le dessus sur la personnalité ! Ce qui implique : FAILLE !

Aussi, la déréalisation met en relief une dualité persistante entre le remord et le péché. En d’autres termes après que le démon ait réussit à pousser l’individu à aller de son sens, il replace l’individu en premier plan par son état dépressif puisque la déréalisation ressemble en de nombreux points à la dépression, et ce, jusqu’à l’addiction vis-à-vis de l’acte susceptible de faire oublier l’état négatif, accentuant de surcroit le débit du cercle vicieux !

Dans ce sujet, beaucoup de facteurs sont en jeux. C’est pourquoi, il faut opérer une différence entre la « déréalisation » et « l’inversion » car lorsque l’individu valide le péché, en se libérant du remord, alors certes il ne connaitra plus la déréalisation mais subira « l’inversion » et généralement les gens affectés par ce symptôme ne dorment plus la nuit, où auront du mal à dormir !

A partir de là, il est impossible qu’une personne malade soit malade sans une cause que cette dernière soit externe comme une relation toxique ou interne par des péchés, en actes ou en sentiment comme l’hypocrisie. Une maladie possède toujours une cause initiale et une cause d’entretien !

Généralement les gens qui vivent la déréalisation subissent une « entourloupe mentale » dans la mesure où ils complexifient leur propre maladie par l’action de « faire diversion », consciemment ou inconsciemment, car ils peuvent être pris dans le piège de ne pouvoir s’en sortir dans la mesure où une maladie se résout par l’élucidation de la faille or certaines personnes qui veulent soigner leur image, ne peuvent justement pas mettre en relief ces dernières…

Aussi, il est possible que la faille des personnes qui subissent la déréalisation se localise dans la plainte mal placée, à savoir dans l'action de se plaindre des conséquences d'un état sans axer sur son origine réelle. C'est pourquoi, la déréalisation est le fruit de la combinaison de 2 facteurs :
- l'existence d'une relation toxique
- l'action de se plaindre en déplaçant le problème

Normalement, il suffit de supprimer l'un de ces facteurs pour faire disparaître la déréalisation.
C’est dans ce sens, que le brouillard à l’endroit de l’élucidation d’une faille est suspect en thérapie musulmane car elle démontre soit :
  • une volonté de l’occulter de la part du patient
  • une incompétence du thérapeute
Aussi, de 2 choses l’une : soit je suis incompétent, soit vous occultez des éléments susceptibles de comprendre votre état. Quoiqu’il en soit, cette vidéo a permis de faire ressortir quelque chose en vous qui n’a fait que confirmer la thèse que vous réfutez. Ceci signifie donc qu’elle a visé juste car vous avez véhiculé quelque chose de négatif !

N’oubliez pas qu’une toxicité peut s’opérer indirectement, parfois même à travers un relais, qui peut être, quant à lui, positif…

Au final, je me suis basé dans cet article sur des cas résolus. Sentez-vous donc visée uniquement là où vous êtes en devoir de l’être !

Wa bilahi ta3ala taoufiq
Mahdy Ibn Salah
  • Aucun commentaire trouvé