Écrit par Mahdy Ibn Salah - Catégorie : Salafisme - - Affichages : 2830

 

 

Vous êtes un prédicateur ! C'est une lourde responsabilité, et cela demande énormément de science ! Et bien sur, c'est un droit de savoir de qui on apprend la science quand même ! Dans ce cas là, on écoute tout le monde et actuellement on peut être facilement égaré. Je ne vous comprends pas Mahdy, ma question est simple, je vous ai juste demandé : d'où tirez vous la science ?

 

Wa ahléik salam

Tu n’es pas la première à me poser cette question, et d’ordinaire j’agis toujours de la même manière car généralement cette dernière est stimulée par trois laideurs :

-         la recherche du déshonneur de la personne questionnée

-         l’orgueil du questionneur et son refus de la vérité

-         l’ignorance de juger sur la base d’une définition erronée

 

N’as-tu pas médité cette parole d’Allah quand les mécréants dirent aux Prophètes : « Vous n'êtes que des hommes comme nous. Vous voulez nous empêcher de ce que nos ancêtres adoraient. Apportez-nous donc une preuve évidente ». « Leurs messagers leur dirent : « Certes, nous ne sommes que des humains comme vous. Mais Allah favorise qui Il veut parmi Ses serviteurs. »[1] Dans cette parole divine, nous voyons bien que les mécréants voulaient justifier leur mécréance par la recherche du déshonneur des prophètes, en les assimilant à des personnes ordinaires afin que leur mérite et leur distinction de pouvoir guider les gens leur soit amputée par l’effondrement de la hiérarchie spirituelle et l’égalisation des mérites ! Et quelle fut élégante la réponse des prophètes : « Nous ne sommes que des humaines comme vous mais Allah favorise qui Il veut parmi ses serviteurs. » Ainsi, le mérite, ne s’acquiert pas par la renommée de qui l’on apprend mais par une faveur divine qui transparait dans une personne par ses actes nobles, ses propos droits et surtout la sincérité de son cœur ! Si, je ne t’ai pas répondu, c’est parce que je ne voulais pas confirmer par ma réponse, en ta conscience, la définition erronée de la science, qui veut que celle-ci ne s’acquierre que par des savants, de sorte que soit encouragé le Taqlid : « l’imitation aveugle !» Souviens-toi que les mécréants dirent aux prophètes : « Vous voulez nous empêcher de ce que nos ancêtres adoraient »  Dans un autre verset du Coran, Allah a dit : « Et quand on leur dit : « Suivez ce qu'Allah a fait descendre », ils disent : « Non, mais nous suivrons les coutumes de nos ancêtres. »- Quoi ! Et si leurs ancêtres n'avaient rien raisonné et s'ils n'avaient pas été dans la bonne direction? »[2] Ainsi, suivre quelqu’un n’a de mérite que si ce suivisme est accompagné d’une analyse raisonnée des propos et de la voie suivie ! Et sur ce point tous les salafs s’accordent sur le fait que la preuve passe avant les avis des savants et que l’on doit délaisser les savants quand la preuve du Coran et de la Sunna contredit leur propos ! Ainsi,

 

Ce n’est pas par la provenance d’une science

Que l’on peut mesurer le savoir d’une personne

Mais c’est par la profondeur d’une intelligence

Au moyen de laquelle, la connaissance vraie rayonne

 

Par contre, vous me parlez des pseudo-salafis, mais qu'est-ce que vous me racontez Mahdy, salafi ou pas. Mais un salafi, c'est juste un musulman qui suit les pieux prédécesseurs (salafs), après il y a plusieurs degré mais ne commençons pas à rentrer dans ce sujet parce qu'on y sera jusqu'à demain matin.

 

Je parle de salafisme car cette manière de procéder, c’est-à-dire « chercher à déshonorer une personne par la mise en évidence de ses failles » est propre aux pseudo-salafis qui ressemblent en ce point aux mécréants du verset mentionné en haut ! Je les assimile même aux juifs pharisiens partisans de la science qui s’associèrent aux gouverneurs impies pour taire la prédication réformatrice des prophètes ! Comme quoi, une science incomprise ou accompagnée d’orgueil peut mener à la mécréance ! N’as-tu pas lu les propos suivants du prophète dans l’ouvrage : « Les signes de la fin des temps » : « Viendra un temps ou les savants seront plus puants que la charogne des ânes. »[3] Dans une autre tradition notre prophète a dit à Ka'b : « Ô Ka'b Ibn 'Ajra! Qu'Allah te préserve de l'Emirat des Sots ! Et l'on dit : « Quel est cet émirat Ô Messager ? » Il répondit : « Des émirs qui viendront après moi et ne suivront pas ma Sunna ni ma guidée, celui qui les déclarera véridiques dans leur mensonges, et les aidera dans leur injustice ne sera pas des miens et je ne suis pas des leurs, et il ne viendra pas boire à mon bassin, et celui qui ne croira pas en eux dans leur mensonges et ne les aidera pas dans leur injustice sera des miens et je suis des siens et il viendra s'abreuver à mon bassin. »[4] Que dites-tu des savants actuels qui font des fatwas dans le sens des gouverneurs et qui disent qu’il n’y a pas de Jihad à notre époque alors que le prophète a dit clairement : « Cette religion continuera d'exister et un groupe de ma communauté continuera de combattre pour sa protection jusqu'à l'arrivée de l'heure. Ce groupe de ma communauté restera toujours triomphant sur le droit chemin et continuera de l'être contre ses opposants. Ceux qui les trahiront seront incapables de leur causer le moindre tort. Ces musulmans resteront sur ces positions jusqu'à ce que les ordres d'Allah soient exécutés (la fin du monde) »[5] N’as-tu pas connaissance du statut des savants selon les propos d’Ibn Taymiyya à propos de ceux qui délaissent le Coran et la Sunna pour suivre les ordres des gouverneurs : « Et lorsque le savant délaisse la science du livre d'Allah et de la Sounnah de Son Prophète et suit le jugement du gouverneur qui contredit le jugement d'Allah et Son messager, il devient apostat mécréant et mérite le châtiment ici-bas et dans l'au-delà. »[6] Ma sœur, je sais qu’il existe plusieurs salafismes, je condamne particulièrement les rabi’istes qui s’affilent au cheikh rabi’ et je tolère et critique les autres qui sacralisent absolument la posture des savants, au point de les suivre dans leur erreur et de les solliciter pour des choses évidentes ! Comprends, que :

 

Ne compte à mes yeux que le livre et la sunna,

La parole des hommes n’a de valeur pour moi,

Que si, vis-à-vis de ces sources, elle ne s’oppose pas

Et qu’elle me rapproche, par déduction, de la bonne voie

 

Vous n'aimez pas ces gens. Il n'y a de force et de puissance qu'en ALLAH mais c'est grave ce que vous dites, vous n’aimez pas ces gens là !! Mais pourquoi tous les gens qui se prétendent salafis sont pas bien alors que la moitié suivent le Coran, la Sunnah et les salafs (pieux prédécesseurs) et ramdoulillah qu'il y  a eu les pieux prédécesseurs (les compagnons, les savants) pour que l'islam continue à se propager et propager la science, avec la Grace d'ALLAH.

 

Rectification, les savants ne sont pas nécessairement des salafs ! Et je n’ai jamais dit que je n’aimais pas ceux qui suivent les pieux prédécesseurs ! Je n’aime pas ceux qui prétendent les suivre et qui se disent prétentieusement « salafis » alors qu’ils suivent, en réalité, les diables et la voie de Satan ! Ne sais-tu pas qu’aucun salaf n’a pris pour voie : la recherche des failles pour stopper l’influence d’une personne célèbre dans la oumma, la médisance et les péchés de la langue pour le discréditer, la focalisation sur les défauts pour cacher ses qualités, et sa mise en quarantaine, quand pourtant ses avantages l’emportent sur les inconvénients, afin d’asphyxier sa da’wa ! Ce sont ces gens là que je n’aime pas, et que tout croyant sincère doit détester car ils aident Satan dans ses stratagèmes à diviser la communauté ! Les autres salafis plutôt traditionnels qui ont un bon comportement et ne présentent pas les laideurs citées en haut, je les respecte et les aime par les droits qu’ils possèdent sur moi !

 

Mais vous vous considérez comme un prédicateur donc c'est votre devoir et de nous rassurer, de qui tirez-vous la science. Désolé, Mahdy mais vous êtes allé très loin dans vos propos. Mais je pense que vous ne répondez pas à ma question, et que vous n'avez sans doute pas étudié auprès des savants ???

 

Si, cela peut te faire plaisir d’entendre cela, ma sœur fillah, oui je n’ai pas étudié auprès de « savants » !

 

Je suis grandement étonné de votre part !! En fait je vous avais demandé cela car j'ai lu presque toutes vos questions réponses dans la jurisprudence, et j'ai été choquée de certaines réponses aux frères et aux sœurs qui cherchent la science ou autre.

 

Vous avez lu toutes mes réponses aux questions et vous vous êtes arrêtée sur quelques éléments infimes par rapport à la quantité de mes articles, qui vous semblent faux pour me juger ! Mais m’avez-vous lu réellement ? Ou simplement survolé ? M’avez-vous compris, ou juste compris ce qui pouvait vous inciter à me condamner ? Nous allons le voir, ci-après

 

Vous dites dans une réponse que suivre notre Prophète n'est pas obligatoire.

 

Il faut savoir que le prophète n’est pas infaillible dans le domaine temporel comme l’atteste une tradition rapporté par Moslim qui énonce que le prophète s’était trompé concernant la culture des palmiers dattiers, et qui suite à cette erreur, dit au compagnon concerné : « En ce qui concerne la révélation suivez moi, mais en ce qui concerne les affaires de la vie, je suis comme vous et donc je peux faire des erreurs !» Dans une autre tradition authentique, le prophète exhorta une femme à revenir avec son mari et cette dernière lui dit : « C’est en tant que prophète que tu m’exhortes ou en tant que simple conseiller ? » Le prophète répondit : « En tant que simple conseiller. » Et la femme refusa de revenir avec son mari et rétorqua : « Alors, dans ce cas, je ne veux pas revenir avec lui ! » Dans une autre tradition authentique, le prophète s’était interdit la viande de lézard d’une interdiction personnelle et quand un compagnon lui demanda : « si l’interdiction était une révélation », le prophète répondit : « non », permettant au compagnon de manger de la viande de lézard ! Comprends, par conséquent, que quand je dis que le suivisme du prophète n’est pas absolu, je dis tout simplement qu’il ne faut le suivre obligatoirement que dans ses ordres ! Ses préférences, comme la djellaba blanche, et ses interdictions personnelles, ou ses conseils temporels font partie de son modèle, qu’il est bon de suivre mais pas nécessairement obligatoire ! Tes propos sont très graves, orti fillah, car mal interprétés, les propager, c’est me rendre mécréant, car effectivement soutenir qu’il n’est pas obligatoire de suivre le prophète est une mécréance évidente ! Mais j’ai nuancé, et tu n’as vu la nuance ! Et c’est le propre des pseudo-salafis, desquels Allah dépouille l’intelligence, des conséquences de leur malhonnêteté quand ils lisent ou écoutent les propos de ceux qui n’adhèrent pas à leur secte égarée ! En effet, ils ne cherchent que les failles et extraient les paroles de leur contexte pour en déformer le sens !

 

Vous dites dans une autre que la musique est autorisée.

 

Je dis plus précisément que la musique n’est pas interdite car Allah a dit : « Il vous a détaillé clairement tout ce qui est interdit » Et le prophète a dit : « Le hallal est évident et le haram est évident et entre les deux il y a des choses équivoques ! »[7] Si la musique était interdite, son interdiction aurait été claire ! Or, aucun verset, ni aucun hadith ne l’interdit directement ! C’est à partir de l’implicite des textes que les savants et les compagnons ont déduit l’interdiction de la musique. La musique fait donc partie des choses équivoques, comme le soutient Chaoukani, et dont l’approche peut nous mener à commettre des interdits comme l’affirme la suite du hadith mentionné en haut. Tu t’es donc arrêtée, ma soeur fillah, à ma classification du statut de la musique alors que moi je regarde un péché bien plus grave que l’écoute de la musique : le fait de dire ce qu’Allah n’a pas dit ! Et ceci est une injustice et une ignorance à mon sens ! En effet, un verset du Coran énonce à propos des juifs: « Toute nourriture était licite aux enfants d'Israël, sauf celle qu'Israël lui-même s'interdit avant que ne descendit la Thora. Dis [-leur]: « Apportez la Thora et lisez-la, si ce que vous dites est vrai! Donc, quiconque, après cela, invente des mensonges contre Allah... ceux-là sont, donc, les vrais injustes. »[8] C’est donc ressembler aux juifs que de s’interdire des choses qui ne sont pas réellement interdites par la Loi ! Sache qu’il existe trois principaux domaines dans le droit musulman, le hallal, le haram, et l’équivoque qui se situe à la frontière du haram. S’il est vrai que celui qui commet l’équivoque risque de tomber dans le haram, il n’en demeure pas moins que l’équivoque reste l’équivoque, et que le haram reste le haram, et qu’on n’a pas le droit d’élargir le domaine sacré d’Allah, sans preuves explicites, au risque de s’arroger des droits qui lui sont exclusifs ! A travers, l’exemple de la musique, c’est ce principe que je veux enseigner ! Je n’écoute pas de musique, et ce n’est pas être contradictoire, car l’excellence consiste à s’écarter librement des choses équivoques, et le mérite de gagner l’amour divin s’obtient par les actes surérogatoires puisqu’il est nécessaire de partager, selon une tradition rapportée par Boukhari, l’adoration en actes obligatoires et surérogatoires ! Or, dire que tout ce qui mène au haram est haram, et que tout ce qui mène à l’obéissance est obligatoire, c’est en quelque sorte renier la tradition qui justifie la décomposition de l’adoration, en celle qui permet de nous rapprocher d’Allah parmi ses ordres, et en celle qui permet l’obtention de son amour, parmi le délaissement des choses détestables et la multiplication des choses surérogatoires !

 

Vous dites à une sœur que vous l'invitez à avorter parce qu'elle a été violée

 

Oui, j’ai dit cela, comme des savants l’ont dit aussi ! J’ai pourtant mis en évidence dans l’article l’avis des quatre écoles sur le sujet. Il n’existe pas d’unanimité sur la question, alors respecte la divergence légitime ! De plus un verset du coran énonce : « Qui n'invoquent pas d'autre dieu avec Allah et ne tuent pas la vie qu'Allah a rendue sacrée, sauf à bon droit; qui ne commettent pas de fornication - car quiconque fait cela encourra une punition »[9] Non seulement, il n’est pas question de vie ici car l’âme n’est pas insufflée dans le fœtus avant les 120 premiers jours de la grossesse, et en plus tuer une âme sacrée n’est pas absolument interdit dans l’islam, puisque certains contextes peuvent permettre la levée du statut de meurtrier à celui qui a enlevé une âme sacrée, comme ce fut le cas dans les guerres qui opposèrent les compagnons ! A partir de là, que dire de celle qui aspire à se laver de la marque et des traces de son violeur et qui, des conséquences de son viol, peut se sentir psychologiquement sale à vie ! Je ne considère pas l’avortement permis dans le cas de la fornication, et ce quelles que soient les étapes de l’embryon ! Saisis !

 

Vous dites : « je pense », « nous pensons », « je considère », vous faites vos propres fatwas. Même les grands plus grands savants ne disent pas « je » ou « nous » etc… Ils suivent le coran et la sunnah du messager. Excusez moi Mahdy mais peut être sans vous rendre compte, vous pouvez égarer beaucoup de personnes ! Mais moi mon frère, je vous considère plus comme un philosophe. Mais moi même que je me considère comme une convertie, et que je voie que vous dites que suivre Mohammed n'est pas obligatoire ! A mes yeux c'est grave car celui qui cherche l'islam et la science, Mahdy faites attention à ce que vous dites et marquez. Et suivez les salafs dans vos dires !! Mais vous invitez la sœur à avorter mais la c'est une très grande responsabilité et cela demande l'avis des grands savants. Excusez-moi Mahdy mais je ne vous suis plus. Car je pense que vous pouvez égarer beaucoup de gens et maintenant je comprends pourquoi vous n'aimez pas les salafs. Bon Mahdy, je vous en conjure de fermer votre blogue car j'ai peur pour vous, et les personnes qui cherchent la science. Je sais, pas quoi vous dire, mais pardonnez moi… 

 

Il est vrai que le prophète a dit : « Celui qui parle à propos du coran selon son opinion, s’est trompé » dans une autre version : « Qu’il prépare sa place en enfer !» Mais l’opinion dont fait allusion ces traditions est celle qui s’oppose au coran et à la sunna. C’est l’opinion de ceux qui veulent assujettir le coran et la sunna à leur désir et à leur innovation ! Quand l’opinion confirme, ou est le prolongement du coran et la sunna alors il n’est pas interdit de la citer ! Je pense qu’aucune de mes opinions ne s’opposent au coran et à la sunna, et si cela peut être le cas, alors c’est une erreur de ma part, et je suis homme qui se trompe. J’avoue, toutefois qu’elles peuvent parfois s’opposer à celles des compagnons et à celles des savants parmi les salafs et les contemporains, mais là encore, l’opinion d’un compagnon et d’un savant n’est pas une preuve selon l’école Zahirite, dont les avis transparaissent dans mes écrits ! Et, je peux te citer des centaines d’erreurs de la part des compagnons ou des savants, révélant que seuls le coran et la sunna sont réellement infaillibles ! Est-ce philosopher que de penser ainsi ? Merci, pour l’exhortation de suivre les salafs, mais je préfère suivre ce qui est descendu de la part d’Allah : « Suivez ce qui vous a été descendu venant de votre Seigneur et ne suivez pas d'autres alliés que Lui. Mais vous vous souvenez peu… »[10] C’est-à-dire le coran et la sunna ! Donc, malheureusement pour vous, je ne fermerai pas mon blog, et je continuerai à dénoncer les méfaits de la secte maléfique qui influence ta pensée et, qui al hamdoulilah, s’éteint grâce à l’effort que nous, les prédicateurs, nous déployons pour éteindre les feux que ses membres allument à l'endroit des efforts nobles pour le salut de la communauté !

 

J’aimerais juste finir par une chose qui m’a blessé, ma sœur ! Tu es venue me voir avec un passé très lourd sans que je ne te juge un seul instant ! Alors que toi, il ne t’a pas fallu longtemps, pour me juger et me condamner sur la base d’erreurs qui n’en sont pas réellement… C’est le plus attristant ! Wallahy ! J’ai vu grandir, j’ai soigné, j’ai assisté, j’ai appris la prière, j’ai marié, j’ai converti des personnes qui aujourd’hui, se disant salafis, me crachent sur la figure… Qu’Allah, préserve les gens sincères de l’ingratitude et du mauvais comportement !

 

Wa bilahi ta’ala taoufiq

Mahdy Ibn Salah



[1] C14/10-11

[2] C2/170

[3] Tirmidhi

[4] Ahmad, ce récit est authentique pour Ibn Hadjar, « al-amali al mutalaqah », Al Albani confirme son authenticité

[5] Boukhari, Moslim

[6] Madjmou' Al Fatawah d'Ibn Taymiyyah 35/373

[7] Authentique

[8] C3/92

[9] C25/68

[10] C7/3

Participant à cette conversation

  • Invité - Serviteur

    Salam alaykoum,

    Ce qui m'étonne chez ces gens qui accusent, c'est de ne pouvoir réfuter ce dont ils prétendent être un égarement.
    Tu les vois donc rabaisser, juger et condamner, avec pour argument qu'il faut avoir une renommé de savant reconnu, sans ça c'est perdition;
    Comme s'il n'était pas possible de devenir soi-même peu à peu quelqu'un de science et qu'on devait rester sous l'effet de la renommé, même si ces savants devaient nous mener en enfer, nous ne devons pas réfléchir et laisser la responsabilité aux savants égarés de nous guider.

    L'aveugle ne voit que l'aspect sans comprendre le fond
    se laissant ainsi guider pour mettre de coté sa raison
    n'aimant pas réfléchir il prendra le temps d'aller s'amuser dans ce monde
    sans prendre en considération qu'il peut tomber dans une maladie profonde

    il y a environ 1 an
    J'aime 0