Consultation thérapeutique de groupe (réunion en ligne) -sur rdv Rejoindre la réunion

Arrow up
Arrow down
Written by Mahdy Ibn Salah  •  Category: Spiritualité  •   •  Hits: 1085

Salam 3aleikoum, mes frères et sœurs fillah,
Et que la paix soit sur ceux qui suivent la guidée

Un sujet qui me tracasse l'esprit ces derniers temps est la torpeur dans laquelle beaucoup de gens sont noyés ! Quand je parle de torpeur, je vise cette procrastination qui pousse les gens à se laisser vivre plutôt qu'à dessiner leur propre destin !

Écrire son destin, en effet, c'est être acteur d'une voie que l'on dessine afin d'atteindre son objectif de vie ! Franchement la différence est de taille entre une vie où vous vous laissez aller à un courant imposé par le système ou l'environnement de sorte de perdre tous vos moyens une fois livré à vous même !

L'intelligence, dit-on, c'est cette aptitude à trouver des solutions à des problèmes inédits ! Hélas, nous vivons une époque d'accoutumance où l'individu stresse immédiatement face des problématiques nouvelles ! Pire quand il ne se donne même plus les moyens de construire son avenir, en devenant un acteur de son propre destin !

Ils sont nombreux, de nos jours, pardonnez-moi l'expression : à devenir des « bons à rien » ! Un bon à rien, c'est quelqu'un qui est incapable de produire quelque chose de bénéfique, autant à l'échelle de sa personne qu'à l'échelle du collectif ! Aussi, l'expression impose de la nuance, car certains parviennent toutefois à assurer le minimum vital : remplir un peu le frigo et payer les charges fixes ! Mais est-ce une vie ? Surtout quand cette même production bénéfique n'est même pas le fruit de l'individu lui-même quand ce dernier se repose sur des prestations de l'état pour assurer ce minimum vital?!?

Il est donc normal qu'au moment de l’effondrement systémique qui arrive, ce dernier sera suivi ou même précédé d'un effondrement spirituel étant donné que l'équilibre intérieur était assuré par ce même système !

Aussi, beaucoup de personnes, de nos jours, se plaignent de leur situation de surplace et donc de frustration ! Ajoutons que l'ironie, c'est lorsqu'en plus d'être responsable de leur état, ils recherchent à jeter la responsabilité de leur situation à l'extérieur d'eux-mêmes comme dans la sorcellerie par exemple ou autres...

Trop facile, de jeter la responsabilité ailleurs ou chez les autres quand nous sommes responsables de notre propre malheur ! En étudiant le premier cours de la vie de 3issa, j'ai compris une chose primordiale : c'est quand l'alliance fut rompue par le peuple d'Israël alors Allah les a châtié par la domination d'une peuplade étrangère de sorte de les humilier !

Mais cette alliance, soulignons-le, n'existe pas que collectivement, il existe l'alliance individuelle avec Allah, que tout croyant doit honorer, et que nous pouvons rompre par nos péchés, de sorte qu'à chaque fois que l'on désobéit à Allah, alors Il nous met sous la domination d'un diable ! Et pensez-vous qu'un diable dominant au sein de notre personnalité ; permettra l'épanouissement ? Jamais, Ô grand jamais...

Ainsi, la première des raisons qui explique notre malheur, c'est la rupture de l'alliance ! Et cette rupture est d'autant plus appuyée par notre incapacité à mesurer la gravité de nos péchés ! Rappelons cette parole sage d'Ibn Mass3oud : « Le croyant voit ses péchés comme des montagnes dont il craint d'être englouti par ces dernières, tandis que le pervers (l’hypocrite selon une autre version) voit ses péchés comme une mouche qui passe devant son nez !» (Boukhari)

إنَّ المُؤْمِنَ يَرَى ذُنُوبَهُ كَأنَّهُ قاعِدٌ تَحْتَ جَبَلٍ يَخافُ أنْ يَقَعَ عليه، وإنَّ الفاجِرَ يَرَى ذُنُوبَهُ كَذُبابٍ مَرَّ علَى أنْفِهِ

A travers cette parole, on peut faire un trie entre les hypocrites et les croyants dans la mesure où le croyant voit ses péchés comme des montagnes et donc ses bonnes actions comme des mouches c'est-à-dire des choses insignifiantes tandis qu'à l'opposé l'hypocrite voit ses bonnes actions comme des montagnes et ses péchés comme des choses insignifiantes !

Et franchement, si l'on médite bien cette parole, on s'aperçoit qu'une grande majorité de gens qui souffrent l'absence du bonheur dans leur vie n'établissent pas de rapport de proportion entre leur manquement (leurs péchés) parce que ne voyant pas la gravité de certaines de leur action !

Serait-ce la maladie de l'hypocrisie qui les empêche de mesurer la gravité de leur forfait !

Par Allah ! L'action de rendre énorme en importance (تعظيم) le péché, ou la faille d'une manière plus large, est une station fondamentale pour ceux qui aspirent à se libérer du malheur de ce que leurs propres mains ont acquis ! Je les compris, hélàs, que trop tardivement...

Ils cherchent un sauveur à même de les délivrer de leur situation de frustration et de souffrance en frappant à la porte de thérapeutes, de docteurs, d'imams, de bien-aimés, ou de guérisseurs, alors qu'ils ignorent qu'ils doivent être, avant tout, « les sauveurs d'eux-mêmes » par le respect de l'alliance, s'ils tiennent à tirer bénéfice d'un sauveur externe qu'Allah peut potentiellement mettre sur leur voie...

Mais hélas, peu tirent des leçons du passé, et comme les juifs d'autant qui refusèrent de se remettre en question, beaucoup se trouveront incapable de suivre les sages conseils d'un potentiel sauveur à même de les délivrer...

Wa bilahi ta3ala taoufiq
Mahdy Ibn Salah
  • No comments found