Consultation thérapeutique de groupe (réunion en ligne) -sur rdv Rejoindre la réunion

Arrow up
Arrow down
Écrit par Mahdy Ibn Salah  •  Catégorie : Parents&enfants  •   •  Affichages : 811

Salam 'aleykoum Akhi, 

Je me présente, je m'appelle F, je suis converti, j'ai 39 ans, j'ai connu l'islam à 26 ans. 
Je t'ai connu en visionnant plusieurs de tes vidéos sur Youtube qui me m'ont été très instructive, jazakAllah Kheir. 
Je me permets de te soumettre le problème dans lequel je me trouve: 

J'ai été marié pendant 13 ans et j'ai eu 4 enfants avec ma femme, d'origine Marocaine, au niveau de la religion, il y a eu des hauts des bas, mais j'ai toujours tenté de garder un minimum de Din, malgré mes faiblesses. Ma femme est née au Bled, et est venue en France à l'âge de 23 ans, elle a perdu sa mère à l'âge de 17 ans, ce qui l'a bcp touché. 

Sa personnalité est difficile à cerner, mais rapidement, sa personnalité forte a pris le dessus sur la mienne. Elle a un fort tempérament, s'énerve facilement et elle est dynamique. Je suis plutôt calme et aime les ambiances calmes. Elle parle souvent d'elle même, se plaint souvent et exprime très peu de reconnaissance sur les efforts que je fais dans le couple, ou tout simplement mes devoirs. Je vise une spiritualité profonde, tandis qu'elle reste sur une spiritualité de surface, simple constat, sans jugement, Allah connait mieux chaque âme. 

J'ai rapidement eu un manque dans mon couple, un lien vraiment fort. C'est en fin 2019, que j'ai été pris à fréquenter une femme, avec laquelle je me sentais écouté, on est sorti au restaurant et l'a su. De là, je lui est confié que je ne me sentais plus bien dans la relation et qu'il était préférable de se quitter. S'ensuit une escalade de violence verbale, de rabaissement et bien sur crier sur tous les toits à qui veut l'entendre qu'elle est victime et que je suis un salaud. Nous avons donc divorcé, puis les problèmes ont commencé avec la garde des enfants, elle m'a refusé plusieurs fois la garde, voulant me faire souffrir du manque de mes enfants. 

En juillet 2019, je me suis remarié avec une soeur, tout s'est bien passé, sauf quelques disputes mais en se respectant. Nous étions assez complices. Dans cette période, je me suis plus investi dans la religion. Jusqu'à ce que les problèmes de garde viennent me perturber et perturber mon couple. Mon ex s'est permis d'insulter ma nouvelle femme au téléphone sans raisons, par simple jalousie. Avec la soeur, nous avions une bonne communication, fluide et honnête et un amour sincère, mais çà je l'ai vraiment su que plus tard. En juillet 2020, après plusieurs semaines d'hésitation et de concertation avec ma femme, je lui ai fait part de retourner avec mon ex, à cause de mes enfants, je culpabilisais d'avoir divorcer, et souffrait du manque de pouvoir voir mes enfants, car les 2 grands refusait de me voir et me parler  depuis plusieurs mois. Puis tous les problèmes de pensions excessivement haute au vu de ma situation qui n'a pas été prise en compte. Je ne voulais pas avoir d'enfant dans l'immédiat, je préférais qu'on se laisse le temps. Et juste avant la rupture, elle m'annonce qu'elle est enceinte. J'ai pris çà pour une trahison, pensant qu'elle l'a fait exprès pour que je ne puisse la quitter. 

Je suis donc retourner vers mon ex-femme, après concertation et discussion, elle m'a conseillé que ma femme m'avait fait un enfant dans le dos, donc qu'elle me manipulait. Elle m'a dit qu'elle avait changé, qu'elle était maintenant plus calme, qu'elle avait bcp réfléchi et avait grandit de cette séparation. on s'est marié religieusement, j'ai donné mes conditions: Pas de cris, le Respect, pour tout problème, privilégier le dialogue, Me donner ma place de père et chef du foyer, et en cas de conflit, ne pas mêler des personnes extérieures, famille et autre, sauf un frère qui est à l'origine de notre réconciliation. De son côté elle m'a prié de ne pas la tromper, et que si il y avait quelque chose, de lui en parler, de ne pas le faire derrière son dos car elle ne voulait pas souffrir comme elle avait souffert la première fois. Dès le début, elle s'est énervé sur moi en criant pour une chose banale de la maison, je l'ai remise en place, lui demandant pour qui elle me considérait ? Son mari ou un Baby Sitter ? Elle surveille mes emails, téléphone et veut surtout s'assurer que je n'ai pas de relation avec mon ex-femme. De mon côté, j'ai fais bcp d'efforts sur mon comportement, je donnais plus de temps avec les enfants, j'étais plus pieux. J'ai essayé de lui montrer que j'avais réellement changé. C'est elle qui travaille, et les premiers mois, j'étais en redémarrage d'une activité de vente, qui a bien fonctionné pendant des années et par lequel, alhamdoulillah, j'assurais un confort et un bon train de vie à ma famille. Mais l'activité a été longue à relancer et des graves problèmes ont commencé à arriver, des blocages à répétition. Puis des disputes ont resurgi et le passé a été invoqué dans nos échanges, puis elle m'a insulté de traitre, ce qui m'a fortement blessé. 

Ensuite, mon ex-femme a accouché de notre fils, je suis parti le visiter et le reconnaitre, nous avons eu un échange. Depuis là, j'ai su qu'elle ne m'avait pas fait l'enfant dans mon dos, que cela s'était fait naturellement. 

Depuis mes sentiments envers mon ex se sont ravivés et par le biais de l'istikahara, j'ai demandé l'aide.Pendant Ramadan, ma femme est venu me voir en m'interrogeant sur mes intentions, comme une policière, je lui ai dit la vérité, que je n'avais pas un bon feeling avec elle, que nous avions des problèmes de communications . Et que j'aimerais prendre mon ex comme co-épouse. Elle l'a très mal pris et m'a insulté et m'a mis à la porte de la maison en m'humiliant en criant, ce qui a eu pour effet que les enfants entendent tout. Je ne lui ai pas obéi, et l'ai calmé en lui disant de se calmer car ce que je lui ai dit était que la cause de ces questionnements et sa suspicion. Le frère qui est à l'origine de notre réconciliation est venu nous parler, et nous a recommandé de vendre notre maison acheté avec Riba, car c'était peut être la cause de nos problèmes. Elle a dit que si je partais, elle partirai à des  centaines de kms avec les enfants avec des arguments fallacieux comme la difficulté d'élever les enfants dans notre région à cause de la vie chère, Nous nous sommes donné une quinzaine de jours pour réfléchir à notre avenir, j'ai également fait la Roqya, puis après l'Eid, elle voulait une réponse, mais j'étais encore pas vraiment convaincu, mais sous la pression, je lui ai dit que nous arrivions pas à nous entendre , s'est mise sur la colère, et je lui ai fait comprendre qu'il est préférable que l'on se sépare. De là les insultes, les menaces, et de me dire qu'elle partira loin avec les enfants, je lui ai opposé mon refus et désaccord, pour moi hors de question que je ne puisse voir mes enfants. Depuis samedi j'ai quitté le domicile, avec l'intention de divorcer mais j'ai du mal à prendre un décision définitive à cause des conséquences pour nos enfants de 5, 7 ans et 12 et 13 ans. Je me dis que la relation sera de toute façon biaisée car elle me fait du chantage affectif et émotionnel et je n'arrive pas avoir une discussion saine et sincère avec elle. Elle m'a appelé dernièrement en me suppliant de revenir à la maison, mais pendant une heure elle m'a demandé de la laisser partir à une ville à 500 kms. 

J'aimerais avoir ton avis et tes conseils éclairés sur la manière de régler ce dilemme. JazakAllah kheir. 

Salam 3alikoum akhi al karim,

Je suis désolé pour la réponse tardive car hélas je ne suis plus trop réactif par écrit, en ce moment. Ceci étant concernant ton questionnement sache que :

L’on se marie essentiellement pour la tranquillité comme l’indique Allah dans le coran : « Et parmi ses signes, il a créé pour vous des épouses afin que vous viviez en tranquillité avec elle »

Ainsi, le critère de base dans le mariage, c’est la recherche de la sérénité. La majorité des gens se base malheureusement sur les critères suivants pour choisir un conjoint : le physique, les biens et la situation, et enfin la religion mais oublie le caractère et la famille.

Or, c’est essentiellement à partir du caractère que se garantit la paix dans le foyer car le caractère c’est le comportement réactionnel dans les relations c’est-à-dire l’attribut à travers lequel se mesure le bon relationnel.

Il est important de mentionner que le caractère dépend souvent de la famille ou de l’historique d’un individu car une personne peut se troubler dans son comportement des conséquences d’un traumatisme ou devenir fatal des conséquences d’une famille toxique dont la toxicité sera relayée par la non condamnation du mal de cette dernière.

C’est pourquoi, il faut s’atteler davantage à regarder le caractère par l’action de scruter la famille et l’enfance d’une personne plutôt que de s’attarder uniquement sur le physique et la situation financière tout comme il faut choisir le voisin avant l’appartement.

Tout ceci, pour te dire, que tu peux tomber sur une personne belle et riche tout en vivant un enfer avec elle…

Ceci étant, nous traversons une époque où les gens sont davantage des êtres ténébreux que des êtres de lumière. Et, l’islamité de forme ne veut rien dire ! Que dis-je ! C’est souvent un moyen de tromper et de manipuler.

L’une des caractéristiques de l’hypocrisie, c’est l’instabilité du profil dans la mesure où les valeurs islamiques n’existent plus au moment de la blessure de l’amour propre et que l’individu est prêt à s’allier avec le diable pour assouvir son désir de vengeance égocentrique !

Franchement, ce genre d’individus ne sont aucunement des croyants authentiques et hélas ils sont nombreux les gens qui vérifient, de nos jours, cette laideur comportementale particulièrement à l’endroit des disputes de couple.

Un vrai croyant souhaite le meilleur pour son prochain même si ce prochain est un ex injuste. Il ne doit absolument pas diaboliser quelqu’un des conséquences d’une blessure de l’amour propre car c’est le propre de ceux qui divinisent leur ego que d’agir ainsi, à l’exemple des sociopathes maudits.

Le pire dans cette histoire, quand il s’agit d’un problème de couple avec des enfants entre, c’est l’aliénation parentale !

L’aliénation parentale, c’est l’action d’utiliser les enfants pour faire parvenir une négativité chez le conjoint ou l’ex-conjoint visé par cette dernière. Il faut savoir que l’aliénation parentale, en islam, dépouille le parent de ses droits liés à la parenté car un parent qui aliène ses enfants les déconsidèrent voire les utilisent comme des armes.  

Et, c’est cette intention qui fait parvenir chez les enfants une négativité à même de les troubler et de les détruire alors qu’ils n’ont rien demandé si ce n’est vivre en paix avec leurs deux parents.

 En somme, un parent qui aliène ses enfants en les utilisant comme une arme pour blesser et affecter un ex est un parent pourri qui détruit plus qu’il ne chérit car l’aliénation parentale fait parvenir vers l’enfant des démons qui vont leur donner des pulsions maléfiques jusqu’à des envies suicidaires !

Et, c’est pourquoi, parfois le fait de renoncer à ses droits de parenté est préférable quand l’on vise l’intérêt des enfants à l’action de réclamer le droit de visite quand l’entretien d’un lien avec l’exn même indirectement, nourrit le mal-être et la déchirure des enfants.

Concernant, l’action de « faire un enfant derrière le dos », sache qu’un enfant se fait à deux puisqu’une femme ne peut pas faire un enfant seul. Ceci dit, l’expression « faire un enfant derrière le dos » trouve du sens quant au niveau intentionnel la femme aspire à utiliser l’enfant qu’elle porte comme un objet à même de réaliser des intérêts non partagés avec le conjoint moyennant une forme d’hypocrisie.

Avec tous les éléments que je viens de te donner tu as tous les outils pour faire ton choix : celui de la sérénité et du sacrifice dans l’intérêt des enfants.

Qu’Allah te préserve et t’assiste dans la confiance que tu lui dois afin qu’il t’accorde une fin heureuse pour toi et les tiens.

Mahdy Ibn Salah
  • Aucun commentaire trouvé