Consultation thérapeutique de groupe (réunion en ligne) -sur rdv Rejoindre la réunion

Arrow up
Arrow down
abdelkrim

 

Wa ahléikoum salam,

 

Nous ne pratiquons pas la roqya contre la volonté du patient, contrairement à d’autres peut être, car l’une des conditions, selon nous, de la réussite est l’alliance par la confiance entre le patient et le raqy, de sorte que le démon soit isolé face à l’adversité de la personne qu’il possède et du raqy.

 

Pratiquer une roqya contre la volonté du patient c’est-à-dire par contrainte risque de consolider l’alliance entre le démon et le patient et, par conséquent, d’accentuer la maladie de ce dernier !

 

La règle de base, en stratégie militaire, en thérapie ou dans la da’wa, car ces disciplines se ressemblent, est que pour réussir il faut opérer une séparation entre l’objet et sa partie négative au moyen de l’appui par sa partie positive, de sorte que celle-ci l’emporte sur la partie négative grâce à un approvisionnement externe.

 

En d’autres termes, il faut alimenter par votre lumière, la compréhension, la foi et l’espérance du malade afin que ce dernier puisse vaincre ses propres diables ! Mais une chose est sur, c’est que vous ne pourrez rien faire pour une personne qui refuse l’aide et l’assistance dans le sens où elle fermera la porte à toute introduction de lumières, en raison d’une domination démoniaque interne consécutive d’une alliance consciente ou inconsciente avec le démon.

 

Si de plus, il ne se trouve aucun appui, aucune bonté l’intérieur, par laquelle vous pouvez songer à déstabiliser cette citadelle diabolique alors ne vous fatiguez pas car vouloir sauver une personne condamnée, c’est être injuste, et donc risquer de subir la maladie et l’influence démoniaque de l’égaré !

 

Notez, en conclusion, qu’il existe deux types d’égarement :

-          un égarement lié à la volonté

-          un autre lié aux actes et à l’environnement

 

Le premier égarement est insoignable, tant que la volonté de s’en sortir n’est pas pure ! En effet, une hypocrisie dans l’intention vous interdira toute guérison et vous condamnera à subir les dommages des cercles vicieux sataniques ! Si l’intention est bonne alors la thérapie consiste à purifier le cœur par la connaissance et l’action.

 

Le second égarement est soignable qu’à la condition que le patient décide de suivre les recommandations de son thérapeute et pas celles de ses démons, internes ou externes parmi les mauvaises langues humaines qui aiment à semer la corruption et la discorde entre les gens, et pour cela il faut que la confiance s’installe entre lui et celui qui veut l’aider… En effet, la moindre faille à ce niveau, comme la mauvaise opinion du patient à l’égard de son médecin ou l’orgueil par exemple, risque d’empêcher l’introduction de la lumière purificatrice et donc de rendre le patient aveugle vis-à-vis des vérités de son médecin !

 

En outre, je note que ce frère a déchiré le Coran et donc qu’il a commis un acte évident de mécréance. Si après une sage exhortation et une invitation à la repentance, il ne regrette pas son agissement alors il n’est plus musulman… Et il ne sert à rien d’aider une personne qui s’est allié, en toute conscience, avec le diable ! Et insister dans cette tâche, c’est se condamner à souffrir de croire en l’illusoire ! Par contre, s’il jeûne, il y a peut être une lueur d’espoir, reste à savoir et à vérifier si cette dernière est juste par un échange avec le concerné… Car c’est une injustice de croire en une personne quand cette dernière refuse, en toute conscience, la guidée !

 

Et toute maladie, toute souffrance découle de l’injustice que celle-ci soit interne c’est-à-dire provoquée par nous-mêmes ou externe c'est-à-dire provoquée par un individu extérieur…

 

Ne te fatigue pas mon ami à vouloir aider

Celui qui par son hypocrisie s’est voilé,

Sinon la maladie risque de te frapper,

Des conséquences de ton espérance mal placée !

 

Mahdy Ibn Salah

  • Aucun commentaire trouvé