Écrit par Mahdy Ibn Salah  •  Catégorie : Qualité & efficacité  •   •  Affichages : 1499
 
 

C

ela fait plusieurs années que le militantisme pour la cause de l’Islam dans le tissu associatif en France se développe, et les résultats bien que positifs à bien des endroits ne sont pas à la hauteur des aspirations de la première heure, et ce, en raison de notre patente défectuosité dans l’action ! Il est important de savoir que tout être humain possède en lui un potentiel de réussite, susceptible d’être mis en œuvre grâce à la totalisation des différentes forces, moyennant une finalité ! 
 
C’est pourquoi, j’ai jugé capital de proposer un séminaire sur le thème de la qualité afin de parfaire nos productions, utile aussi bien à l’amélioration de notre vie temporelle, spirituelle, individuelle ou relationnelle... En effet, c’est par notre ignorance de ce qu’est la qualité que Satan parvient à nous pousser à faire, dans la vie, de mauvais choix ! Ces mêmes choix qui nous empêchent d’être à la hauteur de notre attestation de foi !
 
Ce séminaire est donc capital car il est tel un rempart vis-à-vis de l’animosité satanique à notre égard puisqu’il comprend 7 modules axés autour des 7 notions protectrices des ruses maléfiques par lesquelles Satan parvient à nous éloigner de la Qualité :
-        Le sens de la qualité
-        L’état des lieux
-        La normativité
-        La valorisation
-        L’organisation
-        La rigueur
-        La capitalisation
 
L’objectif du séminaire est de condenser dans une courte période un ensemble de cours et d’exercices susceptibles d’assurer une réforme positive de son participant à l’endroit des différents principes nécessaires à la composition d’un travail de qualité. Les cours seront interactifs, reposant sur l’échange et l’analyse, de tous et de toutes, à l’égard d’un support commun. Le séminaire comprendra aussi des exercices spirituels et prendra fin avec une évaluation, et un bilan collectif par la comparaison entre les aspirations et les gains de chacun.
 
J’ai noté, effectivement, que les séminaires d’apprentissage intensifs étaient plus efficaces en terme de réforme car le rythme de vie actuel en France ne permet pas aux étudiants en science religieuse d’apprendre avec profondeur, d’où ma volonté de me consacrer dorénavant à la proposition de séminaires de formation dans lesquels, je vais condenser des connaissances et permettre aux auditeurs de cerner une thématique sous tous ses angles, avec un côté pragmatique pour vivifier les connaissances.  
 
Voici, par exemple, un retour de la part d’une sœur qui a participé au dernier séminaire sur la Qualité : « salam walaykoum, Par le biais de ce mail je souhaitais vous remercier pour le temps déjà que vous nous avez consacrés et pour l'enseignement prodigué. A la base j'ai voulu faire ce séminaire pour améliorer le collectif mais j’en ai appris plus sur l'individuel. En effet, mon adoration manque beaucoup de profondeur mais cela s'explique par le fait que la spiritualité durant toute mes années de pratique été mis un peu de côté. Je me suis plus axé sur l'apprentissage du coran et des hadith, sur le fiqh mais la spiritualité hormis les connaissances théoriques acquises dans la pratique de l'islam, je n'ai en réalité pas su en faire une priorité, je dirais même que je l'ai négligé. Subhanallah comme quoi en l'espace d'une semaine on peut changer notre façon de voir les choses. Pour l'intensité hamdoullilah, j'entreprends toujours quelque chose avec conviction donc cela ma juste conforté dans l'idée.
 
Points positifs: Franchement, c'est la 1er fois que je fais des exercices spirituels et je dirais que tout ce que vous avez proposé été très constructif. Je prends l'exemple du nom divin qui m’a beaucoup inspiré, on se rapproche d'Allah car on comprend à travers l'attribut qui Il est! Le 1er exercice ou vous nous aviez demandé pendant 15mn de répéter la illah illa llah été un bon exercice. Malheureusement contrairement aux autres je n'ai pas eu de mal à me concentrer et à ressentir sa présence mais c'est à la fin que je me suis déconnectée, lorsque les sœurs ont elles réussi à se connecter avec Allah et qu'elles pleuraient, alors à ce moment j'ai perdu le fil car les éléments extérieurs ont perturbé ma méditation. Pour ce qui est du programme, c'est dommage je ne l'ai pas fait mais ce n’est pas perdu puisque définir un programme est important en matière d'adoration. Mais l'exercice qui m'a vraiment interpellé sera je pense celui où vous nous avez « jeté » de la salle pour prêcher dans la rue. C'est vrai à quoi bon accumuler des enseignements si l’on n’est même pas capable d'être l'avocat d'Allah sur terre, si on est incapable de l'honorer par la dawa! Mais l'expérience partagé avec la sœur Sarah sur cette exercice m’a fait prendre conscience que wallah, on aura des comptes à rendre sur le fait de ne pas avertir sur ce qu'on considère comme le Haqq! Parce que je me rappelle de ce jour, on est sorti de votre salle et on s'est dit avec Sarah les 1er qu'on voit musulman ou pas on les arrête et on fait dawa. Les deux femmes qu'on a interpellé nous avez déjà remarqué puisqu'une d'entre elle nous a dit (alors qu’elles n’étaient pas habillées de façon correcte) « quand je vous ai vu j'ai dit à ma sœur moi aussi un jour je porterai le voile » et du coup on a enchainé sur un rappel sur le voile. Vraiment des exercices intéressants pour concrétiser les concepts théoriques! A renouveler.

Le 2e point positif ; c'est que je vais arrêter de me trouver des excuses car certes j'ai beaucoup de choses à faire, mais je dois donner la priorité à celui pour lequel j'ai été créé

Le 3e point positif ; mes soeurs fillah !  

Le 4e point positif ; j'ai compris dans le collectif pourquoi beaucoup de personne n'ont pas suivi la cadence, d'où l'importance de cerner l'âme émotionnel
 
Le 5e point positif ; vos enseignements étaient enrichi d'exemples permettant de comprendre des concepts compliqués, macha Allah bonne élocution et votre conviction à capter les esprits!
 
Pour ce qui est des points négatifs (la perfection n'existe pas on ne peut qui tendre):
1- Le fait de filmer des sœurs, pour ma part ça agresse ma pudeur, j'aurais su je serais venue en niqab :-) donc svp pas d'image de moi sur écran baraqallah oufikoum

2- La salat: vous allez me dire que j'insiste mais vous avez dit priorité à la science ok je veux bien l'entendre mais je me rappel c'était sur le module organisation. Pourquoi ne pas avoir intégré selon ce concept, la pause 30mn pendant la salat de asr comme ça on l'aurait pas retardé? « Certes la prière a toujours été prescrites pour les croyants à des temps déterminés » (sourate 4 verset 103). Et il me semble que les seules salat permises de retarder et celle de Icha et dhur avant que asr ne rentre. Allahu a'lam. Sur cela, sinon baraqallah oufik pour votre investissement, ce n’est pas évident d'organiser un séminaire et contenter tout le monde. En espérant participer à d'autres séminaires inchallah wa salam »


 
Je prépare d’autres séminaires, bi izni lah, sur différentes thématiques comme « apprendre à se connaître », « apprendre à se marier», « apprendre à s’organiser », « apprendre la langue arabe »…
 
 
Ce texte n’est qu’un résumé des connaissances développées lors du séminaire,
Il n’équivaudra jamais à un enseignement de proximité,
Car la science ne s’acquiert pas par des moyens intermédiaires,
Mais directement d’un professeur de qui nous puiserons l’identité…
 
 

Premier Module

La Qualité

 

C

onnaître la signification de la qualité est capital car sans la connaissance de sa définition nous ne pouvons aspirer à cette dernière.
 
La qualité est une notion liée à la production. C’est d’ailleurs une notion par laquelle nous mesurons le degré de perfection d’une production. Elle s’oppose souvent à la quantité car très souvent la qualité ne réside pas dans le nombre mais dans la perfection du peu. La perfection se définit à son tour par l’absence de défauts, et c’est l’absence de défauts qui assure la pérennité d’une production. On dit, en effet, d’un objet qu’il est de qualité quand il dure et quand il est intense dans la réalisation de sa fonction comme une voiture allemande l’est plus qu’une française. La longévité et la force sont donc les deux dimensions sur lesquelles nous pouvons mesurer la qualité d’une production ou d’une relation. Le défaut résulte, quant à lui, d’une discontinuité dans la forme, engendrant une fragmentation et donc un déséquilibre entre la demande et la production d’énergie, susceptible de mener à l’instabilité qui est à l’origine de la fin de vie d’un produit !
 
Ainsi, la perfection résulte de l’unité, et la défectuosité de la fragmentation et de l’éparpillement, à l’exemple de la foulée d’un athlète qui sera de qualité quand justement il y aura uniformité et dynamisme ! C’est donc par l’unité que se réalise la qualité ! Et, il n’y a rien de plus unique que l’Unique. Ainsi, si nous arrivons à puiser la longévité et l’intensité de notre production directement d’Allah, nous pourrons assurer une qualité optimale, qui certes est relative mais sera suffisante pour donner la victoire à un petit unifié sur un grand fragmenté.   
 
Le manque de confiance en soi explique ainsi notre défectuosité car celui-ci résulte d’une fragmentation de l’être. En effet,  c’est le doute vis-à-vis de soi qui génère du stress au niveau temporel, du waswas au niveau spirituel, de la répulsion au niveau relationnel. Ainsi, c’est par la reconquête de notre personne au moyen de l’assurance que l’on peut retrouver une confiance en soi, et ce, par le fait de se donner des challenges et d’en être à la hauteur. 
 
La voie de l’obtention de la qualité temporelle, reposant sur les valeurs de la longévité et de l’intensité, ou de la qualité spirituelle, reposant sur les valeurs de la patience et de la certitude, s’opère respectivement par la réalisation de deux unités moyennant la confiance. Il s’agit d’harmoniser la forme par une unité de fond, de sorte que la capacité et la volonté se totalisent respectivement par les exercices de solidification de la nature comme l’examen pour un étudiant qui désire parfaire ses connaissances et d’unification de la volonté par le rappel.
 

Second module

L’Etat des lieux

 

L

’état des lieux est la première étape de la réforme menant à la qualité car il permet l’évaluation moyennant la localisation. L’état des lieux repose sur l’analyse de la différence entre les dépenses et les gains d’une activité ou d’un objet donné, afin de voir si l’activité en question est bénéfique ou contre productive. Ainsi, à la différence du bilan, l’état des lieux peut s’opérer sans idéal, tandis que le bilan résulte, quant à lui, de l’analyse d’un résultat par rapport à un objectif donné. 
 
Grâce à la localisation, consécutive de l’état des lieux, nous pourrons ensuite analyser, par le bilan, les manquements qui sont à l’origine des échecs afin, au mieux, de pouvoir les prévenir, ou au pire de les guérir, moyennant la proposition d’un plan réformateur. Il est donc nécessaire de faire un état des lieux, avant toute projection, et ce, à tous les endroits de nos activités, que celles-ci soient temporelles, spirituelles, ou relationnelles afin d’éviter les trois fléaux associés que sont respectivement l’endettement, la démotivation, et la déception.
 
La voie de la réalisation de l’état des lieux est l’inscription de l’acte dans un graphique comprenant la durée en horizontale et l’intensité en verticale, par lequel nous devrons mettre en relief les quatre piliers suivants :
 
-        Le bilan
-        L’idéalité
-        L’état des lieux
-        Le plan de réforme
 
Le bilan doit, effectivement, toujours précéder l’état des lieux. Il est nécessaire, en effet, de solidifier les acquis avant de songer à avancer car le développement sans une solidification des bases mène inévitablement soit à l’épuisement, soit à la fragilité. La connaissance de l’idéal précède à son tour l'analyse de la réalité afin d’opérer le bilan consécutif de la différence entre l’idéalité et l’état des lieux. Et enfin, le quatrième pilier qu’est le plan de réforme doit naître du constat de la négativité de l’état des lieux ou du bilan, et consiste à proposer un programme susceptible d’élever la courbe des gains jusqu’au seuil de la positivité c’est-à-dire jusqu’à ce que la différence entre les dépenses et les gains soit positive.
 

Troisième module

La Normativité

 

L

a connaissance ou la fixation d’une norme est indispensable à la réalisation d’un travail de qualité puisque la perfection résulte de l’adéquation entre la forme et le fond, entre la pratique et la théorie. La fixation d’une norme est donc essentielle à la réalisation d’un travail de qualité puisqu’elle permet d’éviter le chaos, et donc assure la longévité.
 
La normativité permet ainsi de donner à un objet une forme stable et c’est la stabilité qui assure la pérennité. Avant toute production, il est donc nécessaire d’établir au préalable une norme, un plan. Il existe plusieurs types de norme, une norme physique pour les objets matériels comme le squelette et les fondations le sont respectivement pour le corps et une maison, une norme spirituelle comme l’intention l’est pour l’adoration, une norme intellectuelle comme la ligne directrice pour une argumentation, et enfin une norme méthodologique comme l’est le maître pour un disciple…
 
C’est l’opposition des normes qui est à l’origine de la fragmentation, source de la défectuosité de nos productions. En effet, il existe des normes spirituelles vraies comme le Coran et la Sunna et des normes spirituelles fausses comme la télévision et le cinéma. De même qu’il existe des normes temporelles vraies comme le prophète et l’émir et des normes temporelles fausses comme le tyran, ou la star. Le but étant d’effacer de nos vies les normes fausses qui fragmentent ces dernières et nous empêchent d’être intenses dans la pratique. Il est important d’ajouter que la norme provient du producteur, c’est pourquoi, la notion de création (khalaqa) en langue arabe implique de « donner la mesure ». Donc le créateur est aussi le normalisateur, celui qui donne une identité à son produit. A partir de là, une question intéressante se présente à nous : pouvons nous produire quelque chose de qualité en utilisant un objet fabriqué par des non musulmans dans la finalité de réaliser une finalité religieuse ? La réponse est logiquement non ! Car cela mène indubitablement à une séparation de la forme d’avec son fond en raison de la présence de normes rivales, et donc à un islam de surface, comme ceux qui par exemple pensent vivre pleinement leur foi au sein d’un état non musulman, ou veulent apprendre la religion uniquement par la voie d’audios et de vidéos, ou veulent prêcher par l’entremise de sms, ou nouer des liens moyennant les réseaux sociaux ! L’Islam authentique n’est pas islam virtuel mais bien un Islam de face à face, où les outils modernes de communication doivent, par déduction, n'être que des tremplins vers ce face à face ! C’est dans ce sens que nos salafs disaient que l’on ne puise pas la science des livres mais plutôt des hommes ! Le musulman doit s’approprier, par conséquent, le pouvoir normatif d’un objet ou d’un espace, s’il tient atteindre la qualité. A partir de là, une mosquée qui paye un loyer à la mairie n’est donc pas une mosquée au sens complet du terme, et son enseignement manquera inévitablement de qualité !
 
L’établissement d’une norme nécessite la réalisation d’une symétrie car la qualité d’une production se mesure à la beauté puisque la beauté résulte de l’unité, qui, quant à elle, est matérialisée dans la forme par l’harmonie et la symétrie. Ainsi, il doit exister une symétrie dans la norme afin que celle-ci soit parfaite et que l’action qui en découlera soit harmonique. Or, la symétrie implique l’identification de deux ou plusieures formes par rapport à un axe ou un point, si bien que la réalisation de la norme parfaite implique de faire de l’unique et du Tawhid, l’axe, le centre, la ligne directrice par laquelle nous allons harmoniser notre vie.
 

Quatrième Module

La Valorisation

 

L

a connaissance de la norme est indispensable à la qualité d’une chose puisque la qualité d’une chose résulte de la conformité d’avec la norme, de l’unité entre la norme et l’application. Or, il existe un fléau par lequel une chose peut s’éloigner de sa norme : la dévalorisation, que celle-ci s’opère par l’ignorance ou par l’insouciance. En effet, celui qui ignore la norme sur laquelle il doit calquer sa conduite et sa manière de penser, ne peut que suivre celle qui sera imposée par le décor. Et celui qui possède une norme sans son pouvoir normatif possédera une identité de façade. C’est le propre des objets défectueux que de ne pas être conforme à leurs normes naturelles.
 
La valorisation découle des besoins. En effet, on valorise toujours ce qui se trouve dans notre cœur et quand la valorisation est totale alors l’intention peut engendrer une assistance externe. C’est le cas par exemple de ceux dont la valeur de la prière du Fajr est tellement grande qu’ils se réveillent sans alarme comme si l’on réveillait leurs consciences avant leurs corps. Ainsi, tout est une affaire de valorisation ! Car la valorisation permet la concentration, de laquelle découle la compréhension et le sacrifice. Ainsi, sans valorisation, il ne peut y avoir de qualité scientifique et pragmatique. Ainsi, pour permettre la compréhension, il faut mettre au préalable l’élève en condition de comprendre grâce à la valorisation ! C’est dans cette optique que l’on peut comprendre pourquoi le côté temporel de notre vie actuelle est un obstacle à la réalisation de la plénitude de notre vie spirituelle, si bien qu’il apparaît pratiquement impossible de pratiquer entièrement le Tawhid sans un détachement vis-à-vis de nos habitudes mondaines ! A partir de là, nous pouvons comprendre le caractère inefficace des enseignements islamiques proposés en France.   
 
C’est pourquoi, il est important d’introduire ici la notion de sacrifice, notion par laquelle nous pouvons réaliser la valorisation vis-à-vis de la norme et donc la conformité entre la norme et l’application. La valorisation est l’action de rendre importants une chose ou un objet moyennant le sacrifice par lequel on le privilégie et lui donne une plus grande place dans le cœur.
 
La responsabilité, qui est une voie d’éducation par le groupe, est une valeur susceptible de permettre la valorisation car elle découle du sacrifice des intérêts individuels au profit d’intérêts collectifs. En effet, faire preuve d’irresponsabilité à l’échelle individuelle peut obstruer à l’épanouissement d’un projet collectif, voire même peut le ruiner ! Par la responsabilisation nous pouvons, par conséquent, lutter contre les principaux vices à l’origine de notre dévalorisation de la norme : l’idolâtrie et l’égocentrisme. Combattre l’irresponsabilité au moyen d’une responsabilisation globale est, par déduction, à la base d’un travail de qualité puisque c’est par l’irresponsabilité de quelques éléments qui composent un ensemble, qu’une chose risque de se détériorer, ou tout simplement de ne plus fonctionner !
 

Cinquième module

L’Organisation

 
 

L

’organisation est l’action d’opérer une harmonisation des différentes responsabilités, de sorte qu’il n’y ait pas de pertes, ou de gaspillages éloignant les finalités, des moyens. L'organisation a pour objectif ainsi de faciliter la circulation des flux et d'atteindre des objectifs déterminés au moyen de la structuration pilotée des moyens par une autorité commune. Le maître mot de l’organisation est, par déduction, l’ordre ! Rien ne doit donc être laissé au hasard car le hasard est en réalité une anti-organisation. Organiser implique ainsi d’opérer une adéquation positive entre les choses complémentaires comme les fonctions et les compétences, les temps et les activités, les espaces et les objets… Il s’agit d’octroyer un temps pour nos devoirs et nos responsabilités que ceux-ci soient d’ordre temporels ou spirituels.
 
La voie de l’organisation s’opère, par conséquent, au moyen de l’usage d’un agenda, faisant office d’autorité externe, dans lequel seront inscrites les volontés spirituelles (wird) ou temporelles à respecter afin de maximiser les rendements de l’être. En effet, l’être a besoin de se soumettre à une volonté externe, que celle-ci soit personnelle ou celle d’un guide, s’il tient à produire quelque chose de qualité car s’il ne suit pas une volonté externe susceptible d’harmoniser ses différents composants, c’est l’ego qui risque de devenir la norme, et donc d’empêcher la réalisation de l’objectif, souvent contraire à ses penchants et ses caprices. En effet, l’âme bestiale est l’ennemi de l’ordre et toute réussite ne peut être possible que par des privations et des restrictions de liberté.
 

Sixième Module

La Rigueur

 

L

a rigueur est l’action d’appliquer avec précision la norme. Sans la rigueur, l’organisation ne peut porter ses fruits. La notion de précision est donc étroitement liée à celle de la rigueur car sans une délimitation de l’œuvre dans le temps et la quantité nous ne pouvons mesurer l’écart dans l’application vis-à-vis de la norme et donc le degré de notre rigueur. L’établissement d’un échéancier et d’un quota dans l’action est, par conséquent, primordial à la perfection de notre organisation car le flou dans l’établissement des moyens pour réaliser une fin est le contraire de la rigueur. Et c’est le flou organisationnel qui est à l’origine de résultats individuels incomplets, qui en s’accumulant ne se compléteront jamais, des conséquences de la lourdeur du rattrapage. C’est d’ailleurs par cette voie que Satan pousse les pratiquants à arrêter la prière. En effet, le désordre peut engendrer le dépassement, et donc l’abandon, des conséquences de l’accumulation de la charge. C’est à ce propos qu’Allah blâme dans le Coran, les chrétiens qui instituèrent un monachisme, qu’ils ne respectèrent pas selon le droit de l’observance, mettant en évidence le fait, qu’avant d’instituer une innovation, ne pas respecter un programme que l’on s’impose, est en soi, un péché pour la conscience !
 
La voie de la réalisation de la rigueur est l’usage de la sanction. En effet, la sanction est thérapeutique quand elle permet à l’âme de quitter l’égocentrisme pour la responsabilité. Il s’agit d’opérer une rééquilibration de l’écart négatif causé par le manque de rigueur, par un agissement diamétral significatif, susceptible de permettre un redressement. 
 
Il existe deux types de sanction, la sanction par amour et la sanction par haine. La première est pédagogique et vise la réforme, tandis que la seconde est protectrice est vise l’éloignement de l’ennemi, ainsi que son engouffrement. A partir de là, on peut dire que Satan a été puni par haine et Adam par amour. Nous avons tous deux ennemis internes à sanctionner : l’âme et le démon, si nous tenons à atteindre la qualité au moyen respectivement de la privation, de la repentance et de la réconciliation.
 

Septième Module

La Capitalisation

 

L

a capitalisation est l’action de fermer le circuit de l’énergie et de la lumière, en bouchant les failles par lesquelles celles-ci peuvent fuir. En effet, un circuit fermé permet à l’énergie de se conserver et à un système de durer comme le cycle de la nature par exemple. Dans le domaine spirituel, le circuit de lumière permet de redonner davantage de lumière quand il est fermé de sorte que la pratique ne peut que progresser ! En effet, ceux qui ne progressent pas, en réalité, ne font que régresser car la stagnation dans la pratique n’est qu’une transformation de la religion en coutume par le dépouillement de la profondeur. Ainsi, il est important de pouvoir palper la lumière afin de mesurer les pertes et les gains de cette dernière et d’agir en conséquence !
 
 C’est donc l’étape finale et indispensable qui assure la pérennité d’une production puisque c’est le déséquilibre des forces appliquées à un ensemble qui génère la panne de ce dernier. Ainsi, il est impossible de capitaliser l’énergie et la lumière, si l’on ne cherche pas à trouver au préalable les failles par lesquelles ces dernières peuvent fuir ! Il existe différents types de failles, et à l’échelle individuelle, elles sont d’ordre :
-        Doctrinale
-        Sentimentale
-        Comportementale
 
A l’échelle collective la faille est l’élément à contre courant, qui dans son intériorité comme l’intention par exemple n’épouse pas les valeurs et les agissements de l’ensemble. Cette opposition peut être volontaire et l’adhésion au groupe n’est donc ici qu’une simulation, comme elle peut être involontaire quand, par exemple, le membre a l’esprit occupé par une difficulté personnelle qui l’extrait mentalement du groupe. La capitalisation n’est donc pas possible sans une unité de tous les éléments qui font un ensemble par la conscientisation des éléments stables vis-à-vis de ceux qui ne le sont pas. En effet, il arrive que notre mal être découle d’une personne qui nous tient à cœur, de sorte que veiller à son bien être, c’est aussi veiller au nôtre ! Ainsi, c’est un devoir, après le calfeutrage de nos failles que de songer à calfeutrer celles de nos proches afin que notre lumière ne se perde pas par l’entremise de l’un de nos liens. Et si ce calfeutrage là, n’est pas possible en raison de l’absence de la volonté sincère de s’en sortir de la part de la personne qui nous tient à coeur alors il ne faut pas se voiler la face à vouloir l’aider, car nous risquons inévitablement de sombrer des conséquences de notre injustice à croire en des personnes qui ne méritent pas notre espérance et par lesquelles Satan aspire à vider notre lumière !   
 
Il existe deux voies pour permettre la capitalisation de l’énergie et de la lumière :
-        La réforme et l’assistance du maillon faible quand sa volonté est sincère   
-        Et l’éloignement ou l’amputation quand celui-ci est hypocrite
 
Il faut donc faire attention aux failles qui ne veulent pas se réformer, ni s’aider, et qui désirent conserver leur place, souvent stratégique, au sein d’un ensemble car par cette attitude, ils constituent des outils, par excellence, que Satan utilise pour absorber la lumière de l’ensemble et détruire l’édifice collectif, que celui-ci soit un couple, un groupe ou une entreprise. La capitalisation implique ainsi d’aspirer à composer uniquement avec des personnes sincères car composer avec des personnes incomplètes ne mène pas à la qualité.
 
 
Mahdy Ibn Salah
  • Aucun commentaire trouvé