Consultation thérapeutique de groupe (réunion en ligne) -sur rdv Rejoindre la réunion

Arrow up
Arrow down
Written by Mahdy Ibn Salah  •  Category: Récits  •   •  Hits: 1103

Salam 3aleikoum, mes frères et sœurs fillah,
Et que la paix soit sur ceux et celles qui suivent la guidée

Nous avons abordé lors du premier cours sur la vie de Jésus, la question du contexte de son apparition et nous allons traiter dans ce cours la notion du Messie : titre que porte Jésus fils de Marie.

D'un point de vue étymologique, le terme « Messie » vient de l'action de « oindre » qui était une pratique répandue pour sacraliser moyennant l'action de toucher une partie du corps comme le front, la tête ou les cheveux avec une huile bénie.

D'un point de vue légal, le terme « Messie » renvoie à la notion de « libération et de délivrance ».

En effet, consécutivement à l'état de domination et d'humiliation que subissait le peuple d'Israël : les juifs attendaient avec impatience la venue d'un Sauveur, à même de leur redonner leur position de domination sur la Terre !

Les prophéties de l'ancien testament abondaient dans ce sens : « Voici, les jours viennent, dit l’Éternel, où je susciterai à David un germe juste; il régnera en roi et prospérera, il pratiquera la justice et l'équité dans le pays. » (Jérémie 23 /5) « Et toi, Bethléhem Ephrata, petite entre les milliers de Juda, de toi sortira pour moi celui qui dominera sur Israël, et dont l'origine remonte aux temps anciens, aux jours de l'éternité. » (Michée 5/1) « Alors s'ouvriront les yeux des aveugles, s'ouvriront les oreilles des sourds; alors le boiteux sautera comme un cerf, et la langue du muet éclatera de joie. » (Esaïe 35/5, 6a) « Et voici, sur les nuées des cieux arriva... quelqu'un de semblable à un fils de l'homme. On lui donna la domination, la gloire et le règne... pour l'éternité. » (Daniel 7/13-14)

Cependant, il se trouve que les juifs refusèrent de reconnaître Jésus comme étant leur Messie car, selon eux, le Messie est sensé accomplir les prophéties messianiques d'Isaïe et d’Ézéchiel. Ainsi, pour les juifs, le Messie doit régner comme un Roi et apporter une ère de paix, où la connaissance d'Allah et la justice se répandront sur la terre entière ! A partir de là, les rabbins considèrent que Jésus n'est pas le Messie, étant donné qu'il est mort en ayant accompli aucune des missions du véritable Messie ! Pire ils iront jusqu'à le considérer comme un faux prophète, qui mérite consécutivement la mort ! Dans ce sens, Maïmonide soutient : « Comme il n'a pas réussi dans tout cela et a été tué, alors, il n'est définitivement pas le Messie promis dans la Torah… et Dieu ne l'a choisi que pour tester les foules 

Mais, en réalité, la question des critères messianiques ne sont pas en jeux ici, car il est facile de dire que Jésus ne vérifiait pas les critères messianiques pour renier son titre de Messie une fois la première étape de sa mission réalisée : à savoir celle qui précède sa montée au Ciel. Soulignons que Jésus a annoncé son retour...

Ainsi, les Rabbins n'ont pas renié Jésus parce qu'il ne vérifiait pas les critères du Messie attendu par les Juifs mais parce qu'ils n'ont, tout simplement, par accepté leur miroitement ! En effet, Jésus énonça une parabole célèbre : « Là où sera le cadavre, là se rassembleront les vautours. » (Mathieu 24/28) A travers cette parabole, Jésus voulait enseigner que si le peuple d'Israël est sous la domination de peuplades barbares et cruelles à l'endroit des croyants, c'est en raison de leur prédisposition à subir une telle humiliation.

En effet, si la mort est spirituelle alors il est normal que les croyants subissent l'épreuve d'une domination temporelle à même de les affliger ! Par conséquent, il a invité dans une premier temps à œuvrer à redonner vie au cœur avant de songer à obtenir une délivrance temporelle !

Or, les juifs refusèrent ce message car il impliquait l'acceptation de failles, de manquements et de péchés à même d'expliquer cette laideur intérieure ! C'est donc l'orgueil ne pas accepter un miroitement de leur propre hypocrisie que les Rabbins se sont ligués contre Jésus pour le faire mourir !

Il est à noter que le récit de la négation du Christ par les rabbins juifs ressemble étroitement à celui d'Iblis qui à travers l'ordre de la prosternation a été démasqué par Allah. En effet, Iblis adorait certes Allah, mais il cherchait à travers ce culte intense qu'il vouait à Allah à surpasser ses semblables afin de cultiver son image de meilleur ! Aussi, quand Allah a demandé aux anges de se prosterner devant Adam, Iblis refusa car cet ordre allait à l'encontre de ce qui animait son adoration, à savoir être le meilleur de la création. Il a donc été mis face à ses contradictions, car adorer pour lui n'avait pour but que de cultiver une position d'élévation sur ses semblables et quand l'adoration a pris la forme d'un rabaissement à l'endroit d'une autre créature alors il était impossible pour Iblis d'honorer un ordre qui s'opposait à sa raison d'être !

Dans ce sens, encore une fois, nous avons là un point commun entre Iblis et le peuple Juif et le démasquage moyennant l'ordre de la prosternation est en quelque sorte la première étape de la mission de Jésus !

Il en va de même des musulmans d'aujourd'hui qui comme les juifs d'autant aspirent à un changement externe sans se donner les moyens de changer intérieurement ! Et là, je parle des musulmans qui ont une conscience de la notion de « Oumma » : notion indispensable à la définition, d'une identité. Que dirent de ces nombreux musulmans qui n'adhèrent même plus à cette communauté « Oumma » et qui ne gardent de l'islam que quelques rituels comme le Ramadan ou l'interdiction de manger du porc...

A la différence des juifs, les musulmans ont un rapport moins appuyé à la notion d'identité collective car justement, les ennemis de l'islam travaillent depuis une trentaine d'années avec les travaux d'Arkoun, par exemple (son but était de détruire de la conscience du musulman 3 concepts clés : la Oumma, le Califat et la Chari3a), à déconstruire méthodiquement l'identité musulmane de sorte de limiter la pratique religieuse à de la culture (pratique mécanique sans âme) en vue de dissoudre le musulman dans l'identité environnante !

C'est ça, en réalité, l'intégration qu'ils prônent à outrance ! Renier ses racines et fondre dans le décor par l'imitation complexée des non-musulmans ! Et, ils sont nombreux, ceux et celles, parmi les musulmans d'origine, qui pour prouver leur intégration : manifestent une haine de l'endroit des autres musulmans qui, quant à eux, s'assument dans leur islamité !
Dans ce sens, les musulmans authentiques subissent deux animosités :
  • celle des non-musulmans
  • celle des musulmans complexés
Ainsi, les musulmans d'aujourd'hui vivent la même situation que les juifs d'autant quand ils aspirent à retrouver un âge d'or sans se donner les moyens de changer intérieurement. Et le verset suivant illustre pertinemment mon propos : « En vérité, Allah ne modifie point l’état d’un peuple, tant que les gens le composant ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes. » (Coran 13/11) Verset que l'on entend ou que le répète, pourtant, souvent !
Ce verset met en relief deux purifications :
  • collective
  • individuelle
Et, il met en exergue le fait que la purification collective n'est pas possible sans la réalisation de la purification individuelle d'abord. C'est exactement le message du Christ de la première étape de sa mission !

En effet, comme mentionné lors du premier cours : la domination peut être collective comme elle peut être individuelle par l'entremise d'un démon. Et si les musulmans sont si sujet à la possession de nos jours, c'est parce qu'ils sont prédisposés à cet état, en raison de leur rupture de l'alliance !

Je rappelle que la rupture de l'alliance se mesure à notre accomplissement de péchés sans scrupules quand on les banalise, quand on tente de les justifier, où qu'on ne voit pas leur gravité !

Ils sont nombreux, ces musulmans et ces musulmanes, qui frappent à la porte de thérapeutes pour chercher à guérir, à résoudre des problématiques, et qui attendent des solutions à même de les délivrer alors qu'ils ne veulent pas changer à l'endroit des causes qui les ont rendus malades !

Cette attitude ressemble étroitement à celle des juifs qui renièrent Jésus parce que celui-ci avait mis l'accent sur le respect des priorités dans la réalisation de l'objectif qu'est la délivrance ou l'atteinte du bonheur !

On préfère, en orgueilleux qui refuse de s'observer à travers ses propres laideurs, chercher la faute ailleurs qu'en soi plutôt que de voir les manquements de nos agissements à même d'expliquer nos épreuves !

L'histoire se répète... Et l'on ne tire pas de leçons ! Les démasqueurs, aujourd'hui, qui par l'entremise de la science du profilage font tomber les masques des hypocrites empruntent, à n'en pas douter, la voie de Jésus fils de Marie...

Moralité, Jésus fils de Marie est bel est bien le Messie et sa mission comprend deux étapes, la seconde aura lieu lors de sa descente du ciel!

A bientôt pour le cours suivant !
Mahdy Ibn Salah
  • No comments found