Consultation thérapeutique de groupe (réunion en ligne) -sur rdv Rejoindre la réunion

Arrow up
Arrow down
facebook_page_plugin
Écrit par Mahdy Ibn Salah  •  Catégorie : Spiritualité  •   •  Affichages : 643
SALAM aleykoum Wa rahmatoulah

Je viens à vous avec une question importante bi iznilah , car vous avez souvent les réponses a mes questions dans vos audios qu'Allah vous récompense et augmente votre science. En fait cela fait depuis 2 ans que j'ai émigré au cham en connaissances de cause, je savais que ce serait difficile et inconfortable mais qu'Allah promettait abondance et refuge, nul doute on a cela. Je suis issue d'une famille aisée et je ne manquais de rien. Mon envie de partir était envahissante, Je ne pensais qu'à ca, et à me libérer de mes chaînes en France, ce que j'ai réussit à faire au bout de plusieurs tentatives car, j'avais loupé plusieurs fois . Je sais que face aux difficultés il faut patienter et que c'est le chemin le plus dur et le plus récompensé que j'ai décidé de prendre.

Cependant ma foi a un peu dégringolé depuis que je suis ici ainsi que ma confiance en Allah... Je m'en veut énormément... cela s'est amplifié surtout depuis que j'ai eu 2 enfants , je stresse beaucoup car les conditions sont rudes ainsi que les températures, exemple en hiver c'est dur de se chauffer , les conditions de vie ne sont pas optimales, nous n'avons pas l'eau courante etc...

Et le truc qui me fait peur c'est de protéger mes enfants car je m'inquiète énormément pour eux, les températures ici sont extrêmes! !!

Ma famille ma abandonnée et ne donnes plus de nouvelles malgré que je les contacte. Barakallahufik de m'éclairer sur cela, je n'ai trouvé personne à qui parler...

Wa 3aleik salam, okhty al karima

La spiritualité commence là où l’égo s’arrête ! En effet, c’est quand l’homme parvient à ne plus être orienté uniquement par ses émotions, ses douleurs et ses peines que l’on peut dire de lui qu’il est vraiment spirituel.

La spiritualité consiste à se mouvoir, justement, par des valeurs et des principes transcendants contre les plaisirs et les peines susceptibles de nous désorienter par rapport à la vérité, à la sagesse, et à la justice…

Beaucoup de personnes qui ne sont pas spirituelles sont dirigées, en réalité, par des émotions, qui lorsqu’elles sont sataniques aspirent à rendre vrai en leur conscience : seulement ce qui ne blesse pas leur égo, tandis que sera renié tout ce qui sera susceptible de le blesser, de l’angoisser, ou de le contrarier !

Ces être-là sont, en réalité, des êtres égocentriques : c’est-à-dire des êtres qui, en quelque sorte, se divinisent jusqu’à prendre leur égo comme un référenciel dans l’appréciation des choses !

Si Dieu est renié par certains, c’est souvent en raison des peurs que peuvent susciter les implications de sa croyance comme celles de délaisser certains plaisirs ou d’affronter certaines réalités que l’on refuse d’admettre par peur…

Il existe des personnes égocentriques qui ne peuvent pas se défaire de leur égocentrisme, en raison d’un trouble de la personnalité, et ce, au moment de la souffrance, de la blessure et de la contrariété tandis que d’autres le sont devenus à force de suivre le diable par l’accomplissement d’actes exécrables !

Or, la spiritualité nous invite justement à vaincre nos douleurs et à adopter le chemin de la vérité quand bien même celui-ci serait jonché d’épines et d’embûches !

Tous les êtres humains sont, selon un angle, égocentriques car la majorité des hommes fonctionnent par intérêt !

Même dans l’amour qu’ils convoitent, il y a, en réalité, de l’égo car après mure réflexion : l’homme n’aime que lui-même quand il aspire à rechercher chez son âme sœur : ce qui lui manque, si l’on définit le sentiment de l’amour par l’action de tendre vers ce que l’on a besoin…

Aussi, les êtres qui aiment vraiment sont ceux qui aspirent à combler les manques des autres au moyen de leur propre personne, et non pas ceux qui aspirent à combler leurs propres manques par l’entremise des autres personnes !

Il en va de même de la générosité ! Les êtres véritablement généreux sont ceux qui donnent sans attendre de recevoir et non pas ceux qui donnent qu’à la condition de recevoir en retour de leurs bonnes actions…

J’irais encore plus loin en disant que les êtres véritablement bons ne sont pas ceux qui font le bien seulement à ceux qu’ils apprécient mais c’est surtout ceux qui savent faire le bien à ceux qui leur ont fait du mal, quand bien évidemment : ce bien est susceptible de les réformer positivement !

Si j’ai fait ce hors sujet, c’est pour vous enseigner que la spiritualité gouverne seulement quand l’égo abdique ! C’est un sujet important à mon sens car beaucoup ignorent qu’ils sont davantage des êtres nafsiques que des êtres spirituels qui sauront exploiter positivement leurs douleurs et leurs peines !

Avoir mal : c’est humain, craindre la douleur : c’est aussi humain, craquer et fléchir : c’est encore humain ! Même les compagnons n’ont pas été épargné par les signes du fléchissement et de la faiblesse !

Ce qui est demandé : ce n’est pas de renier notre humanité par notre effort à vouloir obtenir la victoire mais c’est de nous dépasser sans franchir pour autant les limites de nos capacités ! C’est ce que j’appelle le juste milieu spirituel !

En effet, beaucoup sont devenus courageux par égocentrisme et lâcheté quand ils ont convoité la mort pour se libérer d’une peine à vivre ici-bas ! Le Jihad n’est pas une affaire individuelle ! Si tous les moudjahidines convoiteraient la mort alors qui resteraient pour savourer la victoire ? Le martyr ne doit être convoité qu’à l’ombre du désir de victoire sinon notre martyr ne serait qu’un désir de l’égo et notre courage serait illusoire car il aurait pour carburant son contraire, c’est-à-dire la lâcheté !

Oh ma sœur fillah ! Même les compagnons par faiblesse lors de la bataille du fossé n’ont pas répondu à la demande du prophète d’infiltrer les lignes ennemies tellement ils avaient peur, faim, et froid et ce jusqu’à ce que le prophète désigne Houdhayfa Ibn al Yaman !

Alors que doit-il en être d’une femme de notre époque ? Je vous trouve déjà bien courageuse d’être là où vous êtes aujourd’hui, et je sais la difficulté de passer un hiver au Sham !

Aussi, soyez convaincue que vous refugier dans un endroit plus chaud et plus sécurisé n’est pas le signe de la diminution de votre foi, tant que vous aspirez à protéger vos enfants, tout en voulant ne pas dépasser les limites de vos capacités…

Je traiterais l’aspect de la persévérance malgré le vide qui s’alimente par un chemin que l’on ne voit pas finir à l’horizon dans un prochain article incha Allah !

Mahdy Ibn Salah
  • Aucun commentaire trouvé