Consultation thérapeutique de groupe (réunion en ligne) -sur rdv Rejoindre la réunion

Arrow up
Arrow down
Écrit par Mahdy Ibn Salah  •  Catégorie : Fın des temps  •   •  Affichages : 704

Salam 3aleikoum, mes frères et sœurs fillah,

J’ai souvent appelé à la Hijra dans la mesure où notre identité se « superficialise » indubitablement du fait de notre résidence au sein d’un système qui ne repose pas sur les valeurs du Kitab et de la Sunna. En effet, j’ai développé un argumentaire sur le sujet et je vous renvoie à mes travaux sur la question.

Aujourd’hui, je suis arrivé à la conclusion qu’il existe une Hijra virtuelle autant qu’il existe une Hijra spatiale étant donné que les réseaux sociaux sont assimilables à des états virtuels par rapport au Web qui représenterait notre planète.

Ainsi, de la même manière qu’il faut quitter un Etat à même de nous empêcher de vivre pleinement notre foi, de sorte qu’une compromission à l’endroit de nos valeurs et de notre pratique nous dépouille de notre identité, nous avons le devoir de quitter toutes ces plateformes et ces réseaux sociaux qui mélangent les discours de sorte que la vérité soit dépouillée de sa substance et qu’elle ne tende à devenir son contraire, à savoir une simple illusion !    

En effet, le mélange des contraires dépouille l’élément positif de son essence, étant donné que c’est par l’absence ou la démission de l’élément positif que l’élément négatif tire son existence, à l’exemple du bien et du mal, de la lumière et des ténèbres ou de la vérité et de la fausseté.

En d’autres termes, vous n’êtes vraiment dans le bien que lorsque que votre bien chasse le mal, vous n’êtes vraiment dans la lumière que lorsque votre lumière chasse les ténèbres et l’obscurité, et vous ne serez vraiment dans la vérité que lorsque votre vérité chassera la fausseté !

Or, le principe du mélange des états républicains ou des réseaux sociaux implique une tolérance de l’élément contraire, si bien que l’élément positif dont l’authenticité de l’identité dépend de sa mission de chasser l’élément contraire se « superficialiserait » jusqu’à n’être qu’une forme sans fond !

C’est dans ce sens qu’il faut promouvoir la Hijra virtuelle autant qu’il faut promouvoir la Hijra spatiale, et ce, afin qu’un rappel ne soit pas relégué sur le même plan qu’une musique démoniaque ou qu’un programme divertissant.             

Ceci dit, de la même qu’il n’est pas facile d’inviter la masse à la Hijra spatiale en raison des liens de dépendance, il ne sera pas facile d’inviter les gens à la Hijra virtuelle en raison de leur addiction aux réseaux sociaux ! Du coup, y aller dans le but d'éveiller les conscience, et d'en sortir un maximum peut s'avérer louable afin justement de ne pas abandonner la masse aux pièges de la toile...

Je compte développer et propager au maximum à l’avenir les idées de cet islam révolutionnaire qui na va pas tarder à triompher bi izni Llah

Wa bilahi ta3ala taoufiq
Mahdy Ibn Salah
  • Aucun commentaire trouvé