Consultation thérapeutique de groupe (réunion en ligne) - tous les dimanche à 20h00 Rejoindre la réunion

Arrow up
Arrow down
Écrit par Mahdy Ibn Salah  •  Catégorie : Salafisme  •   •  Affichages : 2837

 

 

La Libye est en train connaître le même sort que ses deux voisins égyptiens et tunisiens! Pendant que des villes tombent entre les mains des manifestants, des mercenaires venant de l'Afrique subsaharienne et de l'Europe l'est, payés avec l'argent du pétrole, sont mandatés par le colonel Kadhafi pour tuer sur tout ce qui bouge! C'est dans ce contexte de barbarie, que le Cheikh Qardawi a émis courageusement une fatwa pour les militaires afin de tuer le colonel Kadhafi, qui, ne l'oublions pas, pour rester au pouvoir est « prêt à arroser le pays de sang »!

 

Pendant ce temps, des vidéos de fatwa pseudo salafistes circulent sur la toile afin de décourager cet élan réformiste qui affecte tout le monde arabe en comparant les manifestants qui se lèvent contre leurs tyrans à des khawaridj! S'il est vrai que les khawaridj sont des semeurs de trouble par leur opposition à l'ordre public, il est faut de les comparer aux manifestants d'aujourd'hui qui justement veulent lutter contre le désordre ordonné car pratiquement tous les régimes arabe en place sont hostiles à l'émergence de l'islam authentique, voire lui ont déclaré une guerre sans merci!

 

Les pseudo salafistes sont connus pour leurs analogies biaisées, en brandissant les valeurs de nos pieux prédécesseurs, hors contexte et sans compréhension, comme le devoir de ne pas se rebeller contre les gouverneurs! Mais de grâce, y a-t-il une commune mesure entre al Hajjaj, le gouverneur d'Irak à l'époque Omeyyade, et Moubarak ou Ben Ali? On sait le différent qui opposa Hassan al Basri et Sa’id Ibn Joubair, deux éminents salafs, concernant la posture à adopter vis-à-vis du gouverneur injuste. Hassan al Basri défendait : « La tyrannie des rois est un châtiment d’Allah et on ne fait pas face au châtiment d’Allah avec des sabres mais on se protège et le repousse avec des invocations, le repentir, le retour et le renoncement aux péchés. Certes, lorsque le peuple fait face au châtiment d’Allah avec les sabres, le châtiment d’Allah devient plus tranchant. »1 En réalité Hassan défendait le principe célèbre selon lequel il existe une étroite corrélation entre le gouverneur et ses sujets, de telle manière que le peuple a toujours le gouverneur qu’il mérite et que la destitution authentique et sage d’un tyran commence, avant tout, par la purification individuelle des membres de la société. Mais jamais Hassan el Basri n'a encouragé le silence face aux gouverneurs opposés à l'islam! Jamais! Et de plus, il n'est pas le seul salaf! D'autres éminents pieux prédécesseurs comme Said Ibn Joubair et Sayyed al Mousayb se sont rebellés contre les gouverneurs!

 

Quoiqu’il en soit, retenons l’essentiel de la citation de Hassan, à savoir, que « la demeure de l’islam » se doit de protéger ses frontières, ce qui implique que la demeure de l’islam authentique doit veiller à récupérer ses terres perdues en lançant des expéditions jusqu’à la domination du monde et surtout en défendant l'honneur et le sang de nos frères et sœurs croyants qui souffrent des sévices que leur infligent les ennemis d'Allah. Dans une autre fatwa, Hassan al Basri apporte des éléments important concernant les caractéristiques authentiques de la demeure de l’islam. Al Ash’at raconte : « J’étais chez Hassan lorsqu’un homme qui avait l’air de provenir de Bahrayn rentra chez lui et dit : « Ô Abou Sa’id ! Je voudrais te questionner au sujet des dirigeants. » Hassan lui répondit : « Questionne sur le sujet que tu désires. » Il dit : « Que penses-tu de nos chefs d’Etat ? » Il se tut un moment et dit : « Et que puis-je te dire à leur sujet alors qu’ils se chargent de cinq choses qui nous concernent : la prière du vendredi, les prières en groupe, le butin, les frontières et les peines. Par Allah ! La religion ne peut être bien sans celles-ci, même s’ils tyrannisent et qu’ils sont injustes. Par Allah ! Allah corrige par leur intermédiaire plus qu’ils ne pervertissent. Par Allah ! Leur obéir est une joie et se séparer d’eux est une mécréance. » »2 Donc, il n' y aucun parallélisme possible à opérer entre les gouverneurs d'aujourd'hui et ceux d'avant car al Hajjaj, aussi tyran a-t-il pu être, était prêt à déclencher une guerre contre les mécréants pour l'honneur d'une seule femme musulmane! Il a étendu l'empire musulman et faisait respecter la Loi divine! Quand aujourd'hui, les chefs des états arabes falsifient la religion, légifèrent sur la base de constitutions contraires à la Loi divine, mettent en prison, torturent et livrent leurs ressortissants musulmans aux mains des ennemis!

 

Les pseudo salafistes sont par conséquent plus proche des khawaridjs que les manifestants car par leur lutte contre la révolution ils protègent la tyrannie et le désordre ordonné, et participe à l'étouffement de la lumière de l'islam ! Ils sont, par déduction, des ennemis de la religion musulmane, malgré leur prétention de se sentir appartenir au groupe sauvé!

 

Mahdy Ibn Salah

 

 

1« Al Hassan al Basri », Ibn Jawzy, p. 162

2« Al Hassan al Basri », Ibn Jawzy, p. 165

  • Aucun commentaire trouvé