Consultation thérapeutique de groupe (réunion en ligne) -sur rdv Rejoindre la réunion

Arrow up
Arrow down
Écrit par Mahdy Ibn Salah  •  Catégorie : Parents&enfants  •   •  Affichages : 2739


Salam alaykoum wa rahmatou Allah wa barakatou, 

Tout d’abord je tiens à me présenter, Ali, papa de 35 ans, marié 3 enfants, d’origine berbère du Maroc. Issu d’une famille de 4 enfants, nous sommes nés et avons grandi en France en centre ville. D’un père maçon, analphabète il est venu dans sa jeunesse en France, et d’une mère au foyer, elle a commençait à travailler dans notre adolescence. Le père quasi inexistant dans notre éducation, car comme la majorité des pères il travaillait pour notre subsistance et n’intervenait donc pas dans notre vie paternellement émotionnellement. L’image maternelle quant à elle, de ce que je me souviens, elle ne délaissait pas ses devoirs envers nous, présente comme une mère pour son enfant mais la relation rapprochement confidences n’était pas à son apogée. C’est peu dire, il n’y avait pas de fusion, c’était un lien platonique. 2007 est l’année de mon mariage avec mon épouse, une femme d’origine algérienne de bonne famille, ne manquant aucunement à son rôle d’épouse, ni à son rôle de belle fille. Je détaille, car là débute la phase d’harcèlement psychologique et ce dès le premier jour de mariage….J’ai commencé par découvrir un nouveau visage, une nouvelle facette, qui pourtant existait avant mais n’étant pas marié j’étais dans l’insouciance du désastre qui allait à mon tour m’atteindre. En effet, les changement de position devenait incessants, « tu iras passer ta nuit de noces chez ton frère » puis quelques heures plus tard « oh non non, tu n’as rien a faire chez ton frère, d’ailleurs il ne veut pas, vas à l’hôtel »   , « Demain, ton frère t’emmènera à l’aéroport » puis « non, non, prenez un taxi ou vas avec un copain », le jour du voyage elle a fuit chez une amie pour ne pas nous dire au revoir, puis elle a fait la tête pendant trois jours, avant de nous appeler pour savoir si nous sommes bien arrivés.    (J’étais parti étudier en Egypte pendant un an) Cela fait 8 ans que sa dure. Dès notre retour en France, pensant que les choses allait bien, nous sommes arrivés chez mes parents, à l’époque mon père faisait les allers retours avec le Maroc donc n’était pas présents, à peine deux jours qu’elles prenaient nos valises et nous mettait à la porte prétextant que ma femme aurait parlé sur ma sœur, donc ma mère es parti raconter à sa fille ce faux propos, et ne voulait plus de notre présence. Sachant que ma femme passait son temps à faire le ménage, respectait ma mère comme une fille le ferait pour sa propre mère. A titre exemple, un jour elle lui massait ses pieds et vraiment avec amour et affection lui embrassa les pieds. Ma femme a toujours été pleine de jolies attentions et ne souhaitait que de soulager ma mère qui se plaignait que ses enfants y compris moi ne l’aidaient pas. Chaque bien réalisé engendré une guerre psychologique sans merci. Un combat psychologique tel quel qu’en 2008 ma femme tomba enceinte puis perdu le premier enfant et ma mère sans réjouissait, Aucun bonheur ne devait avoir lieu, pas de fête de aïd en famille, pas le droit de se visiter en frères et sœurs, pas même le droit de parler entre nous sa phrase était «  je te dit mais attention tu dis a ta femme », puis du coté de ma femme «  je te dis mais attention tu dis a ton mari, et ce fonctionnement était identique avec tout le reste de la famille et de l’entourage. Il y a eu tellement de maux causé que les énumérer prendrait des jours et des jours, on se disait qu’elle n’avait pas de limite et que l’on se disait non pas sa comme même et si «  faire des douas de mort sur les enfants » en prétextant qu’elle était la mère et que si l’on ne l’écoutait pas il nous arriverait que malheur et difficultés dans cette vie et que j’étais « maskhout » devant Allah, mais je savais pertinemment que je ne faisais rien de mal, bien au contraire plus j’en faisais plus elle me haïssait. Pour donner un schéma de notre famille, ma sœur et moi sommes accrochés à la religion, mes deux frères et ma sœur sont l’opposé de nos caractères et de notre attachement à la religion, avec eux il n’y a aucun problème mais avec nous un très Gros. Et ma mère fonctionne cause du tort à tout le monde elle va et vient entre l’un et l’autre en déversant mensonges et calamités vers chacun, Elle nous oblige de couper les ponts entre nous, puis quelques jours après va visiter ta sœur, puis le soir même « je sais que tu parles avec ta sœur » tu es un maskhout. Elle glorifie sa place de « mère » pour elle la suprématie est à ses pieds, sans ses invocations nous ne valons rien, sans son approbation nous sommes voués à l’échec. Par la grâce d’Allah, ma foi fait que je ne suis pas voir très peu atteint par sa dangerosité. En revanche ma sœur est détruite pas ce comportement, certains disent qu’elle a perdu un des jumeaux à cause de l’intensité destructrice que ma mère lui a causé, aussi pour la naissance de mon fils qui est né avec un testicule et a du subir une chirurgie à 18 mois, dont ma mère se réjouissait également, Elle se réjouit de tous les malheurs qui lui parviennent à ses oreilles. Comment avons pu retirer les œillères qui nous on interdisait d’intensifier notre regard sur cette  pression dévastatrice ? La troisième femme de mon frère, car oui il s’est marié puis divorcé par ordre de ma mère, il a d’ailleurs un enfant avec la première dont il ignore sa vie, ainsi qu’avec la troisième en question qui la reniait également. Ma mère projetait toujours les mêmes plans et les mettait bien évidemment en exécution, elle venait vers l’un puis vers l’autre, ce jour là Allah en décida autrement, elle raconta des aberrations a mon ex belle sœur, qui aurait été des propos tenus par ma femme, mais elle ni une ni deux décide donc d’en discuter avec mon épouse et la le plan machiavélique fut révélé, car l’une comme l’autre était abasourdi par les accusations et cette fausse calomnie qui pesait sur elle, puis là, prise la mais dans le sac, ma mère n’a pu rien faire d’autre que d’ordonner a son fils de divorcer sa femme ce qu’il fut très rapidement. L’environnement est tellement toxique que même les enfants en pâtissent, quand je vais la visiter elle ne veut pas que je ramène les enfants, les critiques à tout bout de champs, c’est fatiguant incessants, lassant. Les frères et sœurs, les enfants mais aussi mon père et l’entourage. Dès qu’elle le peut, elle intervient auprès de mes proches mes enfants mes amis, ou de simples connaissance elle leur établit une image de moi totalement désinvolte méchant irrespectueux avec mère, insensible à son mal être, en soit une image totalement négative de moi, ma femme et ma sœur car nous sommes les trois le plus concernés et atteints. Mon père quant à lui, Rahimahou Allah, a le plus souffert de cette fatalité à la fin de sa vie, nous avons une maison qui bien sur est interdit d’accès pour nous mais accessible au reste. Mon père est tombé dans les escaliers du a un vertige certainement causé pas son taux de diabète très élevé, je suis parti le récupérer et nous l’avons hospitalisé pour un petit avec. Sorti de l’hôpital, ma mère ne voulait pas de lui a la maison, le négliger, ne lui faisait pas de douche le laisser dans son vomi, etc.…j e vous passe les détails mais surtout ne laissait personne sans occuper, elle ne le souhait pas a la maison c’est tout, donc il a fait pratiquement tout les hôpitaux en service gériatrie, à l’époque ma femme était installé au Maroc, mais ma mère refusait catégoriquement que nous nous en occupions. D’ailleurs mon père n’avait d’yeux que pour elle il appelé tout le temps « khadouj tu es ou, khadouj viens ». Nous avons tenté de le prendre ne serait ce qu’une journée pendant le ramadan mais il ne voulait pas non plus rester avec nous et ne souhaitait que sa présence. Lassé, elle parti dans les montagnes et le confia a la femme de son frère ou il mourut très peu de temps après. Une semaine avant sa mort, j’ai pris la décision d’aller le récupérer de casser la porte de notre maison et de m’occuper de mon père, elle m’appela un mercredi pour mon dire que père était décédé alors qu’il prenait le soleil ce jour là, mais Allah décida de le reprendre le vendredi suivant. Pour conclure, j’ai l’impression qu’elle est consciente de ses actes car elle le dit « je sais que je fais du mal mais je ne m’arrête pas » et votre vidéo sur le pervers narcissique donnait la nette impression n que vous dressiez son portrait. Chaque point éclairci nous affirmait le pourquoi du comment.
Je vous laisse analyser mon récit, et je suis impatient de voir votre retour, hayaka Allah.

Wa 3aleik salam, akhi al karim,

Il n’y a pas beaucoup de temps à consacrer à l’analyse de votre récit car le portrait de votre mère est claire: une perverse narcissique envieuse !

C’est une perverse narcissique familiale dans la mesure où elle use de son statut de mère pour détruire ses propres enfants.
Ainsi, elle est :
-         égoïste
-         ingrate
-         hypocrite

Cependant, ce qui singularise votre mère, c’est qu’elle accomplit son mal ouvertement alors que généralement les pervers narcissiques usent de leur dédoublement pour camoufler leur visage mauvais ! Il existe même des pervers narcissiques qui ne sont même pas conscients de leur trouble de la personnalité !

Aussi, votre mère ne cherche pas à tromper mais à normaliser son mal et ceci est de toute évidence un degré supérieur dans le satanisme ! En effet, d’ordinaire Satan aspire à l’accomplissement du mal moyennant un appât qu’est le bien de surface, de la même manière qu’il aspire à tromper moyennant une belle apparence qui cache une laideur cachée !

C’est pourquoi, quand le diable invite au mal pour le mal, nous avons affaire à des disciples déclarés du diable qui veulent normaliser le culte du démon d’où le caractère déclaré de la complicité démoniaque !

En cela, il est possible qu’il n’y ait plus de dédoublement chez votre mère mais une identification. J’entends par identification la symbiose entre elle et son diable, si bien que les goûts de son démon deviennent ses propres goûts et inversement !   

Cela ne m’étonnerait donc pas de savoir qu’elle noue une relation directe avec les diables moyennant la sorcellerie ou autres car je vois que vous avez occulté cet aspect !

Ainsi, votre mère se réjouit du malheur qui peut frapper les croyants ! Que dis-je ! Elle peut même provoquer ces mêmes malheurs par son 3ain puissant ! En effet, l’envie qui consiste à souffrir du bonheur des autres existe de manière inversée par la réjouissance du malheur des autres !

Comprenez qu’arrivé à ce stade, si votre mère assume sa méchanceté et sa réjouissance alors elle s’est identifiée à son diable, à la différence de ceux qui savent qu’ils peuvent nuire mais qui préfèrent s’isoler plutôt que de porter préjudice aux autres puisqu’étant incapable de vaincre leurs pulsions maléfiques en groupe !

Il n’y a donc pas de bataille intérieure en elle, contre les forces maléfiques qui l’habitent mais une complicité satanique et une réciprocité ! Il y aurait de l’espoir pour elle que dans le cas où elle regretterait son mal ou souffrirait de se réjouir de faire souffrir ! Or, cela n’est pas le cas car elle a franchit le stade du dédoublement pour celui de l’identification !

Je t’invite donc à miroiter sa laideur et si elle ne veut pas humblement se réformer alors je t’invite à la renier, sans aucun scrupule, d’une négation par laquelle tu devras impérativement couper mentalement et physiquement car elle sera capable de t’envoyer des ondes ténébreuses dangereuses, susceptible d’absorber ton esprit, de restreindre ta vue et, par déduction, de te rendre étourdi et gaffeur dans la vie !

Je t’invite à sauver ceux de tes frères et sœurs qui ne sont pas encore conscients de son mal afin de l’isoler, de sorte que son mal lui soit retourné car elle se nourrit des dégâts qu'elle provoque, dégâts qui peuvent atteindre la santé et la vie !

Wa bilahi ta'ala al 3isma
Mahdy Ibn Salah
  
  

Participant à cette conversation

  • Salam Aleykoum

    Juste une question, n'est ce pas un péché de couper les ponts avec sa mère? Même si elle est démoniaque ne devrait-il pas garder au moins un lien téléphonique avec elle même si ce n'est qu'une fois par mois et juste pour échanger quelques mots sans lui parler de sa vie?
    Moi aussi je crois que j'ai une belle mère pervers narcissique sauf que elle elle se fait passer pour une gentille et je ne vais plus la voir depuis plus d'un an car je ne suis pas tenue de respecter les liens de parentés par contre je laisse mes enfants la visiter avec leur père à contrecoeur et je ne sais pas si j'ai le droit de l'opposer à cette visite, sachant qu'il y a aussi ma belle soeur et qu'elle font pleins de péchés, comme danser, elle parle de "mec" avec ma belle soeurs va voir les "mec" de ma belle soeur, vont voir des sorciers, etc.
    Je n'aime pas laisser mes enfants aller là bas mais si je refuse ça sera la guerre avec mon mari et en plus je sais pas si j'ai le droit de les en empêcher er je me dis que même si je divorce leur père aura la droit de les avoir un week end sur deux et la moitié des vancances et là ils va les laisser chez ses parents et au final mes enfants passeront encore plus de temps avec eux parce que là ils y vont pas trop souvent hamdoulilah.

    il y a environ 7 ans
    J'aime 0