Consultation thérapeutique de groupe (réunion en ligne) -sur rdv Rejoindre la réunion

Arrow up
Arrow down
Écrit par Mahdy Ibn Salah  •  Catégorie : Qui suis-je?  •   •  Affichages : 13045
 
Salam 3aleikoum,

J’ai commencé la prière à l’âge de 15 ans, pour adhérer ensuite aux Jama’at Tabligh, et ce, jusqu’à mes 20 ans. Après l’obtention de mon Baccalauréat, je me suis inscrit à la faculté pour suivre un DEUG de mathématique & informatique appliquées aux sciences !

C’est lorsque j’ai rencontré une ex-musulmane convertie au christianisme et activement militante que j’ai délaissé mes études profanes pour me consacrer à l’apprentissage de la religion. A cette époque, j’étais Soufi et je ne me voyais pas : ne pas faire de sacrifices pour ma foi quand d’autres ont font pour la leur !

J’ai donc voyagé à l’île de la réunion mais c’est au Moyen Orient que je m’installerais durablement dans les années 2000, particulièrement en Syrie, et ce, pour y étudier la langue arabe. J’assisterais aux cercles du Cheikh Arnaout dans sa petite librairie de la banlieue de Damas. J’obtiendrais une lettre recommandée de sa part pour étudier ensuite en Arabie Saoudite.

C’est durant mon voyage en Syrie que l’idée du réformisme s’est implantée dans ma conscience grâce aux œuvres du Cheikh Abdel Rahman al Kawakibi dont je pris connaissance ! A cette époque j’étais plutôt Salafi. En effet, l’étude de la science islamique m’avait éloigné du soufisme !

J’ai donc voyagé en Arabie pour déposer ma candidature afin d’intégrer l’université islamique de Médine, et entre temps, j’assistais aux assemblés du Cheikh Abou Bakr al Jazairi, tout en lui soumettant le projet associatif de la future association Hayat, projet qu’il approuva !

Après 2 années passées à étudier et à voyager entre l’Arabie, la Jordanie, le Liban et la Syrie, je suis revenu en France pour m’engager et mettre en œuvre le projet associatif conçu et approuvé par plusieurs savants ! Entre temps, j’ai repris mes études, mais cette fois-ci, à la faculté de la Sorbonne.

J’ai ensuite fondé l’association Hayat en 2002 mais c’est en 2006 que son enregistrement sera officialisé. Au départ, l’action était axée autour de la prédication de rue et des cours de spiritualité donnés dans un petit local de la rue Tourville à Aulnay-sous-bois.

J’ai commencé à pratiquer la Roqya en 2006 et à ajouter la dimension sociale à l’action communicative et éducative. Entre temps, nous nous rapprochions de l’objectif de l’action globale en intégrant aussi la dimension économique par la création d’entreprises de sorte de financer nos activités.

C’est à partir de 2012 que nous intégrerons l’aspect psychologique à nos roqyas de sorte de les rendre plus complètes. Aussi, j’ai établis un système de concepts en m’appuyant sur les références scripturaires de notre religion de sorte de proposer une lecture propre à notre foi, d’où le fait que nous sommes parmi les premiers à avoir parlé de la psychologie musulmane.

J’ai aujourd’hui mis sur papiers mes travaux pour les faire relire et corriger par des savants de renommés internationales, qui, par ailleurs, ne trouveront rien à redire quant à l’aspect islamique de ces derniers !

La psychologie musulmane apporte des réponses là où la psychologie, la psychiatrie voire la médecine occidentale sont impuissantes, de sorte que les non-musulmans s’intéressent, dorénavant, à cette discipline novatrice puisque nous sommes arrivés effectivement à des résultats significatifs voire à de la guérison totale dans le soin de la schizophrénie par l'entremise d'un accompagnement moyennant des séjours thérapeutiques ! 

Entre temps, le conflit en Syrie a vu le jour et dès le départ je me suis senti concerné en intégrant la dimension humanitaire au pôle social de notre structure par l'action de venir en aide aux veuves et aux orphelins de Syrie. Après, mon interdiction définitive de fouler le sol turc et les difficultés en France à œuvrer dans la prédication en raison du climat islamophobe qui allait grandissant, j’ai décidé d’arrêter d’œuvrer en France pour me consacrer à mon ressourcement !

J’ai donc renoué avec l'étude de la science en m’installant au Koweït où je suivrais un cursus en sciences islamiques à « Dar al Qouran » puis au centre culturel islamique spécialisé dans la formation des prédicateurs et des imams venant de différents pays du monde.

Je terminerais mon cursus spécialisé dans la littérature et la civilisation islamique, et j’en sortirais diplômé avec la mention "excellent", soit une note de 673/700, donc une moyenne de 19,2/20 !

A mon retour en France, je prends la résolution d’arrêter toute activité associative pour me consacrer à la Hijra, et ce, sans renoncer toutefois à maintenir des liens avec les militants qui désirent maintenir l’engagement.

Aujourd’hui, je me suis rangé du côté de l’islam révolutionnaire ! Cet islam antisystème qui a pour vocation de faire revivre à notre religion son âge d’or. C’est pourquoi la situation au Sham revêt une importance capitale à mes yeux car c’est à partir de là-bas que les choses pourront changer dans le reste du monde.

A l’heure d’aujourd’hui, je ne me considère pas comme une personne de science mais comme une personne de terrain car la véritable science doit être une science pragmatique étant donné que l’école prophétique reposait essentiellement sur le pragmatisme et non sur la seule théorisation.

Aussi, à mon sens, la profondeur prime sur la surface, d’où le fait que je condamne par-dessus tout cette superficialité actuelle de l’identité islamique qui découle du mélange des identités au sein d’un espace commun, et donc du manquement à l’endroit de l’ordre divin : « de recommander le convenable et de condamner le blâmable. »

Ma croyance réside dans le devoir de comprendre et de mettre en œuvre le Tawhid, tout en s’affiliant au groupe des croyants ! Ceci ne m’empêche pas d’être ouvert à l’endroit des autres communautés car je reste convaincu que les principes de la psychologie s’appliquent aussi aux nations, si bien qu’il existe des Etats pervers narcissiques qui prennent en otage d’autres états, et qui veulent de surcroît rendre l’islam : coupable alors qu’ils sont responsables de la décadence mondiale et des crises globales qui menacent notre planète !

Aussi, il est important de mettre en relief le caractère universel et humaniste du message islamique afin de rallier au-delà des frontières de la oumma !

J’enseigne essentiellement la sagesse, qui lorsqu’elle n’est pas la tradition du prophète, est, par extension, la science de la manière d’agir juste particulièrement quand il s’agit de trouver une issue à ces nombreuses impasses relationnelles que les musulmans vivent de nos jours…

Je suis d’inspiration Zahirite dans la lecture des sources scripturaires, et toute ma spiritualité repose sur le dogme du pacte pré-existentiel énoncé par le maître spirituel Jounayd al Baghdadi.

Je suis sujet à l’erreur et je ne prétends à aucun mérite. J’ai d’ailleurs plus appris avec mes erreurs qu’avec mes ouvrages, si bien que je vois dans cette accessibilité qui me caractérise ; une grande sagesse, sagesse qui m’a permis de me rapprocher des profils les plus dangereux de sorte de les étudier et de partager mes réflexions au grand nombre, et ce, ô grand malheur du diable !

Ainsi, si l’on reconnait un arbre à ses fruits, un leader à ses adeptes, un gourou à sa secte alors vous pourrez, de surcroît, me mesurer à l’aune de mes suiveurs car les âmes qui se ressemblent s’assemblent, si bien que vous trouverez, par déduction, que les personnes qui me sont hostiles ont indubitablement des points communs !

J’essaie du mieux que je peux de transmettre un enseignement instructif, qui nourrit l’intelligence, élargit la vision du cœur, et délivre de la souffrance ! J’essaie de vivre ce que je transmets, en proposant une voie et des projets concrets ! Je ne vise que la réforme (al islah) du mieux que je peux, et ma réussite ne dépend que d’Allah…

Je suis conscient de l’impact révolutionnaire que la lumière de la compréhension peut générer dans la conscience des hommes, et c’est pourquoi tout le mérite en revient à Allah, si j’ai pu transformer des vies grâces à mes travaux ! La vie est un combat et la lutte est générale : intellectuelle, spirituelle, matérielle et physique !

Qu’Allah nous permette de rester constants dans nos devoirs et nos combats, et qu'il nous épargne d'agir en fonction des résultats!


Wa bilahi ta3ala taoufiq
Mahdy Ibn Salah

Participant à cette conversation

  • On fait tous des erreurs c'est pourquoi on dit: ALLAH! Pardonne-moi mes péchés passés et futurs ! Rien y fait personne est parfait, il n'y a qu'Allah qui l'est. C'est normal que nous ne pouvons pas pratiquer parfaitement parce que nous même on est pas parfait mais on essaye de s'approcher de l'excellence avec l'aide de DIEU. Qu'ALLAH T'innonde de Sa Miséricorde mon frère
    Qu'ALLAH pardonne nos erreurs et qu'Allah purifie nos coeurs de toutes noirceurs

    il y a environ 9 ans
    J'aime 1