Consultation thérapeutique de groupe (réunion en ligne) -sur rdv Rejoindre la réunion

Arrow up
Arrow down
Écrit par Mahdy Ibn Salah  •  Catégorie : Relations extraconjugales  •   •  Affichages : 2722

 

As salam alaykoum wa rahmatullah wa barakatuh

 

J'aimerais vous exposer ma situation afin d avoir votre avis, car me voila dans une situation où je ne sais pas quelle issue prendre, je me perds dans mes pensées, coincée entre mon cœur et ma raison. Il s'agit de mariage.


Je suis une femme de 24 ans musulmane depuis peu al hamdoulillah. Il y a 3 ans, j'ai fait la connaissance d'un homme hakim, qui était au début un ami, mon manque de connaissances, de pratique et du fait que ma foi était à cette époque là faible, on fait que je me suis mise en couple avec lui, une relation haram, durant ces 3 années, je vivais que du bonheur, c'est un homme calme, attentionné, respectueux mais peu présent du fait que notre relation restait cachée aux yeux de son entourage. Pendant ces 3 ans, je faisais régulièrement le point avec lui en lui demandant: « quand vas-tu me présenter à ta famille? A quand les fiançailles? Tu n'es jamais là, tu rentres tard, quand sera tu plus présent?»Mais la réponse était toujours la même : « pas encore, c'est compliqué c'est pas comme chez toi, je suis occupé, ce n’est pas le moment... » Mais je l'aimais tellement d'un amour passionnel, je l'aimais à la fois comme une sœur, une mère, une amie et une femme je me suis toujours comportée avec lui comme s’il était mon mari. Je suis donc restée patiente en voulant attendre le jour ou il se déciderait…

 

Etant seule dans l'apprentissage de la religion, j'ai tardée à savoir accomplir la prière mais quand je l'ai apprise et commencée à pratiquer, en plus du fait de fréquenter les mosquées, rencontrer des sœurs, cela a fait augmenter ma foi al hamdoulillah, et j'ai commencée à prendre conscience de ma situation et que cela ne pouvait pas durer ainsi, que c'était grave, que je pouvais quitter cette vie à tout moment et que mon jugement serait lourd.

 

Comprenant que notre histoire ne mènerait nulle part, les derniers 6 mois, pendant que ma relation avec hakim suivait son cour habituel, j'ai commencée à faire un gros travail psychologique, à me faire une raison et à me préparer à la rupture. Lui n’arrivant pas à choisir entre mariage ou séparation il fallait que je la fasse malgré les sentiments que j'avais  pour lui.

 

Je suis animatrice avec les enfants, et pendant le mois de juillet je suis partie faire une colo d'un mois, nous étions 2 à encadrer le groupe. Je ne savais pas avec qui je travaillerais. Celui-ci s'appelle ali, j'étais contente de travailler avec un collègue musulman. Je n'ai jamais été attirée par un autre homme que hakim, je n'ai pas d’amis homme, j'ai toujours évitée toute tentation. Mais là du aux conditions de ce travail on n'était tout le temps ensemble, on n’a apprit à se connaitre, à cerner la personnalité de l'autre, ce qui a fait que je me suis attachée à cet homme. Au début, ce qui me plaisait en lui c'est sa situation, il ne sort jamais, c'est seul sortis sont pour se rendre à ces entrainements sportif. En ce qui concerne sa famille, son père est musulman, sa mère ne l'ai pas (qu’Allah la guide vers le chemin de l'islam amine) mais je voyais là une facilité à être accepter par sa famille, c'est un homme qui cherche la femme de sa vie et n'accumule pas les relations en attendant. Je m'imagine donc dans mes songes les plus secrets heureuse auprès de lui, mais voilà j'avais de l'attachement pour cette personne mais mes sentiments été pour hakim.

 

A la rentré, en septembre on s’est retrouvés à travailler dans la même école, ce qui faisait que je le voyais tout les jours. Il m'a avoué une chose, qu'il aurait aimé avoir une femme comme moi et que la si la situation aurait été différente il aurait souhaité me demander en mariage. Cela m’a fait un choc!! La chose que j'attends que hakim me demande depuis  3 ans, c'est un autre qui me le dit! Cela m'a bouleversée… Et de là j'ai commencé à ouvrir les yeux, à conclure que je n’étais  finalement pas si heureuse que avec hakim du fait de son manque de présence et d'investissement dans notre relation.

 

A force de voir ali tous les jours au travail des sentiments on commencé à naître, j'ai priée Allah pour qu'il me donne la force d'oublier hakim, de retirer de mon cœur tous ces sentiments que je lui portai et qu'Allah puisse apaiser mon cœur et mes douleurs.

 

Il y a 3 jours, ayant eu la force de le faire, je lui ai posé l'ultimatum, mariage ou séparation? En lui certifiant que s’il ne prenait aucune décision que je le quitterais. Il ne s'y attendait pas et ne m'avait jamais vu comme sa aussi froide. Je crois que ayant compris qu'il été en train de me perdre sa lui a fait un électro choc car le lendemain il m'a dit de ne plus m'inquiéter, qu'il allait faire tout ce qu'il faut, que une fois mariée tout sera différent qu'il serait présent, qu'il n'avait nul doute sur le fait que je sois la femme de sa vie.. Alors oui super! La chose que j'attendais depuis 3 ans se réalise enfin!

 

Oui sauf que voilà j'ai comme l’impression que je n'en n'ai plus envie… Que c'est trop tard... Pourquoi, je ne suis pas heureuse? Il ya un an, j'aurais pleurée toutes les larmes de mon corps de joie! J'ai tellement priée pour qu’Allah m'apaise le cœur, que je me sens comme trop apaiser à ne plus savoir ce que je ressens. J'ai peur de pas être heureuse, je ne m'imagine pas rencontrer ces parents, j'en ai trop peur. Et Ali? Il faut donc que je l'oublie? Cela me brise le cœur…  Voilà que les choses s'inversent mon cœur me dit désormais Ali et ma raison (la logique des choses) me dit hakim. Hakim à bien vu mon manque d'enthousiasme et ne le comprend pas, ce qui est logique. Je reste patiente face à l'épreuve d’Allah mais je n’arrive pas à savoir la décision qu’Allah veut que je prenne. Je ne sais quoi faire et ne trouve pas d'issus… Je suis désolé pour la longueur de mon message mais je voulais bien vous expliquer afin que vous puissiez je l’espère m’éclairer sur ma situation et me conseillé.

Qu'Allah vous récompense et vous protège mon frère.

 

Wa ahleik salam, orti fillah,

 

Vous vous trouvez dans une impasse ma sœur entre deux choix, deux hommes, et deux « amours » dont l’un probablement est satanique et l’autre peut être angélique. Une épreuve se présente, par déduction, à vous : celle de l’opposition entre la raison et l’émotion, et donc du sacrifice de l’émotion illusoire par lequel Satan veut vous piéger, au profit d’un amour plutôt rationnel et bénéfique pour votre foi et votre au-delà !

 

Sachez ma sœur que vous avez eu raison de fixer un ultimatum car c’est par l’ultimatum que l’on peut déceler si une alliance est satanique ou pas.

 

En effet, imposer un mariage à une personne qui retarde le halal sans culpabiliser de vivre dans l’illicite est une excellente voie pour savoir si la personne est sincère dans sa relation avec vous, où si c’est Satan qui l’utilise pour jouir de vous directement. Par l’ultimatum, vous pourrez, par conséquent, savoir si votre prétendant vous veut entièrement ou s’il désire seulement un aspect de vous : généralement là où son trouve son intérêt! 

 

Ainsi, pour que l’ultimatum soit complet, il faut nécessairement vous repentir, vous deux, et vous séparer de lui en coupant tout contact physique illicite jusqu’au mariage. En effet, faites attention car Satan peut reveiller des sentiments, s'il craint de ne pouvoir continuer à profiter!

 

 Ainsi, si le prétendant résiste, c’est qu’il est sincère dans sa repentance mais s’il exige de vous voir, en tête à tête, en prétextant des raisons non légitimes, souvent de pures arnaques pour vous faire succomber, alors soyez convaincu que la relation n’était que satanique et intéressée, et qu’elle doit être, par conséquent, coupée !

 

Si, après avoir constatée que la relation ne méritait pas de durer, vous voulez vous marier avec quelqu’un d’autre, n’oubliez pas d’attendre un délai de viduité d’une menstrues...

 

Il n’y a pas, à mes yeux, de meilleure façon

Que l’ultimatum afin de tester

La sincérité d’une relation

Ou la détermination à arrêter de pécher

 

Mahdy Ibn Salah

  

 

 

 

  • Aucun commentaire trouvé