Consultation thérapeutique de groupe (réunion en ligne) -sur rdv Rejoindre la réunion

Arrow up
Arrow down
facebook_page_plugin
Écrit par Mahdy Ibn Salah  •  Catégorie : Tawhid  •   •  Affichages : 1019

Salam alaykoum mon frère j'espère que vous allez bien malgré les circonstances.
En parcourant certaines pages kabyles sur fb, j'ai vu que vous étiez l'objet d'une polémique concernant les femmes kabyles et les diables. Ca me désole énormément que certaines personnes malveillantes attendent de votre part le moindre faux pas pour vous jeter à la vindicte populaire. D'autant plus que cette polémique n'aurait pas pris tant d'ampleur si la vidéo avait été publiée intégralement. Ayant bénéficié de votre aide à plusieurs reprises, j'atteste contrairement à ce que je peux lire sur les réseaux sociaux, que vous n'avez rien de raciste. Je dirai même que vous êtes réaliste. Je m'explique... J'ai baigné dans la culture kabyle. Mes parents sont nés dans un petit village perché dans les montagnes et très difficile d'accès. Enfant, j'y allais en vacances. J'avais l'impression à chaque fois que le temps s'arrêtait. Les maisons etaient faites de terre et de chaux. Les outils de l'antiquité étaient encore utilisés pour les menus travaux (métier à tisser, bétail pour labourer les terres, salaison des viandes...). On allait chercher l'eau à la source et on la versait dans des jarres en argile. Les olives étaient écrasés dans une sorte de moulin en pierre pour en extraire son huile. J'avais l'impression de vivre dans un musée. C'était il y a vingt ans. Contrairement à ce que pourrait penser beaucoup de monde, ces gens n'étaient pas arriérés. Du moins, on ne peut pas résumer leur mentalité de manière aussi simpliste. Si la modernité n'a pas pénétré les lieux, c'est pour des raisons politiques. La kabylie était la région la plus pauvre d'Algérie et aussi la plus contestataire. On a voulu étouffer, de tout temps la révolution dans l'oeuf, en affamant les populations. Mais c'était sans compter sur la débrouillardise des kabyles, acquise avec le temps et l'expérience des guerres et des invasions, et leur capacité de sacrifice. Sur le plan matériel, ils vivaient modestement. Mais sur le plan intellectuel, ils ont toujours été des pionniers car leur héritage politique, culturel, social, économique les rendait plus sensible que les autres. L'émotion a non seulement impulsé leur volonté d'action mais elle a aussi été un critère décisif dans l'ouverture aux autres. Indocile mais pas dans le repli total. Cest ce qui a permis à l'islam de pénétrer les terres berbères tout en s'adaptant au milieu dans lequel elle a voulu s'ancrer. Peut cohabiter alors dans un même village, des croyants de tous les bords . On trouve par exemple, dans presque tous les villages, un sorcier attitré qui vient "résoudre" les problèmes ou plutôt en créer. Une fois dans l'année, ils se donnent rendez-vous la nuit dans un lieu connu uniquement des initiés pour des réunions nocturnes (un Salem d' Afrique du Nord). Les manifestations du monde occulte sont dès lors récurrentes et très impressionnantes. C'est pas non plus une caractéristique kabyle. L'Inde, le Maroc, les Caraïbes... n'ont rien à nous envier. Ceci étant dit il y a quelque chose de particulier chez les kabyles car on a un peu de mal à accepter la fatalité. On est constament dans la recherche schizophrénique de solutions terre à terre via des procédés "irrationnels". Je pense que si vous avez pris assez maladroitement l'exemple des femmes kabyles, c'est parceque ce sont les cas les plus troublants que vous ayez rencontré. On a tous un qarin mais on nest pas tout le temps aidé par le contexte dans lequel on evolue. Certains diront que les généralités n'étaient pas nécessaires. Soit mais qu'on le veuille ou non, nous sommes influencés par nos liens familiaux, culturels et spirituels. On peut s'en détacher mais on gardera toujours des traits caractéristiques de nos liens.


wa 3aleik salam, akhi al karim,

Il est important de savoir que le groupe social auquel nous nous affilions déteint indubitablement sur notre personnalité et sur notre identité, si bien que lorsque nous nous affilions pas en Allah et en son prophète par une bonne pratique du principe de l’alliance et du désaveu, et ce, selon le Tawhid, alors nous risquons inévitablement de nous imprégner des laideurs de notre groupe social.


Or, il est possible qu’un peuple soit maudit des conséquences de l’agissement des membres de ce dernier comme le chirk, le koufr, ou l’indifférence face au mal, et ce, quand il n’y a pas une condamnation collective par ses propres membres !

C’est pourquoi, quand nous ne condamnons pas les actes associationnistes de notre groupe social alors nous allons subir l’influence ténébreuse de ce même groupe par le partage des caractéristiques propres à ce dernier comme il en va des musulmans vivant en France qui ne se marginalisent pas par une étrangeté vis-à-vis du système de résidence : ils seront musulmans mais avec les traits d’une islamité à la française, si bien qu’à l’étranger nous pourrons les reconnaître sans qu’ils ne disent d’où ils viennent !

C’est dans ce sens que nous pouvons soutenir qu’il n’y a pas d’entrée entière dans l’islam sans une sortie complète du groupe social auquel nous nous affilions d’une affiliation qui ne repose pas sur les valeurs de l’islam !

Ainsi, nous avons le devoir de bannir tout nationalisme et tout tribalisme par lequel nous pouvons diviser la communauté musulmane. Le véritable musulman possède certes une origine mais il doit condamner impérativement toutes les laideurs affiliées au groupe social de cette dernière, sans quoi, il risque de s’éloigner de l’identité musulmane authentique, au profit d’un tribalisme laid et de caractéristiques vils !

Qu’Allah nous réunisse en Lui et qu’il nous écarte de ceux qui placent leur race avant le Tawhid

Mahdy Ibn Salah

  • Aucun commentaire trouvé