Consultation thérapeutique de groupe (réunion en ligne) -sur rdv Rejoindre la réunion

Arrow up
Arrow down
Écrit par Mahdy Ibn Salah  •  Catégorie : Maladie du coeur  •   •  Affichages : 3880

 

As-salamou 'alaykoum,

 

Je reviens vers vous, je suis sans réponse du premier mail que je vous ai fais parvenir, j'imagine que vous êtes très sollicité, j'ai sincèrement besoin de votre aide, et je veux m'en sortir, lors de ma consultation vous m'avez dis que j'étais "alliée" à chaytan, qu'Allah le maudisse, amine,  cela m'a fait beaucoup réfléchir, et cette idée me répugne, me dégoute, j'aimerais me rapprocher d'Allah, j'essaie d'être forte, mais je me sens parfois perdue, et pourtant wAllahi la volonté ne manque pas, car c'est dans la piété que j'ai toujours trouvé sérénité, et joie de vivre, j'ai besoin de me guérir, je suis dégouté de ce que j'ai en moi, et je le combat mentalement, cela m'oblige déjà à être plus forte, parce que si je ne l'étais pas il prendrait emprise sur moi, et je souhaite mourir qu'en étant soumise à Allah, j'ai toujours eu du mal à exprimer mes sentiments face à quelqu'un, c'est peut-être la raison du "froid", et du détachement face à la situation, que vous avez pu ressentir en moi, parce que je me contenais, c'est pas facile de s'exprimer et de dévoiler son intimité à des personnes connues ou inconnues... surtout quand c'est des choses honteuses, malgré cela, j'ai préféré vous dire les choses comme elles étaient, aujourd'hui je regrette mon passé plus qu'avant, j'ai toujours eu de la culpabilité, mais el hamdoulilLah je me sens incapable de retomber dans ces choses là, l'adultère... Je souhaite me repentir, et j'essaie de combattre mon waswas, parce que sa me bloque, me déprime... et sa m'empêche d'avancer, et de m'épanouir dans le dinn, je me sens seule, rares sont les personnes qui arrivent à me rendre plus forte et me faire réfléchir, c'est pour ça que je m'adresse à vous, parce que je suis ressortie différente de cette consultation, et j'ai l'impression de m'être réveillée, j'ai ressenti votre dédain envers l'hypocrisie, et envers shaytan, je veux continuer ma thérapie avec vous insha ALLAH, et c'est par détresse que je reviens vers vous, j'ai besoin de votre aide, j'essaie de m'en sortir seule, mais c'est encore flou dans ma tête. J'ai besoin de votre aide, et je veux sincèrement m'en sortir, Allah en est témoin. Là ; je suis en période de menstruation et sa dure quasiment 15 jours, j'ai l'impression d'être impuissante, je ne peux pas reprendre la salat pour l'instant, mais l'intention est là, j'ai besoin de vos conseils, de votre aide

 

Barak Allahou fik

 

As-salamou 'alaykoum, 

 

Comme vous me l'avez demandé lorsque vous m'avez reçu dans l'après-midi, je vais vous faire un résumé de ma vie....

 

Etant petite, j'étais plutôt heureuse, une enfance tranquille, malgré quelques conflits entres mes parents, mon père étais parfois violent envers ma mère, j'en ai quelques vagues souvenirs, il a fait de la prison quand j'étais toute petite pour un problème entre ma grande sœur et mon père, aujourd’hui ils ne se parlent plus déjà depuis quelques années... moi je suis la 3ième parmi mes 6 frères et sœurs, nous avons tous grandis, mon père a changé...

 

Jusqu'à mes 9ans sa allait, puis je suis partis au Turquie avec ma famille, là bas, mon oncle (du coté de ma mère), parfois me touchait, je me souviens que j'étais petite, pas encore une femme... je savais que c'étais mal, et je devais rien dire, j'ai gardé en moi, et chaque année ou je partais c'étais pareil, il me touchait, me disait que j'étais une fille bien, bien éduquée... je me laissais plutôt faire...

 

Puis petit à petit en grandissant, j'ai commencé à jouer avec le feu, je culpabilisai de cette histoire avec mon oncle, je me sentais salis, et j'avais du mal à me respecter, puis je me sentais coupable, arrivé au collège, je me suis mise à fumer (cannabis), puis à boire parfois, j'étais très mal entourée... et souvent entouré de garçon... facile pour moi de me donner, sans avoir conscience de ce que je fais, et y a des choses dont je me souviens même pas. 

 

Quand j'avais environ 12ans, mon oncle a obtenu un visa pour l'Allemagne, puis il est ensuite venu s'installer chez nous en France, mon autre oncle du coté de ma mère est décédé en Turquie, ma mère a du partir là bas, chez mes parents, j'étais une fille "exemplaire", je gérais tous, je m'occupait des deux derniers, qui étais encore bébé, quand ma mère est parti, et c'est moi qui m'occupait de la maison etc., j'avais une certaine charge sur les épaule, et mes parents n'avait d'espoir qu'en moi, étant donné que mes frères et sœurs pensaient plus à eux, qu'au bien être de mes parents, mon oncle a profité du départ de ma mère pour me toucher, sans aller jusque l'acte... je me laissait faire... ma mère est revenue, et mon oncle est reparti en Allemagne et est revenu chez nous 1 ou 2fois, puis sa recommençais, au départ je le laissais faire,  puis j'ai commencer à le stopper, lui faire des menaces, le repousser, il me disait de rien dire... et je pensais à ma mère, sa déception si elle apprenait cela, et j'avais aussi peur par rapport à la réaction de mon père envers moi et envers mon oncle...

 

13ans... Cette histoire avec mon oncle me pesait, c'étais lourd à porter, et j'avais parfois envie de disparaitre de ce monde, je pensais au suicide... je fumais je buvais, et je n'allais plus trop en cours (en dehors des cours, je n'avais pas le droit de sortir)... Un soir, début 2004, j'ai beaucoup bu après les cours et je ne suis pas rentré chez moi, une amie avec qui j'avais parler un peu de ça a tout dis à ma grande sœur, quand ils essayaient de me retrouver, j'avais peur de rentrer parce que je craignais mes parents, je suis rentrer le lendemain assez tôt, et mes parents m'ont "enfermer" chez moi, je les entendais parler de m'envoyer au Turquie, de ma marier etc., ma grande sœur, et ma copine, sont allais voir la police, pour expliquer ce qui c'étais passé avec mon oncle, et mes parents l'avaient aussi appris durant ma fugue, ma mère au départ, m'a dis de ne rien dire, et a couvert mon oncle, en lui disant que la police allait le chercher, et qu'il fallait qu'il se cache.... mon père me disait qu'il fallait que je porte plainte etc., ce jour même, la police est venu me chercher chez moi, mes parents étaient sortis peu de temps, la police m'a dis de faire ma déposition, et m'a dis que si je craignais quelque chose, il me mettrait a l'abris... j'ai déposer plainte, et j'ai été conduite directement en foyer pour jeune... en refusant de voir mes parents pendant environ 4mois, par peur, par honte... et j'ai finis par rappeler ma mère, et vouloir la revoir, avec l'accord du juge des enfants... ils passaient me voir parfois le samedi... quand le juge acceptait, et que je voulais... l'enquête par rapport à mon oncle était en cours, la police ne l'a pas trouvé a son adresse ou il vivait en Allemagne...

 

c'étais assez dur, mais le foyer a été une sorte de libération, puis j'ai commencer a aller plus loin dans mon égarement, je sortais tous le temps, j'ai délaissé l'école, alors que j'étais plutôt bonne élève, et j'étais toujours avec des hommes... mes éducateurs n'arrivaient plus à me gérer... Au fil du temps, mes parents me manquait, j'ai demandé à passer des week-ends avec ma famille, mes parents me disaient qu'ils changeraient, que je serais plus libre... et ils étaient plus "ouverts"...

 

14ans-15ans, Tous s'arrangeait avec mes parents, ma mère me parlait parfois de mariage, en me disant je te présente des hommes, tu choisis... mais je lui disais non, et j'étais avec un pakistanais.... je me disais que peut-être qu'elle l'accepterait... puis ma mère repartait en Turquie pour des "vacances", et m'a proposer de faire une demande pour que je puisse partir avec elle, la juge accepta, je suis parti, quand je suis arriver le jour même, autour de moi c'étais déjà la fête pour mon mariage alors que je n'étais pas au courant, je ne pensait pas... ma mère avait fais venir d'avance mon futur mari, elle m'a présenté a lui... et j'ai accepter parce que je voulais pas faire le mal que ma grande sœur leur avait déjà fait, étant donné que ma sœur avait déjà "briser leur honneur", en partant de la maison assez jeune.... je me disais qu'au pire je ne reviendrais plus jamais en Turquie... j'ai accepter, le jour même, ils ont fais venir l'imam qui nous a mariés, suite à ça, j'ai passer ma nuit avec mon mari, et j'ai eu "un coup de foudre" pour lui, c'étais différent des autres hommes.... je suis tombée amoureuse, même si je lui menais la vie dure en voulant faire ma loi... je suis rester un mois, et je suis rentrer en France. 

 

Quand je suis revenue, il me manquait, je pleurais tous les soirs... j'ai vu le juge, a qui j'ai dis que ma volonté étais de retourner chez mes parents etc., après 10mois en foyer et en famille d'accueil etc., c'étais finis... j'étais mariée, et j'ai commencer a passer a autre chose, après un mois en France, je suis reparti de mon plein gré en Turquie, et je suis rester 6mois, j'étais bien, je changeais... et j'ai commencer a me rapprocher d'Allah, j'ai arrêté la cigarette, le cannabis, l'alcool, j'avais l'impression d'avoir trouver Allah, d'avoir ouvert les yeux, d'avoir trouver la foi, grâce a l'exemple que j'avais mon mari, et sa famille... J’avais l'impression d'être libérée, je me sentais revivre, je me suis repenti sincèrement, de mes actes, les hommes et le reste, je me suis à pratiquer, et j'étais bien, comme jamais je ne l'avais été, puis pendant 3ans j'étais entre la France et la Turquie, 6mois ici, 6mois là bas... en essayant de faire venir mon mari, mais l'ambassade mettais toujours des freins a notre dossier... pendant  3années tout allait bien, j'étais heureuse, très proche de mon mari, Masha Allah, une grande complicité, on étais amoureux...

 

18-19  ans, la famille du coté de ma mère à commencer à faire des histoires entres moi et moi mon mari... (Mon mari est le cousin de ma mère), donc de la famille proche, mais que je ne connaissais pas avant le mariage... j'étais très pratiquante... je me préservais du moindre mal sans trop de difficulté... je remerciais Allah de m'avoir guidé, et je Lui demandais pardon

 

Je m'intéressai à l'islam, son apprentissage, je prenais des cours... sur un forum islamique, je suis tombé sur quelqu'un qui a remis en cause ma 'aquida... je prenais des cours de dinn d'une "salafya" pendant un temps, et une "ahbache" démentais cette aquida... je me suis retrouver perdue entre deux minhaj... puis la ahbache m'a convaincue que leur aqida étais la bonne... et m'ont déclaré mécréante, et ont déclaré mon contrat de mariage rompu par l'apostasie, suite a ça, je suis revenue a l'islam, et me considérait séparé de mon mari, pendant cette même période, il y avais un poids familial assez important, ma mère qui me disait, c'est moi qui t'a mariée, c'est moi qui te divorce... bref, je commençais à m'éloigner de mon mari, dire que c'étais mieux comme ça, je voulais en finir avec ces histoires de familles, j'ai rencontrer quelqu'un pendant cette période, avec qui je suis rester 1an et demi, et j'avais l'intention de l'épouser... sans trop y croire, parce que je savais que ma famille ne l'accepterait pas, je suis toujours rester en contact avec mon mari, il me disait de venir pour arranger les choses, pour au moins les éclaircir, je préférais le voir et lui dire...

 

20ans,  je suis parti au Turquie, il voyait que je ne voulais pas qu'il me touche, que je pleurais tous le temps, je lui disais que notre contrat de mariage étais rompu, il m'a emmener voir un imam de son choix, pour éclaircir le sujet, et j'avais besoin de lui faire comprendre que j'avais raison... nous sommes partis devant un imam, qui selon ce que je lui avais expliqué par rapport a la aqida, l'apostasie... m'a dis que nous n'étions plus mariés, et ne voulais pas nous laisser rentrer comme ça, il pris un témoin, et me remarièrent "de force", je ne voulais pas, j'ai répété ce que l'imam disais sans le vouloir en pleurant, et en espérant que l'imam me dise, que vu mon état il ne me remarierait pas à mon mari, mais ce fût fait!... j'ai appeler l'homme avec qui j'étais, je lui ai dis, c'étais dur avec mon mari, mais j'ai eu une pression familiale, mon mari m'a taper, quand je lui ai avouer pour ma relation avec l'autre... mais je me sentais obligée de lui dire, c'étais trop pesant... il a parler a ma mère et mes oncles, en leur disant que je me refusais à lui... ma mère m'a giflée... bref je me suis résignée a rester avec, parce qu'elle me parlais de suicide quand je parlais de divorce, je suis revenue en France, je me suis séparé de mon ex, je l'ai revus 4 ou 5fois avant de me séparer... Sa allait mieux avec mon mari, puis quelques temps après je suis tombé enceinte, 

 

21ans la grossesse m'a rapprochée de mon mari.... ce que" les habaches" m'avais mis dans la tête ont provoqués beaucoup de waswas, d'abord dans les ablutions, puis la salats, je la recommençais 15 fois... puis dans ma croyance, je passais mon temps a re- chahad parce que je me déclarait mécréante pour des pensées... depuis sa dure toujours, et a force de répéter mes salats, pendant des journées entières, des nuits, j'ai fini par craquer et tous délaisser, retirer le hidjeb etc. (je ne le porte plus, je l'avais mis uniquement pour la roqya)... jusqu'au 1an de mon fils, sa allait, et quand j'ai eu mon fils, je me sentais incapable de commettre l'adultère... déjà la déception par rapport a mon ex, qui n'a pas été jusqu'au bout pour qu'on se marie... puis ma famille.... et le fait que je m'étais repentis, pour au final avoir refais la même erreur que dans ma jeunesse, avec mon ex...

 

Vers mes 22ans, je me sentais lassé de ma routine, travail, maison, je voyais mon mari que le dimanche parce qu'il travaillait beaucoup, et je travaillais aussi, puis j'ai rencontrer l'homme avec qui j'étais ces deux dernières années, mon amant... ça a commencé par une relation amicale, en fait je le "connaissait" déjà depuis mes 18ans, mais je l'avais perdu de vue... il est devenu mon confident, j'étais détaché de mon mari depuis quelques mois, et c'étais flou concernant mes sentiments pour lui, puis j'ai finis par m'attaché a mon amant... et nous avons entamé une relation extra conjugale... beaucoup de culpabilité, de remords, de poids, au début, plusieurs séparation avec mon amant, mais une sorte de fusion bizarre... de choses inhabituelles, un sentiment profond d'être à lui, pour lui... c'est quelqu'un d'assez spécial, possessif, mais c'est quelqu'un que je vois comme un homme bon, Masha Allah... de bon conseil, malgré notre histoire, c'est devenu mon "seul" ami... j'étais bien qu'avec lui... je perds mes moyens quand il pause sa main sur moi, ou quand je le regarde, je suis obligé de prendre sur moi pour ne pas dériver... beaucoup de haut et de bas dans cette relation difficile... mais impossible de le quitter, je me sentais dépendante, perdue sans lui... il faisait tout pour m'éloigner des gens, me faire rester chez moi, pour que j'arrête de travailler, de sortir, de voir mes amies... tout a tourné autour de lui ces deux dernières années...

 

Je ressens quelque chose pour lui encore aujourd’hui... je me suis beaucoup éloigné de la voie... je veux, mais je me sens parfois impuissante, et quand j'essaie de revenir, le waswas prends le dessus, et je tiens jamais longtemps, je m'éloigne d'Allah... avec mon amant, je me suis sentie changer... mentalement... et sexuellement aussi, je suis devenue très sensible, et j'avais des réactions particulières quand mon amant me touchait... extase... puis avec la parole d'Allah, pendant qu'il récite, j'ai encore plus de plaisir, j'avais des idées bizarres, comme écrire Allah sur son corps... des choses assez malsaines... mais au début, je pensais que c'étais une sorte d'extase venant d'Allah, la cause de ma mahiba lilLah pour mon amant, parce que je l'aime, et jamais personne ne m'a voulu autant de bien que lui, malgré le mal qu'on s'est fais, mon mari aussi veut mon bien, mais quelque chose me repousse, je sais pas trop pourquoi... j'ai plus trop de complicité avec lui... c'est la routine, et c'est une vie de parents, mais pas vraiment de mari et femme... l'histoire avec mon amant m'a perturbé, je ne me reconnais plus, je suis tous le temps mal, j'ai jamais la conscience tranquille; puis mes émotions me mène a des choses que je regrette d'avoir fais après coup... 

 

Tous est devenu confus dans ma tête, en fait quand je me sépare de lui, je le vois en rêve 3-4-5 jours d'affilés, sa me rend malade de rester sans nouvelle de lui, mais je suis à bout de ça, je veux en finir avec mon mal être, j'aimerais pouvoir retrouver la paix, redevenir la femme qui craignait Allah... vis à vis des hommes, je me sens puissante par rapport a eux, j'ai l'impression de pouvoir en faire ce que je veux... sauf mon amant, parce que c'est quelqu'un de très dur, fort d'esprit avec du caractère... je suis à bout de mon histoire avec lui, malgré ce que je continue a éprouver, de la compassion, parce qu'il a finit par s'attacher aussi, et c'est quelqu'un qui me touche...

 

A part mon amant, l'ensemble des hommes me dégoutent, et je ressens de l'arrogance, du dédain, et j'ai envie de leur cracher dessus des fois quand ils me regardent, parfois envie de rabaisser sexuellement... désolée pour les termes... je pense pas être capable de me donner à un homme parce qu'a force de me sentir dégouté après l'acte, j'en suis arrivé a une certaine forme de dégout envers le sexe, même si j'ai toujours les mêmes envies et les mêmes pulsions... j'ai parfois des rapports avec mon mari, je suis vraiment en extase lorsque je fais l'amour, je me sens plus moi-même... 

 

Mais je me sens mal après, avec mon amant aussi c'étais souvent pareil, mais je me sentais moins mal qu'avec mon mari... c'est différent, j'ai beaucoup de pulsions sexuelles, et des pulsions de ce type avec l'envie d'associer l'islam à ça, comme écouter la parole d'Allah pendant mes actes sexuelles, un besoin d'être soumise à mon amant, mais de dominer le reste des hommes, mais incapable de me donner à un autre que lui malgré les pulsions et les envies... j'ai du dégout envers les hommes... mais envie en même temps... j'ai des trous de mémoire, je dors tous le temps... j'ai des absences... aucune motivations pour quoi que ce soit, envie d'être chez moi, avec personne, ou si je pouvais avec mon amant... mais je veux en finir maintenant parce que je n'en peux plus, je ne sais plus qui je suis, je me sens dépassé par tous ça, je ne me reconnais pas, je pleure "la Aïcha" d'avant, impossible de réfléchir de façon cohérente, d'aller au bout de ma réflexion, je sens que je m'allie avec mon chaytan, il me donne du plaisir, parfois je le réclame... 

 

Concernant mon mari, je voulais pas en parler devant mon amie, l'autre Aïcha, mais je me suis résigné à faire ma vie avec lui déjà depuis un bon bout de temps par rapport à ma famille, qui ne se remettra pas de mon divorce si sa arrive, je sais que lui m'aime, il me répète toujours qu'il y a rien après moi, et par rapport a mon fils, je ne veux pas de ça pour mon enfant, je veux que ces parents soit tous deux près de lui, parfois je me dis que c'est pas l'homme avec qui j'ai choisit d'être, mais c'est le seul a qui j'ai jamais rien eu a reprocher, masha Allah, et j'ai une confiance aveugle en lui, il manque juste les sentiments... 

 

Je crois que si sa tenais qu'à moi et que je n'avais pas mon enfant, je me serais séparé de lui, des fois je me dis que si je lui avoue, il serait capable de me tuer Allahou 'alam, 

 

Me voir me séparé de lui, c'est voir toute ma famille me tourner le dos, mon mari ne me pardonnera jamais... par rapport a mon premier ex, j'avais avoué à mon mari ma relation, il m'avait fais des menaces de mort... il m'avait tapé, c'étais la première et dernière fois que c'étais arriver, il s'en est beaucoup voulu... si je le quitte, je le détruis, et je détruis ma vie... j'ai pas le choix... et je me vois pas avec un autre que lui, ou peut-être avec mon amant, mais c'est impossible... je fais beaucoup de rêves érotiques, et rêves de djinns, rêves de mon amant, avant je rêvais de la mort, du jour du jugement sans pouvoir shahad dans mon rêves... je me sens perdue, j'ai l'impression d'avoir perdu mon identité, des fois quand je suis dehors, je me sens mal, et j'ai envie de rentrer, parfois je regarde les hommes avec provocation, et arrogance, et parfois, j'ai envie de me cacher, me couvrir et être chez moi... je suis devenue assez égoïste... et rien dans cette vie ne m'intéresse, goût à rien, sauf peut-être le sexe, mais je m'abstiens, parce que je me sens trop sale après...

 

Lors de notre rendez-vous, j'ai senti un autre côté de moi apparaître, un coté "fort", dominant, provocateur, j'ai sentis de la haine, de la colère envers vous quand vous me regardiez, et quand vous me parliez parfois... j'ai senti quelque chose de mauvais en moi, mais rassurant en même temps, comme si j'étais bien avec ça, même si sa m'a surprise et déstabilisé au départ...

 

Mes liens avec ma famille sont plutôt bons, en revanche,  avec le monde extérieure, je me limite au minimum, mais je commence à avoir du mal à être seule dehors... j'ai aussi du mal à faire confiance, et je ressens de la haine envers ce bas-monde, j'ai l'impression de voir le mal dans tous les hommes... Vous me demandiez toute à l'heure si j'aimais me faire du mal, je pense que oui, parce que je fais que ça sans le vouloir, et étant plus jeune, je me donnais facilement, mais je le regrette...

 

Sexuellement j'aime souffrir... être dominé... sa provoque en moi une sorte de haine, qui me donne envie de me vengé... Les premières réactions que j'ai trouvées anormales, sont arrivées pendant que j'étais avec mon amant, et ça s'est développé, et a pris de l'ampleur, mon corps aussi à changer, plus sensible... Des fois avec mon amant, j'étais en état de transe, besoin qu'il me touche... mon ex m'a beaucoup mis dans la tête que je me salissais en sortant de chez moi, juste en étant vu, dehors des fois j'aime l'être avec mon amie Assia, pour penser un peu à autre chose que mes problème, mais je suis jamais bien, et des fois je me sens mal, je me sens parfois dénudé par les regards, sa me donne des pulsions, parfois j'ai envie de sang aussi, pendant l'acte, griffer, mordre, saigner... je m'abstiens, mais parfois je sens que j'ai un besoin physique, je vais vers mon mari, quand je me "contiens plus", et  je fais en sorte que sa se limite juste a l'acte, et une fois que c'est fais, je me sens plus "légère", mais "sale" en même temps....

 

Hier j'étais mal, je crois que j'ai fais une sorte de crise d'angoisse, et je me suis sentis mal, mauvaise, perdue, désemparée, triste... et j'ai eu une envie profonde d'aller prier, de me réfugier auprès d'Allah ta'ala, une envie intense mais une sorte d'incapacité à le faire, incapable, désarmée, impuissante malgré que je savais que c'étais mon seul refuge... puis je suis passer par plusieurs état, de la panique, de la tristesse, puis je me suis sentie complètement abattue, et j'ai appeler votre secrétaire...

 

Je me suis passé de l'eau sur le visage, et je me suis regardée dans la glace, j'ai vu un autre visage de moi, je le vois parfois quand je me regarde, je me fais peur, mais je ressens une sorte de force, de supériorité... puis jusqu'aujourd’hui j'ai toujours pensé que c'étais dans ma tête, et je prenais, mon extase, et mes "états seconds" comme un don d'Allah...

 

Je voulais avant, ravoir un deuxième enfant sans trop attendre, la j'en veux, mais je me sens incapable de le faire... je n'ai envie de travailler, ni de passer mon permis, j'ai aucune ambition personnelle, ma vie, c'est de me lever le matin, de m'occuper de mon fils, voir un peu ma famille, fumer le soir et dormir... J'aimerais qu'Allah me guide, j'ai peur de ne pas y arriver, j'ai peur de mourir dans cet état, je me sens impuissante, je me sens faible, et attirée par shaytan... J'ai l'impression de devenir insensible à l'écoute du Qoran... je n'avance plus dans rien, sa fait 2ans que ma vie s'est arrêter...

 

Qu'Allah me guide...

 

Je vous remercie pour votre écoute lors du rendez-vous, pour votre implication et celle de votre équipe,  je me sens éclairée, moins perdue, j'ai l'impression que c'est le début de ma guérison, mais je sens que j'ai du chemin à faire, une partie de moi aime et veux tout ça, qu'Allah me guide. J'aimerais pouvoir en sortir, et reprendre ma vie sereinement insha Allah, 

 

Barak Allahou fikoum, J'attendrais votre réponse insha Allah, merci encore à tous pour votre aide

 

 


Wa ahleikoum salam, orti fillah,

 

Concernant vos menstrues, si vous n'arrivez pas à distinguer entre les deux sangs, celui des menstrues et celui des métrorragies, par la vision, ou la durée habituelle de vos règles, alors reprenez la prière dès le septième jour, et ce, même s'il y a encore du sang, tout en regroupant les prières du Zohor et du 'Asr, et celle du Maghreb et du 'Icha, si vous le désirez. 

 

Vous nous avez sollicités pour que nous vous aidions et nous allons le faire, bi haouli lah, tant que, par votre sincérité, vous respecterez nos personnes et nos conseils ! Aussi, sachez que la voie ne sera pas aisée car vous développez, de toute évidence, les traits d’une double facette de volonté, et que, par déduction, les vérités que je vais prochainement vous dire, à l’égard de votre personne, ne risquent pas de vous réjouir ! Rappelez-vous que le vrai thérapeute n’est pas là pour aller dans le sens de votre diable en « caressant dans le sens du poile » car il ne fera qu’amplifier vos ténèbres par son propre ensorcellement !

 

En effet, lors de la roqya par pression physique vous n’avez rien senti, or de deux choses l’une concernant une roqya, par pression physique, destinée à une double facette :

  • -          Soit, elle ne supporte pas la douleur
  • -          Soit, elle ne ressent rien

 

Sachez que selon notre expérience, quand la double facette ne supporte pas la douleur, c’est qu’elle est suiveuse d’un démon meneur par une complicité moyennant l’hypocrisie et la tromperie à l’égard de proches ! Tandis que lorsque la double facette ne ressent rien lors de la roqya par pression physique, c’est que l’humain est meneur d’un diable suiveur ! Autrement dit, selon le résultat de la roqya, c’est le diable qui est à votre service moyennant des actes s’apparentant à de la sorcellerie inconsciente !

 

Le désir d’écrire Allah sur le corps de votre amant ou d’écouter le coran durant votre copulation illicite puisque adultérine est une preuve de cette assertion car :

  • -         Vous ne culpabilisez pas (du moins c’est le constat que nous avons eu lors de la consultation) de commettre l’adultère dans la constance et c’est là une grande preuve de votre dédoublement de la face car généralement seules les doubles facettes peuvent faire cela
  • -         Et en plus de ne pas culpabiliser vous voulez rabaisser le divin en associant Allah et le coran à un rapport sexuel diabolique comme peut le témoigner vos pulsions sadomasochistes

 

La question qui se pose ici est : de quelle manière avez-vous pu vous assujettir des diables ? Car c’est toujours par du chirk que l’on peut dominer les démons ! Est-ce par l’idée que vous puissiez exercer une domination sur la gente masculine par le sexe ? Auquel cas vous ne seriez pas une victime mais une piégeuse dans le sens où par une complicité démoniaque votre réel but est de faire succomber les hommes et d’asseoir ensuite une forme de domination? Répondez-moi sincèrement, et réfléchissez par deux fois avant de me répondre, car de votre réponse dépend la poursuite de votre thérapie avec notre équipe… Ne cherchez à plaire qu’à Allah, dans votre thérapie, car vouloir préserver et conserver une belle image auprès des créatures, quand elle est fausse, risque de vous interdire toute guérison !

 

Sachez que sincèrement, je veux bien vous aider, mais je ne peux pas aider les personnes qui ne veulent pas s’aider elles-mêmes, en n’admettant pas leur propre réalité, et c’est justement ne pas vouloir s’aider que de ne pas reconnaître sa propre laideur de base puisque sans cette reconnaissance nous ne pouvons évidemment pas avancer dans la purification par son éradication !

 

Je vous sens sincère, sachez-le, mais en thérapeute votre sincérité, même accompagnée de torrents de pleurs, ne m’aveuglera pas vis-à-vis du fait qu’elle peut être un subterfuge pour cacher votre réalité car une double facette est justement sincère dans ses deux visages opposés ! Donc, sincère dans la volonté de s’en sortir, mais sincère aussi dans la volonté de trahir autrui et donc de se pervertir… Et généralement, c’est par la sincérité dans la volonté de s’en sortir, qu’une double facette veut pervertir comme les piégeuses qui usent de leur besoin d’assistance pour piéger leurs secoureurs qu’ils soient raqys, éducateurs, professeurs ou prédicateurs…

 

Je demande donc de la transparence intentionnelle car c’est par elle que s’opère la guérison pour des personnes comme vous ! Comprenez que le cabinet thérapeutique de notre association Hayat est le seul en France, et ailleurs d’ailleurs, à avoir autant développé sur la maladie du « dédoublement de la face » et que, par déduction, toute tentative de corruption ou de tromperie sera vaine, par la grâce d’Allah !  

 

La haine que vous avez ressenti en me regardant n’est autre que la haine de votre seconde facette qui a compris qu’elle risquait de voir disparaître ses prérogatives, si vous continuez sincèrement la thérapie avec nous car elle a su qu’elle était tombé sur des personnes compétentes et capables de faire « tomber les masques » et donc susceptible de briser son « bisness », fleurissant par votre charme ensorcelant !

 

Donc de deux choses l’une concernant votre déboulement de la face:

  • -          Ou bien, elle est consciente
  • -          Ou bien, elle est inconsciente

 

La différence entre la double facette de volonté consciente et inconsciente est que la première ne se soigne pas car ici le but de la double facette en voulant se faire soigner est de piéger tandis que la seconde est remédiable, après la vérification de 4 étapes :

  • Réalisation de la dualité,
  • Prise de conscience et acceptation de sa propre laideur,
  • Repentance, regret et volonté de faire tomber le masque
  • Et association avec le thérapeute contre la facette démoniaque dans le traitement pour la libération vis-à-vis de l’inconscience qui a mené à la complicité !

 

Comprenez que tous les déboulements de volonté commencent par un dédoublement de contrainte, généralement durant l’enfance comme c’est le cas pour vous car il semblerait que vous soyez collée à un diable dès la naissance. C’est la confirmation par des actes de complicité, qui permet la transition entre le dédoublement de contrainte et celui de volonté.

 

Êtes-vous prête à reconnaître votre part de complicité avec votre diable, cette même part qui vous a mené là ou vous êtes aujourd’hui… Si oui, alors par la grâce d’Allah vous serez sauvée, sinon hélas, je ne pourrais rien faire pour vous…

 

Ceux qui vivent dans la souffrance de l’instabilité

Des conséquences de leur hypocrisie ou de leurs impures intentions

Ne pourront guérir de leur dépendance vis-à-vis des démons et des péchés

Qu’à la condition qu’ils sincérisent leurs actions et surtout leurs relations

 

C’est par là que commence la thérapie…

 

Wa bilahi ta’ala taoufiq

Mahdy Ibn Salah

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

  • Aucun commentaire trouvé