Consultation thérapeutique de groupe (réunion en ligne) -sur rdv Rejoindre la réunion

Arrow up
Arrow down
facebook_page_plugin
Écrit par Mahdy Ibn Salah  •  Catégorie : Médecine du corps  •   •  Affichages : 1509

 

Salam aleykoum wa rahmatulahi wa barakatuh

 

Je suis tombé sur ton site internet il y a quelques temps, je ne me lasse pas de lire tes articles, et j'aime vraiment beaucoup tes analyses, que ce soit de l'actualité comme récemment sur Dieudonné ou Tariq Ramadan, ou sur des cas de personnes malades. Qu'Allah te récompense pour ton travail pour la oumma. Je t'écris car je suis confronté depuis très longtemps, et plus récemment de manière plus importante, à un trouble qui me gâche la vie. Le premier signe de ce trouble c'est le bégaiement. Mais ce bégaiement n'est pas semblable aux bégaiements d'un bègue classique (disons ça comme ça), la plupart des personnes autour de moi ne me savent même pas bègue. Je ne bégayais que très peu, mais quand ça m'arrive il s'agit plutôt d'un blocage, aucun mot ne sort. ça m'arrive par exemple chaque fois que l'on me demande... mon prénom ou mon nom ! Et voilà, ça me gâche la vie ! Impossible de rechercher du travail, dès que je dis mon nom je reste bloqué durant plusieurs secondes, avant de raccrocher, frustré... De même, je suis obligé d'adapter mon discours selon les mots qui bloquent, ce qui parfois me pousse à dire une chose ayant un autre sens que ce que je veux dire initialement ! C'est affreux, et du coup je ne suis plus considéré comme un bègue, mais plutôt comme quelqu'un "d'étrange". Il y a des gens à qui je suis incapable de dire bonjour, ou au revoir, incapable ! Résultat : des conflits. La deuxième chose, et je suis incapable de dire si elle est liée ou non, est ma réaction aux regards des gens. Quand, par exemple, je sens des regards braqués sur moi, je suis incapable de marcher droit, ma démarche devient imprécise, mes gestes sont désordonnés... Ce trouble peut même intervenir dans ma façon de parler, dans l'ordre des mots dans la phrase, je peux même oublier complètement ce que je voulais dire ! Même chose pour mon regard, qui parfois, en panique, ne sait où se poser. Bref cette situation est très difficile à décrire, mais wallah ça rend ma vie très difficile, parfois je trouve difficilement la force de me lever le matin. J'attendrais ta reponse mon frère… JazakAllahu kheir mon frère, qu'Allah t'accorde al-firdaws al'ala.

 

Wa ahleik salam akhi al karim,

 

Sache mon frère fillah que tu souffres d’une fragmentation de ta personnalité des conséquences de la transposition de ton regard dans celui qui t’observe ! De sorte, que tes yeux se trouvent chez l’autre et que tu t’observes à travers l’éventuel regard de l’autre que tu te construis en ta conscience.

 

Ce processus mène à une fracture de ta personne, et toute scission de l’être aboutit inévitablement au déséquilibre !

 

En effet, c’est par la confiance en soi, que l’équilibre s’assure en l’être car la confiance en soi permet justement l’unité. Or, quand tu t’observes à travers le regard de l’autre, tu perds toute ton assurance et tous tes moyens car tu cherches chez le regard de l’autre le signe que celui-ci a découvert ton handicap de sorte que tu alimentes toi-même ton propre handicap !

 

C’est le même processus qui affecte la plupart des personnes complexées qui recherchent dans le regard de l’autre la preuve que celui-ci a découvert le handicap, et des conséquences de cette recherche, ils provoquent eux-mêmes cette même découverte qui accentue ainsi l’impact de leur propre handicap dans un cercle vicieux !

 

Il en va de même de celui qui perd tous ses moyens quand il veut parler une langue étrangère avec quelqu’un tout en cachant ses origines. Le fait qu’il puisse discuter avec une personne qui connait sa langue natale peut l’empêcher de s’exprimer en toute confiance et le manque de confiance dans la production d’une chose génère toujours le déséquilibre que l’on peut traduire par la perte des moyens, c’est-à-dire ici la perte des mots !

 

Ainsi, je t’invite à travailler à regagner la confiance en toi, en évitant de te transposer à travers le regard de l’autre mais plutôt de le faire en celui qui mérite seul d’orienter nos mouvements !

 

L’équilibre ne s’obtient, effectivement, que par la transposition de notre regard à travers celui qui est divin par l’action de prendre le Coran et la Sunna comme des miroirs ! Ta maladie sera proportionnelle à ta valorisation du regard de l’autre !

 

 Déconsidère l’autre en t’acceptant comme tu es et tu verras nettement une amélioration de ton état !

 

La maladie est toujours le résultat

De l’éloignement par rapport à la droiture

Celui qui, par conséquent, veut améliorer son état

Doit unifier son être en revenant à la saine nature

 

Ton remède est spirituel avant tout !

Mahdy Ibn Salah

 

 

 

 

     

 

 

 

 

 

 

  • Aucun commentaire trouvé